evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Politique, Paris > Elections 2012 à Paris > Présidentielle 2012 à Paris > Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est le 3e homme de la présidentielle à (...)

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est le 3e homme de la présidentielle à Paris

lundi 15 février 2016, par Benoît

ANALYSE 11,09% à Paris avec un pic à 17,40% dans le 20e arrondissement (voir plus bas), 11,10% dans la France entière... Si Paris vote traditionnellement UMP ou PS, Jean-Luc Mélenchon y réalise un score honorable puisqu’il arrive ici en position de 3e homme du 1er tour. Décryptage.

Paris n’a jamais été la ville des extrêmes. La Révolution ? La Commune ? Du passé. Les Parisiens, dans leur globalité, votent au centre : centre droit, centre gauche et centristes. En 2007, à Paris, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal dépassaient tous deux les 30% quand François Bayrou atteignait les 20%. Cette élection présidentielle de 2007 n’avait certes laissé que très peu de place aux petits candidats. Mais Jean-Marie Le Pen était crédité dans la capitale (4,58%) d’un score inférieur à sa moyenne nationale (10,44%). Le vote FN ne prend pas à Paris. Mais le vote d’extrême gauche non plus. En témoignent le score d’Olivier Besancenot (3,42%) et d’Arlette Laguillier (3,05%) en 2002, loin de leurs 5% nationaux.

Alors... alors comment Jean-Luc Mélenchon a-t-il réussi la prouesse de réunir 11,09% des suffrages exprimés à Paris ?

Hypothèse 1 : un "extrêmiste raisonnable"

C’est le paradoxe de Jean-Luc Mélechon. Un ex-socialiste représentant les communistes. Un sénateur parlant au nom des oubliés de la République. Un homme refusant toute alliance avec le PS mais cité malgré tout avec insistance dans les supputations de gouvernement socialiste. Le charisme et le bagout du "Mél" parviennent à faire oublier qu’il appartient à la caste politique depuis plus de 30 ans. Avantage de cette caractéristique "double face" : il attire à la fois les déçus du Parti socialiste, les écologistes égarés et les révoltés du NPA attirés par sa prise de la Bastille du XXIe siècle. En bref, les gauchistes parisiens, si raisonnables et enclins au vote utile, ont trouvé en Mélenchon un porte-voix suffisamment puissant pour que leurs voix ne finissent pas aux oubliettes des petits candidats...

Hypothèse 2 : la révolution rouge avant la raison rose

François Hollande avait appelé voici une quinzaine de jours au vote utile. Les sondages et les résultats de ce 1er tour ont montré que l’argument vote utile n’était pas si opportun. De nombreux électeurs de gauche ont ainsi pu se faire plaisir comme en témoigne la présence de militants Front de gauche dimanche soir rue de Solférino. La proximité entre les deux partis ne se dément pas. L’appel à la prise de la Bastille a en outre permis de créer une véritable émulation, un vote d’adhésion alors que le vote Hollande est fortement entaché d’anti-sarkozysme.

Cette hypothèse rend la perspective des législatives assez vertigineuse pour le PS. Car ce vote d’adhésion pourrait s’amplifier et enrayer la belle machine socialiste dans la course à l’Assemblée.

Et vous ? Vous penchez plus pour l’hypothèse 1 ou 2 ? Ou aucune ? Ou les deux ? Contribuez.

Retrouvez ici les résultats globaux du premier tour à Paris et ci-dessous les scores enregistrés par Jean-Luc Mélenchon dans les 20 arrondissements de Paris.

1er arrondissement 7,91%
2e arrondissement 10,23%
3e arrondissement 10,16%
4e arrondissement 9,73%
5e arrondissement 10,26%
6e arrondissement 5,96%
7e arrondissement 3,48%
8e arrondissement 4,10%
9e arrondissement 9,33%
10e arrondissement 14,89%
11e arrondissement 14,10%
12e arrondissement 11,65%
13e arrondissement 13,56%
14e arrondissement 11,46%
15e arrondissement 7,35%
16e arrondissement 3,19%
17e arrondissement 7,25%
18e arrondissement 15,34%
19e arrondissement 15,74%
20e arrondissement 17,40%

Source : ministère de l’Intérieur

Messages

  • Très simple, ce n’est PAS un vote "extrémiste". C’est un vote de gauche contrairement au vote PS qui est du centre. Mais les gens sont tellement habitués à voir les partis dans le spectre de la présentation des médias qu’ils n’ont pas encore compris que Bayrou était à droite, Sarkozy d’extrême droite et le Pen gravement xénophobe.
    Plusieurs journalistes ont noté que les "grands" partis avaient fait un pas à droite, mais ils continuent de les classer dans les mêmes positions qu’avant.

    Sinon, il ne faudrait quand même pas oublier que Paris n’est pas représentatif du vote des Français en général. Chaque région a ses spécificités.

    • Je partage votre avis. Je pense que Mélenchon ferait un excellent premier ministre ou de l’économie, de la santé, de la finance ou encore du travail si toutefois les législatives le permettent.
      Il parle vrai, et a compris la détresse de notre pays dans cette Europe de riches qui abandonne ses peuples, les oppose sans cesse comme le fait si bien Sarkozy pour faire le jeu de la spéculation.

      Avec ses proches du Medef ils ferment les usines, délocalisent, bradent notre industrie et notre savoir, vendant les réalisations avec les brevets, offrant l’énergie et le patrimoine national au marché, achetant et sous-traitant tous les biens usuels en Asie (qui détient les devises du monde entier).
      Le pire reste à venir : les français ont mis leurs économies en banque et dans les entreprises (via les banques) environ un an et demi du Pib, que reste-t-il ?.. rien ou si peu c’est pour cela (en partie) que le gouvernement a soutenu les banques au moment de la crise (JF Copé sur un plateau télé, son collègue De Vedjhan de renchérir, une poignée de personnes se retrouve à la tête des grands groupes économiques... )
      Et le gouvernement actuel a porté la dette publique à 80% du Pib pour soutenir les fameuses banques. Mais au final il a surtout fait exploser le chômage car ces banques, pour se refaire une santé soutiennent moins l’activité économique réelle, préférant spéculer sur les dettes des autres pays...générées par leur système infernal.

      Mélenchon est porteur de cette résistance nationale, ce germe de révolution sociale à la française : mettons-nous au travail, avec lui. Et de la droite et son extrême faschisante faisons table rase.

      Tous ceux qui se réclament de préférence nationale, d’inégalité des droits entre des femmes et des hommes, d’opposition entre les travailleurs et ceux qui sont privés d’emploi en les montrant du doigt en tant qu’assistés, sont en infraction grave avec la constitution de notre République. A plus forte raison quand il s’agit du président du pays : avoir besoin d’un bouc émissaire, une telle attitude est indigne devant l’échec de son propre bilan.

      Mélenchon a réveillé le petit peuple de gauche en le revalorisant, avec "l’humain d’abord", et en le dynamisant, par la révolution des urnes "prenez le pouvoir". Il a été le seul à s’opposer au FN, tandis que de toutes parts, l’on tentait de l’écarter, le rejeter en le méprisant, lui et ses amis.

      Avec eux, abolissons les privilèges d’une caste égoïste et menaçante. Faisons respecter nos valeurs de liberté, égalité, fraternité. Nous en avons les moyens, nous sommes la 5e puissance économique mondiale, le pays des droits de l’homme et du citoyen. Un tel pays ne peut pas laisser son peuple dans une précarité et une misère grandissante.
      Merci à JL Mélenchon et à toute son équipe !
      Vive le temps des cerises.

    • Lisez le programme et ecoutez les interviews. Melenchon jamais ministre. Informez-vous.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.