eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 11e > Lieux clés Paris 11e > Le Local, Belleville > Rencontre avec Gabriel Debray, directeur du Local à Belleville

Rencontre avec Gabriel Debray, directeur du Local à Belleville

Dernière mise à jour : lundi 5 mars 2018, par Denis

Rencontre avec Gabriel Debray, directeur et metteur en scène de cet établissement culturel phare à Belleville, Paris 11e

A Belleville, au carrefour de quatre arrondissements populaires de Paris, se niche le Local, un lieu de créations, de pratiques et de croisements artistiques. Une petite salle au rez-de-chaussée d’un immeuble de la rue de l’Orillon, qui peut accueillir jusqu’à 70 spectateurs, un espace chaleureux dont la discrétion masque une activité culturelle dense tournée vers les habitants du quartier. Ces projets s’inscrivent dans le cadre de la politique de la ville et offre une programmation artistique variée et une gamme d’ateliers pour s’exercer. Un lieu proche des habitants au cœur d’un quartier mélangé où les cultures se brassent et se côtoient, animé par l’association Ombre en lumières.

L’association Ombre en Lumière a été créée en 1994. Elle mène plusieurs actions dans deux directions essentielles : la création de spectacles et la sensibilisation au rôle du théâtre dans la cité.

Ombre en Lumière a pour volonté artistique de privilégier l’écriture contemporaine. Elle se propose de créer les conditions de la rencontre entre les artistes et les différents publics concernés.

Une association soutenue par de nombreuses institutions : Conseil régional, Ville de Paris, DRAC, Préfecture, Rectorat. Ombre en Lumière mène une véritable action culturelle avec les écoles, les habitants et les associations locales, hors et dans les murs. Cette action envisage le théâtre comme un outil pédagogique, tant dans son action avec la collectivité qu’au travers une proposition d’ateliers (jeunes et adultes) pour ceux qui souhaitent explorer ce mode d’expression.

Le Local est orchestré par Gabriel Debray, un homme d’expériences qui sait fabriquer autour de cet espace culturel, un miroir du quartier et de son histoire, avec des acteurs locaux de Belleville autant que des comédiens professionnels venus de tous les horizons. Gabriel Debray parle d’une dynamique d’un public croisé à travers son projet du théâtre dans la cité.

Gabriel Debray, portrait d’un metteur scène bâtisseur – interview :

Gabriel pouvez-vous nous raconter d’où vient cette passion pour le théâtre ?

Tout a commencé par une invention de ma grand-mère. Elle avait construit un théâtre d’images transparentes et de jeux d’ombres, un castelet avec lequel j’adorais raconter des histoires lorsque j’étais enfant. Mon premier spectacle, un Gulliver avec un comédien et des marionnettes à fil, qui m’a beaucoup marqué.
Plus grand j’entamais une formation théâtrale avant de fonder une compagnie et de partir sur les routes de France avec une première mise en scène en 1987. Je suis devenu par la suite assistant de Jouanneau et Schiaretti ; parallèlement j’ai mené des ateliers auprès des lycées.

Parlez-nous de cette rencontre avec le Local

Depuis 1995, l’association Ombre en lumière qui réunit des danseurs, des comédiens et des auteurs intervient dans la cité et investit le Local à Belleville en janvier 2002. Un quartier sensible où je décide de poursuivre dans cette implantation un projet qui repose sur les croisements artistiques. La rencontre avec les élèves et les habitants de Belleville, un lieu pour fabriquer avec eux, autour d’eux, puis faire venir au Local des expériences et des créations, construire ainsi une dynamique autour d’une programmation qui s’identifie à notre démarche et cette volonté d’interroger la mémoire du monde et celle d’un quartier.

Vous avez mis en scène plusieurs créations, dont « L’insomnie du Prince de Conti » à laquelle vous êtes très attaché. Aujourd’hui quels sont les projets à venir ?

Oui, c’est vrai que je tiens beaucoup à cette adaptation parce qu’elle traduit bien le souhait de l’équipe artistique de s’interroger sur la place du théâtre dans le contexte culturel actuel, et interpeller ainsi le public. Mais nous travaillons aussi autour de l’image, du mouvement et de la danse et vous verrez prochainement deux spectacles à base de marionnettes dont un drame burlesque d’après des textes d’Antonin Artaud. Il y aura également un temps fort avec le printemps des poètes : lire, dire et écouter des poèmes du monde entier. Ensuite viendront d’autres spectacles de théâtre, et de la musique aussi.

Et puis il y a le souhait d’accueillir en résidence, de proposer également un échange avec le tissu associatif et ses acteurs locaux, créer une nouvelle dynamique. Inventer, réinventer avec la proximité, nous cherchons toujours une dynamique de public croisé.

Pour quelles raisons ?

Ce qui nous anime c’est de se questionner autour de soi et du quartier, interroger le monde de près et de loin, partager à travers l’échange, donc cela va de ce qui nous environne à proximité jusqu’à des dimensions plus universelles ou philosophiques, ce lien est l’un de nos moteurs de recherche et de représentation. D’ailleurs en cette période mouvementée et hasardeuse, le rôle du spectacle vivant m’apparaît essentiel pour résister humainement à l’air du temps !

Créations, actions culturelles, ateliers de pratiques artistiques, Gabriel Debray est un bâtisseur plein d’énergie et toujours en quête de projets au Local, un centre culturel du 11e à Belleville et proche de Ménilmontant. Raconter des histoires, accueillir des artistes, porter la langue des poètes, et offrir une pratique théâtrale, ce sont les couleurs Local ! Alors si vous ne connaissez pas ce lieu culturel et théâtral, je vous invite à le découvrir…

http://www.le-local.net/

Interview – portrait janvier 2011. Denis

En images

Adresse

18 rue de l’Orillon, 75011 Paris


Ce contenu peut aussi vous intéresser :

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.