.evous
> >

Séverin : Concerts et nouvel album

Jeune auteur-compositeur né à l’aube de la décennie, Séverin vit l’avènement des synthétiseurs : les années 80. Flirtant avec de multiples instruments (clarinette, guitare, piano, chant…), c’est lors de ses études de cinéma qu’il réalise à quel point la musique tient une grande place dans son univers. En grand fan de comédies musicales, il continue d’observer avec émerveillement et curiosité le lien magique qu’entretiennent musique et image.
En 2006, Séverin et son acolyte Lafayette forment un duo électro-pop souriant nommé One-Two. Ensemble, ils vont accumuler les premières parties prestigieuses telles : Justice, Bloc Party, Wyclef Jean ou The Rapture… et se forger une solide expérience de la scène en Allemagne, Angleterre et dans le reste de l’Europe.


Puis survient un drame du quotidien : Séverin et sa compagne se séparent. Alors, lui vient le besoin inconditionnel et frénétique de composer de la musique mais uniquement pour des filles. Inconsciemment, il a besoin de leur plaire, d’être aimé à nouveau pour aimer encore et panser ses plaies… Ainsi, son chagrin trouve un écho naturel à travers les voix des 14 chanteuses qu’il sélectionne avec minutie et délicatesse.

L’album de Séverin, Cheesecake (2008), a été élaboré dans trois studios de la capitale : à Pigalle pour travailler les prises live, au Studio de la Seine pour les voix, et enfin au Studio de la Grande Armée pour les instruments et le mix. C’est un album qui regorge de trouvailles inspirées des yéyés et des années 80 pour l’influence électro-clinique. Séverin affectionne particulièrement les univers musicaux qui allient : le chaud (batterie) et le froid (synthé). Il est sensible au jazz, reconnaît être fan comme un môme de Led Zep. Il apprécie aussi les Beatles, Israel Vibration, Herbie Hancock, Paul Simon (parce que c’est un des meilleurs mélodistes), l’attitude dandy chic de Jacno, des Talking Heads, ou encore des gentils punks de Marquis de Sade, d’Edith Nylon, de Marie et les garçons et l’esprit sixties des Kinks.
Séverin s’amuse et annonce : "C’est un album international car les filles sont : russe, française, allemande, suédoise, brésilienne, alsacienne,… le bassiste est bulgare, le clavier est danois et le batteur vient du Loir et Cher". A la production, on retrouve Julien Delfaud (Phoenix, Herman Dune, Revolver...).


En avril 2011, Severin revient avec L’Amour triangulaire, un disque sensuel et aérien à la fois, qui raconte l’amour en fuite et la vie de merde, une alternative inédite et rafraîchissante au paysage français. Parvenant à concilier poésie sobre et hymnes discopop, songwriting classique et légèreté pop, le chanteur agence ainsi la bande-son, fraîche et sexy, des ruptures amoureuses.
Le public a ensuite pu le découvrir en live à Paris, lors de concerts donnés aux Trois Baudets en juin 2013.

Après avoir oeuvré en tant que réalisateur artistique pour Camélia Jordana, Liza Manili, ou Cléa Vincent, Severin redevient chanteur pour l’élaboration de son nouvel album Ça ira tu verras. Disponible le 5 février 2016, ce disque a été enregistré avec les musiciens Ambroise (Revolver), Jean Felzine (Mustang), Mathias Fisch (Lilly Wood & the Prick), ainsi que Philippe Katerine. Personnel et sincère, Ça ira tu verras hésite entre confession personnelle et portrait d’une génération, explorant les affres de la rupture, la force vitale qui fait s’en relever, la douceur du couple, les pesanteurs de la comédie sociale...

Pour découvrir l’agenda 2016 des concerts à Paris, cliquez ici !
Et pour être informé des dernières news musicales, suivez-nous sur Facebook !