eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Guide Paris 16e > Apprendre et se divertir, Paris 16e > Sports et Loisirs, Paris 16e > Le nouveau Stade Jean-Bouin

Le nouveau Stade Jean-Bouin

Dernière mise à jour : mercredi 6 février 2013, par Flavien, Franck Beaumont, Morgan

Reconstruit et agrandi par l’architecte Rudy Riciotti, le nouveau stade Jean Bouin ouvrira ses portes en juin 2013

Maison du club de rugby du Stade Français, le stade Jean Bouin a vu le jour en 1925, avant d’être rénové en 1970, puis dans les années 1990 et encore actuellement. Ce grand stade a été le théâtre de nombreux exploits sportifs, notamment en rugby ou en athlétisme. Par exemple, c’est sur sa piste de saut à la perche que le mythique Sergueï Bubka passa la barre des 6 mètres en 1985.

Imaginé et dessiné par l’architecte Rudy Ricciotti, le nouveau stade Jean Bouin passera d’une capacité d’accueil de 9.000 à 20.000 places. Il dévoilera bientôt ses courbes généreuses au travers d’une fine résille en béton et en verre. De hauteurs variables, les façades asymétriques de ce bâtiment compact onduleront comme une "ola" de supporteurs !

La maille préfabriquée des façades, étanche et conçue sur mesure, enveloppera également la toiture destinée à protéger le 20.000 places assises. Par ailleurs, 8.400 m2 de bureaux et de commerces seront ouverts.

Pour en savoir plus sur Rudy Riciotti : ses œuvres parisiennes et franciliennes.

Selon la ville de paris, le coût total du projet est estimé à 150 millions d’euros. Le Stade Français paiera à la Ville une redevance annuelle de 300 000 à 500 000€, contre 39 981€ en 2010.

Longtemps désiré par le club du Stade Français, et combattu par le Maire du 16e arrondissement, Claude Goasguen, des élus Verts de Paris et des associations sportives et de résidents, ce projet architectural a été défendu bec et ongles par le Maire de Paris, Bertrand Delanoë.

Dans ses vœux pour 2013, le Maire PS de la capitale a annoncé « l’une des plus belles livraisons architecturales de [s]es deux mandats. [...] Tout ça pour les Parisiens, pour leur usage, pour leur confiance ».

Pourtant, une partie de ces Parisiens a fait son possible pour entraver la marche d’un dossier qui a véritablement pris son essor en 2009 avec les premières concertations auprès du public. Le motif principal des opposants à un nouveau stade ? Le fait que des associations comme le Club Paris Jean Bouin, ou des groupes scolaires ne pourront plus utiliser le stade comme ils le faisaient auparavant car il sera uniquement destiné aux équipes de rugby du Stade Français.

Agitant des menaces comme des embouteillages monstres ou des nuisances sonores, les opposants au projet n’ont donc pas eu raison de la pugnacité des dirigeants du Stade Français et de Bertrand Delanoë, malgré de solides arguments comme la présence dans le sud de Paris (13e) d’un stade Charlety trop souvent vide et que le Stade Français aura côtoyé le temps des travaux...

Équipements :

- 19 courts de tennis : 13 en terre battue et 12 courts couverts chauffés en hiver
- un gymnase pour le basket
- un terrain de hockey en gazon synthétique
- une piste d’athlétisme
- un stade de rugby


Les associations et clubs sportifs pratiquants au Stade Jean-Bouin :
Club Paris Jean-Bouin : Tennis

Adresse

26 Avenue du Général Sarrail 75016 Paris

Messages

  • Pouvez-vous citer une ville dans le monde juxtaposant trois grands stades dans le tissu urbain d’une ville ancienne ? Il est vrai qu’il est certain que Roland-Garros devra déménager d’ici dix ans et que cela fera de la place, mais quel gâchis. On ne sait quels intérêts ont justifié les efforts pour en arriver là. Pas d’information sur les flux financiers divers, des arguments fallacieux sur les avantages pour la population. On aimerait autant d’ardeur en faveur du logement social. Et un ancien joueur de l’équipe de France de rugby à la présidence de la FFT : la pointe d’un iceberg douteux ?