eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Guides France > Bretagne > Tourisme industriel en Mobihan

Tourisme industriel en Mobihan

Dernière mise à jour : mercredi 20 août 2014

Le tourisme économique comporte trois axes : le tourisme d’entreprise, le tourisme de patrimoine industriel et le tourisme scientifique.

Le Morbihan offre ces trois aspects aux visiteurs du département.

Le sel de Guerande

A 10 minutes de La Baule, le marais salant de Guérande. 2000 ha de bassins qui forment un site unique, reconnu patrimoine remarquable, entre Guérande, Batz-Sur-Mer, La Turballe, Le Croisic, Le Pouliguen et La Baule et du Mès (communes de Mesquer, Saint-Molf et Assérac).

Un site en bordure de l’Atlantique entre les embouchures de la Loire et de la Vilaine. Les marais salants de Guérande profitent de leur faible hauteur d’eau pour développer du plancton (lumière jusqu’au des bassins et réchauffement de l’eau). Plus de 200 espèces d’oiseaux migrateurs hivernent ou se reproduisent dans les bassins.

Les lisières des talus sont envahies par la salicorne. Dans l’assiette, cette plante d’eau salée peut être traitée comme un haricot vert, ou comme un cornichon en condiment.

Des visites tarifées sont organisées,
en famille, en groupe, en tourisme d’affaires. De 45’ à plus de 2 heures.

Une façon de découvrir le métier de paludier, le gardien de ce patrimoine, le magicien de la goutte d’eau, l’homme des marais, l’homme qui donne du las (l’outil spectaculaire). Une production entièrement biologique depuis 2000 ans. Un paludier gère entre 50 et 60 oeillets regroupés en loties.
Un travail agricole qui couvre les 4 saisons : l’hiver consacré à l’entretien, le printemps pour vider les salins de leur eau de pluie, reconstruire les talus, l’été pour la récolte du sel (un activité dépendant de l’ensoleillement, de pluviométrie et des vents). Le paludier qui travaille sur 3 à 4 hectares récolte entre 2 et 3 tonnes de fleur de sel et 60 à 90 tonnes de sel. l’automne le paludier roule le sel afin de le protéger pour l’hiver.


Les ateliers de jean Baptiste Chapuis

Hinzal
56190 Muzillac
Bretagne

Plan d’accès
Tel : +33 (0)2 97 41 59 23
http://www.jbchapuis.fr

Conception, réalisation des décors de boiseries contemporaines ou anciennes.
Des créations uniques

Ébéniste d’art, restauration création de meubles d’art. Dorure à l’ancienne.

Dotés d’un bureau d’étude moderne, ils intègrent, suivant la demande du client, des systèmes mécaniques audacieux tout en restant dans un esprit de luxe artistique. Les compétences des ateliers s’étendent aussi à la restauration des parties bois des monuments historiques : boiseries, parquets, escaliers… Un atelier de dorure sur bois vient compléter et parfaire sa capacité de création et de restauration.

Une visite guidée gratuite de 1h 30.

En 1979, la société a inventé une technique de déplacage électronique applicable dans la restauration des meubles français des XVII et XVIIIe siècle


Lorient, aire de réparation navale de Keroman

Sur le port de pêche de Lorient dans le Morbihan.

L’aire de réparation de la flotte civile est équipée d’un élévateur pouvant supporter une charge de 650 tonnes. une aire de 11000m² est dédiée à ce type de bateaux.

5000m² sont dédiés aux bateaux de 250 tonnes et 7500m² pour les unités jusqu’à 150 tonnes.
une vingtaine de bateaux peuvent être accueillis en simultané
Un bâtiment est à la disposition des entreprises qui travaillent sur cette activité de réparation navale. Des visites gratuites de 2 heures sont organisées sur a zone pour fournir toutes les explications à cette activité que Lorient veut relancer malgré la concurrence régionale de Concarneau et Brest.

De quoi assurer l’entretien des bateaux de pêche et des petits bateaux de commerce. Lorient reçoit chaque année 250 bâtiments de 120 à 130 mètres de long.
L’activité réparation est consacrée à 40% aux bateaux de pêche, 20% à la plaisance, 20% aux bateaux de passage pour des réparations ponctuelles.

Le chantier a également une activité de construction de bateaux de course et de croisière.

Outre la réparation, le port de pêche de Keromant assure 3000 emplois directs répartis sur plus de 270 entreprises. La flotte de pêche est composée de 118 navires dont 25 sont armés pour la haute mer. 50% de la flotte adopte la pêche au chalut.


Retrouver les 50 sites touristiques incontournable de Bretagne