.evous
> > > >

Hôtels particuliers - Un Empire en Chocolat : la dynastie Menier

En vous promenant autour du parc Monceau, vous serez sûrement étonnés d’apprendre que pas moins de trois hôtels particuliers y ont été édifiés pour une famille alors à son apogée, celle des fabricants de chocolat Menier. Grandeur et décadence d’une belle aventure industrielle...

Tout commence en 1825 avec Jean-Antoine Menier lorsqu’il installe à Noisiel, en Seine-et-Marne, son entreprise chocolatière basée depuis 1816 dans le Marais, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie. Il fabrique alors des médicaments à base de chocolat aux vertus thérapeutiques. En 1836, c’est la naissance de la 1re tablette de chocolat ! Elle est enrobée de papier jaune.

En 1855, son fils Emile-Justin Menier poursuit l’aventure et reçoit la Médaille d’or pour les “produits pharmaceutiques” à l’Exposition Universelle. Avec Emile, les chocolats Menier prennent leur essor. En 1862 : il achète 1.500 hectares au Nicaragua pour parer à la fluctuation du cacao. Entre 1865 et 1872, il modernise son usine de Noisiel en faisant construire un moulin resté très célèbre : le moulin Saulnier - du nom de son architecte Jules Saulnier- , extraordinaire pour l’époque par sa structure métallique apparente et l’usage décoratif de la brique de couleur (illustration ci-dessous) ; il abrite alors les ateliers de broyage des fèves de cacao (il est classé MH depuis 1992). En 1867, la chocolaterie Menier emploie 325 personnes et la production de chocolat atteint 7.600 tonnes en 1876.

De 1872 à 1874, afin d’asseoir sa situation, Emile-Justin se fait construire par l’architecte Parent un opulent hôtel particulier sur le parc Monceau (1re illustration), au n° 5 avenue Van Dyck. L’hôtel est construit perpendiculairement à l’avenue pour donner sur le parc ; il comporte une aile en retour, percée d’un porche qui mène aux communs et aux écuries. Le luxe décoratif des façades à bossages est inouï avec une abondance de têtes mais aussi d’animaux sculptés ; le style s’apparente au baroque flamand ; les sculpteurs Lefebvre et Dalou ont participé à créer ce décor. De chaque côté du corps principal, un avant-corps en rotonde occupe le centre ; il porte le chiffre « M » des Menier côté parc ; il est précédé d’un magnifique escalier côté cour qui permet d’accéder à l’hôtel. Aujourd’hui séparé en appartements, l’hôtel ne se visite malheureusement pas, mais se voit très bien de l’avenue et depuis le parc.

En 1881, à la mort d’Emile, ses fils Henri et Gaston vont poursuivre le développement de l’entreprise. En 1895, Henri Meunier achète au Canada l’île d’Anticosti (1 million d’hectares) pour en faire son domaine de pêche et de chasse. Il est à l’origine de l’ACF (Automobile Club de France). Passionné d’automobile, il collabore avec Bollée, Panhard & Levassor à la construction de la première voiture sans chevaux. En 1913, la famille Menier achète le merveilleux château de Chenonceaux, à cheval sur le Cher - les descendants Menier le possèdent encore aujourd’hui après plus de cent ans de soins attentifs. 1913 est également l’année de naissance du célèbre papier aluminium pour emballer les tablettes.

Henri Menier se fait construire en 1880 une belle demeure près de celle de son père, au N° 8 rue Alfred de Vigny, par le même architecte Parent (illustration ci-contre). Le style est néo-Renaissance (nous sommes en pleine période de l’éclectisme) avec ses fenêtres à meneaux et ses lucarnes. Les bâtiments sur cour de style néo-normands sont encore plus pittoresques avec la présence d’une échauguette en brique et pan de bois. Cet hôtel Menier abrite aujourd’hui le Conservatoire de Musique du 8e arrondissement.

Gaston Menier, son frère, n’est pas en reste et occupe à partir de 1878 un bel hôtel particulier déjà existant, au n° 4 avenue Ruysdaël (illustration ci-dessous). Le style brique et pierre y est encore néo-Renaissance et la frise de rinceaux entre le rez-de-chaussée et le premier étage est admirable. Gaston Menier le fera surélever d’un étage de pierre, doté de grandes baies cintrées. En 1885, il confie à Henri Parent (décidément l’architecte fétiche de la famille) la construction des communs à l’arrière. Depuis 1953, cet hôtel Menier abrite le Conseil national de l’ordre des pharmaciens.

Après la Seconde guerre Mondiale, la concurrence des barres chocolatées et la faible rentabilité du chocolat empêchent l’investissement nécessaire et annoncent le déclin de l’empire. Après Henri et Gaston, deux nouvelles générations de Menier - Georges et Jacques, puis Hubert et Antoine - se succèderont encore à la tête de la société. En 1965, l’entreprise fusionne avec les chocolats Rozan. Mais en 1971, elle est rachetée par Rowntree Mackintosh, puis en 1988 par la société suisse Nestlé. Nestlé a d’ailleurs décidé d’installer son siège français dans le célèbre Moulin Saulnier de Noisiel. Même si la marque a perdu de sa notoriété, dépassée par les chocolats suisses ou belges, les tablettes de chocolat pâtissier Menier ainsi que le chocolat en poudre continuent à être commercialisés.

Franck Beaumont

Sources : Guide du promeneur 8e, Guide du Patrimoine Paris.

5 avenue Van Dyck

Adresse

Mots-clés