evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 18e > Actualités Paris 18e > Vie de quartier, Paris 18e > Faits divers, Paris 18e > Une caserne pour les musulmans du XVIIIe ?

Une caserne pour les musulmans du XVIIIe ?

mardi 14 novembre 2017, par André Balbo

Selon le quotidien Libération, la Préfecture de police de Paris envisagerait que les musulmans priant rue Myrha et rue Polonceau le vendredi puissent un jour être accueillis près de la porte des Poissonniers dans un vaste hangar à l’angle de la rue Jean-Cocteau et de l’avenue de la porte des Poissonniers.

Une visite du site aurait déjà été faite le 4 juillet par le recteur de la mosquée de la rue Myrha, Hamza Salah, qui était accompagné de représentants de la Préfecture et du ministère de l’Intérieur, qui est aussi le ministère des cultes.

Moussa Diakitè, recteur de la mosquée de la rue Polonceau avait déjà effectué cette même visite quelques jours plus tôt.

Daniel Vaillant, maire PS du XVIIIe, indique que « depuis plusieurs mois la Préfecture cherche des locaux qui permettraient de résoudre la question des prières dans les rues de l’arrondissement.

Ce bâtiment, dont une partie est actuellement utilisée par l’association Adoma pour loger des sans-abri, est propriété du ministère de la Défense. L’autre partie, d’une superficie de 1 500m2, est sans affectation et inoccupée depuis deux ans.

La loi de 1905 interdisant à l’État de financer les cultes, il s’agirait d’établir une convention d’occupation précaire, les associations musulmanes versant un loyer d’un montant certainement raisonnable, dans la mesure où ces locaux ne seraient occupés que quelques heures par semaine. Les services fiscaux seraient en train de le calculer, en ajoutant, sous forme de loyer complémentaire, le remboursement des travaux de mise aux normes (dont électricité et chauffage), qui seraient réalisés par l’État.

Les musulmans se disent prêts à financer les travaux de transformation de ce hangar en lieu de culte (dont des salles d’ablutions), qui pourraient être de l’ordre de 180 000€, la question restant que ce lieu ne serait utilisé dans cette fonction que de façon provisoire, puisqu’il est très fortement question à terme de le vendre.

La mairie de Paris construit par ailleurs à la Goutte d’Or un Institut des cultures d’Islam, qui inclura deux salles de prières, chacune étant d’une capacité de 1 000 personnes, soit un total sensiblement identique à celui des locaux existants. Elles seraient revendues aux associations musulmanes, pour un prix de l’ordre de 6 à 7M€, selon Daniel Vaillant.

André Balbo

sources : Libération, mairie du XVIIIe

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.