eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 9e > Lieux clés Paris 9e > Hôtel Drouot - Richelieu > Vente exceptionnelle "Paris, mon amour" à la salle Drouot

Vente exceptionnelle "Paris, mon amour" à la salle Drouot

Dernière mise à jour : mercredi 23 novembre 2011, par Franck Beaumont

Vente aux enchères le lundi 12 décembre 2011.

Fort du succès des deux premières ventes sur le thème de Paris qui ont eu lieu en décembre 2009 et juin 2010, la société de ventes volontaires Lucien organisera le 12 décembre prochain, à Drouot Richelieu, une troisième vente intitulée « Paris mon amour ».

Cette vacation comblera tous les amoureux et les passionnés de la capitale en leur proposant près de 250 lots emblématiques dont un lot inédit, vendu pour la première fois à Drouot : la vente judiciaire d’une licence de taxi parisien proposée à partir de 100 000 €. Ce document permet au titulaire d’exercer la profession de chauffeur de taxi dans le ressort de Paris et sa proche périphérie.

MOBILIER URBAIN : une paire de lampadaires en fonte, à décor de mascarons et feuillages : il s’agit d’un modèle de l’architecte Hittorff pour les Champs Élysées. Elle est proposée autour de 10 000 € la paire. On retiendra également une autre paire de lampadaires en fonte et aluminium, modèle que l’on trouve sur l’actuelle avenue Foch, début du XXe siècle (3 000/3 200 € la paire), des boîtes aux lettres des Postes et Télégraphes vers 1900 (200/300 €), ainsi qu’un bulbe de colonne d’affichage « Morris » en zinc peint en vert, début du XXe siècle (1 500/1 600 €).

D’autres pièces emblématiques de la Capitale seront proposées, telles que des bancs publics et de jardins privés, des rampes d’escalier de demeures, des fontaines de cours d’immeuble, et aussi des plaques de signalétique de rues en fer émaillé : Rue de Tanger, rue Bellot, avenue de la Porte de Clichy, etc.

MOBILIER DU MÉTROPOLITAIN : Les passionnés pourront acquérir une partie de garde-corps en fonte d’entrée du métropolitain parisien, création de l’architecte Hector Guimard, d’époque art nouveau, estimée 1 500/2 000 €.
Une rare banquette dos à dos de voiture de première classe, garnie de skaï rouge, vers 1920, pourra être acquise à 600/800 €. On trouvera aussi des banquettes simples et des strapontins des années 1900, des panneaux de signalétique du métropolitain, des panneaux de directoire du métropolitain, des panneaux de stations, datés de 1900 à 1970, ou encore un sommet de mât de signalétique de bouche d’entrée du métropolitain en fonte, avec l’inscription « MÉTROPOLITAIN », proposé autour de 500 €. Du côté des souvenirs du métropolitain et des autobus, on citera des poinçonneuses, des tickets de métro anciens, des plaques de plateforme d’autobus et des panneaux de signalétique routière pour autobus et taxi.

TABLEAUX, DESSINS, GRAVURES : Cette vacation sera également l’occasion de disperser un grand nombre de tableaux, dessins et photographies. On citera des photographies de la Tour Eiffel en très grand format de Jean Noël Reichel, proposées autour de 1000 € chacune, des photographies plus anciennes, dont celles des quais de la Seine sous le Second Empire par Baldus (autour de 1 000 €), des projets de costumes à la gouache sur papier pour l’opérette « le Chanteur de Mexico » au théâtre du Châtelet, vers 1950 (600 € les six dessins), des tableaux du peintre Marcel Combot représentant Paris et les Parisiens : petits métiers, scènes de la vie courante dans les années 1940/1950 (environ 1 500 €). Suivront de nombreux souvenirs des expositions universelles parisiennes : 1855, 1867, 1878, 1889, 1900, 1937, ainsi que de l’Exposition Coloniale de 1931.

ENSEIGNES : Les amateurs pourront également s’offrir une enseigne de bottier en fer peint, épousant la forme d’une botte, vers 1900 (100/120 €), des plaques en fer de marchand de tabac, une enseigne de serrurier, une enseigne de café-bar, restaurant, et aussi une enseigne d’opticien, vers 1950 (400/500 €).

SOUVENIRS ANCIENS DE PARIS : La Tour Eiffel sera bien sûr à l’honneur avec une grande maquette en bois découpé, gravée 1889. Les nostalgiques remarqueront aussi une exceptionnelle collection de boîtes à bijoux en métal que l’on vendait aux Expositions Universelles (Expositions de 1878, 1889 et 1900) ainsi que des étuis à cigares, des modèles réduits de monuments dont un important modèle réduit de la grande roue de l’Exposition Universelle de 1900 en bois découpé (800/850 €), des boîtes à biscuits, des flacons, des cuillers à absinthe, des services à liqueur, etc.

- BIBLIOPHILIE, ARCHIVES : Historiens et bibliophiles chineront de nombreux ouvrages, dont un album collectif rédigé notamment par Alphand, daté de 1888, traitant du prolongement de la rue Caulaincourt et de la construction du Pont en Acier au-dessus du cimetière du Nord (l’actuel cimetière Montmartre), estimé 600 €. Les passionnés pourront également acquérir de nombreux albums et revues d’époque traitant des Expositions Universelles.

Expositions publiques : le samedi 10 décembre 2011 de 11h à 18h et le lundi 12 décembre 2011 de 11h à 12h.

Vente à Drouot Richelieu-Salle 4 : Lundi 12 décembre 2011.

 : salle Drouot, 9 rue Drouot, Paris 9e.

Adresse

9 rue Drouot