eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 19e > Actualités, Paris 19e > Vie de quartier, 19e > Faits divers, Paris 19e > Auto-école : le permis de frauder ne sera plus délivré à Paris

Auto-école : le permis de frauder ne sera plus délivré à Paris

Dernière mise à jour : jeudi 8 mars 2012, par Morgan

Voilà un procès qui pourrait faire le ménage dans certaines pratiques parfois douteuses des écoles de conduite parisiennes. Depuis mardi, trois responsables de deux auto-écoles du XIXe arrondissement, le CER Flandre et le CER Place des Fêtes, comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris pour diverses infractions, dont la fraude à l’examen du code, la fraude à l’examen de conduite et l’arnaque sur les nombres d’heures de conduite.

Au total, les 287 victimes recensées des deux agences ont été lésées de 500 000 euros entre 2002 et 2005. Interrogée par Europe 1, une victime dit avoir dû prendre en tout 148 heures de conduite pour 6000 euros de frais. Elle n’avait pu passer son examen pour la première fois qu’après 75 heures de cours. Cette pratique, répandue dans les auto-écoles de France, est difficile à juger, car il faut faire la part des choses entre le souci des moniteurs d’envoyer un élève bien préparé à l’examen, et une volonté de ponctionner un peu plus la vache à lait...

Dans ces écoles du nord de Paris toutefois, les méthodes semblaient franchir régulièrement la limite de la légalité. D’après le témoignage de la trentaine de victimes qui s’étaient présentées au tribunal, il était courant que les heures de cours soient raccourcies de quelques minutes et que les moniteurs profitent de ces heures pour faire des courses ou des déplacements d’ordre personnel.

Plus grave encore, les trois responsables jugés sont accusés d’avoir mis en place un système de fraude aux examens. Pour le code, en échange d’une somme de 2000 euros, les candidats empochaient un vibreur et se voyaient indiquer les bonnes réponses aux questions par des signaux électriques. Pour la conduite, l’un des moniteurs a avoué au tribunal avoir embauché à plusieurs reprises des "candidats" sachant conduire afin de faire remplacer de véritables candidats le jour de l’examen. Cela moyennant rémunération bien sûr... Est-ce la fin des moniteurs-flambeurs qui roulent sur l’or de leurs élèves ?

Messages