eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > Baguette > Banette, Rétrodor, Festival, flûte Gana… ?

Banette, Rétrodor, Festival, flûte Gana… ?

Dernière mise à jour : vendredi 3 mai 2013, par Marion Augustin

Le bon pain est de retour et les Banette, Retrodor, Festival et autre flûte Gana y sont pour quelque chose. Mais que recouvrent ces noms de baguettes ?

Ces noms de baguettes sont des marques. La plupart ont été créés par les minoteries, une (la Gana) par un boulanger. En échange de l’achat de farine, les boulangers vendent le produit à la marque de la minoterie, en respectant un cahier des charges. Au départ, les minotiers ont créés des baguettes, aujourd’hui la gamme de pain s’est considérablement élargie, allant de la baguette aux pains aux céréales en passant par les pains bio et la viennoiserie.
Si la farine de qualité est indispensable pour fabriquer du bon pain, le savoir-faire du boulanger est au moins aussi important. C’est la raison pour laquelle la qualité de ces baguettes est inégale, même si toutes ces baguettes sont des « pains de tradition française », défini par le décret de 1993.

Ce décret pain de 1993 a créé le « pain de tradition française ». Le but était de donner les moyens aux clients d’identifier clairement le produit fabriqué par l’artisan. Le pain doit être composé d’un mélange de farines de blé, d’eau potable, de sel et fermenté à l’aide d’une levure de fermentation et/ou de levain. Et surtout aucun additif n’est permis, et en particulier d’acide ascorbique. Ce qui rend le pain de tradition plus exigeant.
En 1995, le décret Raffarin définit un vrai boulanger, complétant le décret pain de tradition française. La meilleure baguette de Paris 2013

Sur les plus de 34 000 boulangeries en France, plus de 12000 fabriquent du pain « de marque ». Reste que le consommateur est perdu devant ces noms, ces marques, ces boulangeries. Certaines font du pain de grande qualité, d’autres du pain assez médiocre.

Enfin, soyez vigilants pour bien différencier les boulangeries des points chauds, qui vendent souvent du pain « cuit sur place ». La pâte, elle, a sans doute été fabriquée dans une usine centralisée et surgelée. Ces points chauds n’ont pas droit à l’appellation boulangerie. A vous d’être attentifs à la devanture.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.