eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements au Musée du Quai Branly > PREMIERS JOURS au Quai Branly : Paul Jacoulet, maître français de l’estampe (...)

PREMIERS JOURS au Quai Branly : Paul Jacoulet, maître français de l’estampe et voyageur en Micronésie

Dernière mise à jour : mercredi 27 février 2013, par Expositions

Paul Jacoulet (1896–1960) arrive dès 1899 au Japon, où il suivra une scolarité japonaise, bénéficiant de cours particuliers d’arts japonais (peinture, calligraphie et récit chanté gidayu) et de leçons de peinture occidentale. Artiste japonais dans sa formation et par sa sensibilité, il se consacre au portrait, empruntant composition et absence de perspective à Utamaro, grand maître de l’estampe ukiyo-e, terme japonais signifiant « image du monde flottant ».

Il en renouvelle d’ailleurs le genre, à la fois par le format et les couleurs utilisées, des nouveaux pigments, comme par l’intégration de nouveaux sujets, de personnages de son entourage ou anonymes, et de scènes de la vie quotidienne. Paul Jacoulet innove aussi avec le papier de très grande qualité kizuki hosho qu’il emploie.


Fleurs d’hiver, Oshima, Japon Juin 1955 gravure sur bois polychrome

S’il séjourne la plus grande partie de sa vie au Japon, il se rend souvent en Corée où sa mère, remariée, s’est installée, en Chine (Mandchourie), et en Micronésie, pour établir des portraits des habitants, qu’il pare de costumes, de tatouages et de bijoux, qu’il entoure d’insectes, de plantes, et de papillons (il en fait collection). Ses nus évoquent une innocence naturelle, et ne sont pas dépourvus d’une nette composante érotique.

Le regard qu’il porte à travers ses estampes, ses aquarelles et ses dessins, sur ses modèles, hommes ou femmes, est à la fois chaleureux, conscient des traditions, et... ethnographique.

La Micronésie désigne les « toutes petites îles » situées au Nord de la Nouvelle-Guinée et des Salomon.

L’œuvre de Paul Jacoulet est particulièrement originale, dans la mesure où elle livre le regard à la fois d’un artiste-ethnographe, mais dont ces ailleurs sont devenus quotidiens et intimes.


Jeune homme de Rull, Yap, Ouest Carolines, 1934, crayon et aquarelle sur papier

Davantage reconnu au Japon comme un artiste représentatif de l’estampe, Paul Jacoulet pourrait l’être prochainement dans son propre pays.

L’essentiel du fonds conservé dans sa maison à Karuizawa, soit 2 950 œuvres (estampes, aquarelles, dessins, esquisses, matrices de bois et objets personnels divers) ont fait l’objet en 2010 par ses héritiers d’une donation exceptionnelle au musée du Quai Branly.

L’exposition présente plus de 160 aquarelles, dessins et estampes exceptionnels de cet artiste, un ensemble de matrices de bois utilisées pour la préparation des estampes, des objets du musée du quai Branly et du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Son commissaire, Christian Polak, est spécialiste de l’histoire des relations franco-japonaises, et de l’œuvre de Paul Jacoulet. Il est assisté de Julien Rousseau, responsable des collections Asie au musée du Quai Branly.

Un artiste voyageur en Micronésie. L’univers flottant de Paul Jacoulet, du 26 février au 19 mai 2013, musée du Quai Branly, Mezzanine Est, 206-218 rue de l’Université, ou 27-37 quai Branly 75007 Paris. Mardi, mercredi, dimanche de 11 à 19h, jeudi, vendredi, samedi de 11 à 21h. Fermeture le lundi, sauf durant les vacances scolaires (toutes zones).

Vous retrouverez dans les articles « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », et « Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tenterons aussi de vous les présenter chaque mois , à partir de Février 2013.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

André Balbo

source : Christian Polak, musée du Quai Branly

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.