evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Musique > Artistes > Django Reinhardt, l’icône du jazz manouche

Django Reinhardt, l’icône du jazz manouche

samedi 6 octobre 2012, par Jean

Issu de la communauté manouche, Jean-Baptiste Reinhardt, alias Django Reinhardt, voit le jour le 23 janvier 1910 dans la roulotte familiale stationnée en Belgique où les parents voyagent. Son enfance débutera sur les routes d’Europe et d’ailleurs, de la France en passant par l’Italie, jusqu’à l’Algérie pour échapper à la Première Guerre mondiale.

À son retour, la famille s’installe sur les "Fortifs", quartier à la mauvaise réputation aux portes de Paris. Le gamin de 10 ans découvre la musique en s’exerçant sur le banjo de son oncle, observant les musiciens du campement. Excellant rapidement sur cet instrument, il passe au violon puis à la guitare. 3 ans plus tard, il cachetonne de bals en bistrots parisiens, jusque dans les soirées bourgeoises. La réputation de l’adolescent autodidacte, qui ne sait pas lire une partition musicale ni écrire son nom, est vite acquise auprès des mélomanes. Elle le conduit en 1928 vers l’accordéoniste Jean Vaissade qui lui permet d’enregistrer son premier disque. Dans le même temps, il doit intégrer la formation du chef d’orchestre Jack Hylton, pour un concert à Londres... auquel il ne participera pas !

Le feu qui le piège avec sa femme dans leur roulotte, les laisse tous deux gravement blessés. Brulé à une jambe et à la main gauche, il séjourne 18 mois à l’hôpital Saint-Louis où les médecins restent sceptiques sur ses capacités à rejouer, ayant perdu l’usage de deux doigts. S’acharnant durant 6 mois sur l’instrument que son frère "Nin-Nin" lui procure, il développe alors une nouvelle technique de jeu. 1930, lorsqu’il sort enfin de l’hôpital, il découvre que, venu des États-Unis, le Jazz a apporté avec lui la guitare dans les formations musicales. C’est à elle et à cette "nouvelle" musique qu’il consacrera son art, séduit par Duke Ellington, Louis Armstrong, Joe Venuti...

L’année suivante, il joue dans l’orchestre du club la « Croix du Sud », où il rencontre Stéphane Grappelli. Ensemble, ils fondent en 1934 le Quintette du Hot Club de France dans lequel jouent son frère Joseph "Nin-Nin", le guitariste Roger Chaput, Louis Vola à la contrebasse. Leur style novateur leur vaut un grand succès et des tournées dans toute l’Europe avec les plus grands du moment. Séduit par leur talent, le chanteur Jean Sablon leur permet d’enregistrer en studio.

1939, en tournée anglaise lorsque la guerre éclate, Django revient en France où il est réformé. Durant le conflit et sans cesser de jouer, il enregistre "Nuages" avec le clarinettiste et saxophoniste de jazz Hubert Rostaing en 1940. Sa seconde femme qu’il épouse en 1943 lui donne un fils, Babik Reinhardt, devenu à son tour un grand guitariste.

À la Libération, il improvise une célèbre Marseillaise avec Grappelli, resté en Angleterre, et qu’il vient de retrouver. Fidèle à ses racines musicales, il s’empare alors du "be-bop", débarqué avec les alliés américains. Puis, il rencontre Duke Ellington lors d’une tournée américaine du Hot Club de France qui a repris du service. Mais l’accord n’est pas parfait avec l’Amérique. Las, l’artiste pose alors sa guitare pour s’adonner à la peinture, à la pêche. Le Quintette se reformera alors au gré d’enregistrements.

1951, Django Reinhardt s’installe à Samois-sur-Seine où il achète une maison. Le souffle du jazz lui revient, plus inspiré que jamais, se produisant régulièrement dans une formation qui réunit les meilleurs musiciens de be-bop du moment. Huit titres, produit par Eddie Barclay, sont enregistrés pour le public américain, dont le succès scellera définitivement sa renommée mondiale. Des décennies de guitaristes en feront leur référence, tant il est précurseur dans ce registre.

Le 16 mai 1953, une hémorragie cérébrale le foudroie à 43 ans, mettant brutalement un terme à la carrière du musicien qui symbolise encore aujourd’hui le Jazz manouche et dont les accords connaissent actuellement un renouveau à travers de multiples interprètes. Il laisse une centaine 100 compositions, dont certaines ont été coécrites avec son complice Stéphane Grappelli.
Django Reinhardt repose à Samois-sur-Seine qui lui consacre chaque mois de juin, depuis 1968, un festival portant son nom. Le Festival Django Reinhardt 2013 se déroule du 26 au 30 juin.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.