eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Cité de l’Architecture et du Patrimoine > Expo Riccioti, architecte de l’été avec le Mucem à Marseille, à la Cité de (...)

Expo Riccioti, architecte de l’été avec le Mucem à Marseille, à la Cité de l’architecture

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Peut-on parler de rétrospective quand on présente pour la première fois le travail d’un jeune architecte ?

Rudy Ricciotti, acteur majeur de la nouvelle vague architecturale française, a reçu le Grand Prix d’Architecture en 2006.

Cette exposition, en forme d’éloge de la matérialité (son premier titre, avant modification), exprime la dimension à la fois physique et poétique de son architecture.

Avec audace et justesse, cet amateur et collectionneur d’art contemporain revendique une esthétique de la pauvreté, du vulgaire, du « low tech » comme matériau énergétique. On y retrouve comme des bois flottés, ou des résilles de polystyrène, une irrégularité générique comme frappée de pérennité.

Musée des Civilisations d’Europe et de Méditerranée, Marseille © Rudy Ricciotti

L’auteur du MuCEM de Marseille (le Musée des Civilisations d’Europe et de Méditerranée, du stade Jean Bouin à Paris, et du département des Arts de l’Islam au Louvre offre une architecture en permanente mutation qui suscite un intérêt toujours renouvelé.

L’exposition, orpheline de maquettes, présente quelques membres arrachés du travail de Rudy Ricciotti, des poutres en béton, certainement modélisées à partir d’arbres puissants, bois flottés irréguliers, troués comme les vrais de possibles passages d’insectes, et quelques projections de projets. Fière allure. Allongées au sol et assagies, entre branches ou cuisses, elles peuvent être caressées, comme un peu plus loin ce spécimen de résille : minéralités, végétalisations, textures, charnalités, et laisser passer l’air, la vue sur la mer, et si possible le cri des mouettes.

Cela respire à la fois une force plastique et rassure par l’évidente dimension technique, mais à la fois on sent comme un respect ou une boursouflure qui retarde la séduction d’une évidente créativité novatrice. Le fond, le forme.

"Cette double approche apparaît, teintée de radicalité, dès l’émergence du Stadium de Vitrolles dans un paysage de bauxite au début des années 1990. Elle s’affirme par la suite dans l’expression structurelle (Centre chorégraphique national Preljocaj à Aix-en-Provence, MuCEM de Marseille) comme dans la matérialité mise en œuvre (villa Navarra, Musée Cocteau à Menton, siège d’ITER à Cadarache).

Résille de façade, modèle A. MuCEM - Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, 2002-2013. Matrice bois pour réalisation de moule (Technimoulage) Collection Benoît Maignial

Parallèlement à ces œuvres emblématiques, Rudy Ricciotti entretient une relation particulière avec le patrimoine moderne depuis la Philharmonie de Potsdam jusqu’aux Grands Moulins de Paris, géants de béton qu’il s’attache à sauver de la destruction en prônant leur transformation pour accueillir l’université Paris VII."

L’exposition met également en valeur une série d’expérimentations sur le béton, de la passerelle du Pont du Diable, à Gignac (Hérault), au grand escalier du département des Arts de l’Islam au cœur du musée du Louvre.

Moules de production et éléments de construction sont présentés à l’échelle 1, en contrepoint de grandes images en mouvement des projets construits et à venir.

Le film Rudy Ricciotti, l’orchidoclaste, signé Laetitia Masson, offre au public un portrait inédit de l’architecte, fasciné-fascinant. L’auteur traque l’architecte pour obtenir des réponses sur son travail, et on y apprend le rôle important et la confiance qu’il accorde à l’informatique et à ses menuisiers d’une part, mais aussi sa perception du Sud, qui vaut bien celle du Nord que fait Michel Galabru dans les Ch’tis.

Le commissaire de cette exposition est Francis Rambert, directeur de l’Institut français d’architecture.

Rudy Ricciotti, architecte, à la Cité de l’Architecture, du 10 avril au 15 septembre 2013. 1 place du Trocadéro 75016 Paris.

Vous retrouverez dans l’article 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Les Grandes Expositions et Calendrier 2014 peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

André Balbo

sources : visite, la Cité de l’architecture