.evous
> > > > > >

L’Inca et le Conquistador. Une exposition au Quai Branly

Du 23 juin au 20 septembre 2015, les deux versants, si ce n’est les deux versions, de la conquête du Pérou.

Présentant des objets incas et hispaniques, des peintures coloniales et républicaines, des gravures et des cartes anciennes, l’exposition "L’Inca et le Conquistador" revient sur les épisodes de cette Conquête en mettant l’accent sur la rencontre avec l’Autre.

Vous assistez à la mise en scène de ce que fut cette "capture" du Pérou à travers les épopées parallèles et contraires de deux hommes, l’Inca Atahualpa et le conquistador Francisco Pizarro.

La rencontre de ces deux protagonistes illustre la confrontation de deux mondes que tout oppose, radicalement différents, qui allaient vivre en s’affrontant une profonde révolution politique, économique, culturelle et religieuse.

Portrait de Pizarro par Amable Paul Coutan © Château de Versailles

Leur conflit marquera le destin du plus grand empire jamais connu aux Amériques, le Tawantinsuyu Inca (v. 1350-1533), et celui de l’Empire espagnol, alors en pleine expansion sous le règne de Charles Quint (1500-1558).

En 1531, Francisco Pizarro, marqués de los Atabillos (1478-1541), parvenait, à sa 3e tentative (les deux premières avaient été de lourds échecs, en 1524 et 1526) à réaliser la conquête de l’Empire inca. Il fut le premier gouverneur du Pérou d’alors, qui s’appelait la Nueva Castilla.

À la tête d’une expédition comprenant 180 hommes, 37 chevaux, quelques arquebuses et 3 caravelles, Pizarro, alors qu’il avait proposé une rencontre pacifique à Atahualpa, l’un des plus puissants fils de l’Inca Huayna Capac récemment décédé, le surprend à la bataille de Cajamarca, qui fut un très grand massacre, et le fait prisonnier.

Atahualpa s’y était pourtant rendu dans un esprit de curiosité et de volonté de collaboration (il est vrai contre son demi-frère !) dans une impressionnante pompe, avec sa cour d’hommes et de femmes, et ses troupes rassemblant quelque 30 000 hommes. Les deux tiers, dont l’élite de la société inca, désarmés, seront exterminés par les Espagnols qui avaient accroché des grelots aux pattes de leurs chevaux, créant ainsi parmi les Indiens une indescriptible panique.

Par la suite, bien qu’il ait accepté de payer une fabuleuse rançon de 12 tonnes d’or et d’argent pour sa libération en vidant ses temples, Atahualpa fut hâtivement jugé et exécuté, par crainte certainement d’un soulèvement inca contre les Espagnols.

Dans leur grande bonté, les Espagnols acceptèrent de le garroter au lieu de le brûler, aussi parce que l’Inca avait accepté de se convertir, sous la contrainte bien sûr.

Exactions, destructions, viols, meurtres, mises à sacs, rançonnements, massacres, guerres entre conquistadors s’ensuivirent. Récemment, des fouilles effectuées dans la région de Lima et des analyses médico-légales appliquées sur les restes mis au jour d’Indiens datés de cette époque, ont avéré que ceux-ci avaient été tués avec une extrême violence : blessures au mousquet, meurtres à coups de hache, corps torturés, écartelés, empalés...

En 1536, un soulèvement inca, suscité par les abus trop régulièrement commis par les frères de Pizarro, et conduit par Manco Inca, frère d’Atahualpa, aboutit aux sièges de Lima et Cuzco. Pizarro parviendra à reprendre le dessus.

En 1538, vainqueur de son compatriote Almagro qu’il fait exécuter, Pizarro, devenu également maître de Cuzco, gère dorénavant l’expansion de la colonisation espagnole. Les "almagristes" parviendront toutefois à l’assassiner le 26 juin 1541...

Des années 1520 jusqu’à l’assassinat de Pizarro par des Espagnols donc, en 1541, l’exposition retrace les moments-clés de l’histoire de cette part du continent sud-américain.

Elle s’articule autour de récits de la conquête qui diffèrent forcément les uns des autres et présentent des points de vue pour le moins divergents sur les mêmes événements.

Atahualpa (c. 1497- 1533) fut le 13e et dernier empereur inca indépendant. Après qu’il sortit vainqueur d’une lutte fratricide contre son demi-frère Huascar, à la mort de leur père Huayna Capac, il règnera deux années.

Ce sera à ce moment que Pizarro, à la tête de son expédition, posait le pied au Pérou pour la 3e fois.

Il fut dit que Pizarro se serait laissé aller à avoir respect et admiration pour le dernier Inca. Que ce fut probablement une des principales raisons pour lesquelles la mort d’Atahualpa fut... adoucie. Les faits demeurent pourtant, et ils sont cruels.

Paz Núñez-Regueiro, responsable des collections Amériques du musée du quai Branly, en assure le commissariat.

L’Inca et le Conquistador, du 23 juin au 20 septembre 2015, au musée du Quai Branly, 75007 Paris. 01 56 61 70 00, et www.quaibranly.fr. Ouvert les mardi, mercredi et dimanche de 11 à 19h, les jeudi, vendredi et samedi de 11 à 21h. Fermé le lundi. Métro Alma-Marceau, Iéna, École militaire.

***

Vous retrouverez dans l’article 2015 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : musée du Quai Branly

Mots-clés