evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Musique > Artistes > Feist : Son nouvel album en 2017

Feist : Son nouvel album en 2017

jeudi 2 mars 2017, par Jean

Après de longues années d’absence, Feist est de retour. La chanteuse canadienne a annoncé un premier concert, tandis qu’un nouvel album devrait sortir au printemps 2017.

Absente des scènes depuis la sortie en 2011 de Metals et la tournée qui a suivi, Feist opère enfin son retour. Elle se produira ainsi en août 2017 au festival Oya, à Oslo, en compagnie de Lana Del Rey, Ryan Adams, The XX, Chance The Rapper, ou encore Pixies.

Autre bonne nouvelle, la Canadienne proposera le 28 avril 2017 un nouvel album intitulé Pleasure. "J’ai fait ce disque l’hiver dernier avec deux de mes plus proches amis, Mocky et Renaud Letang. Les enregistrements ont été très bruts. Notre désir était d’aller dans ce sens..." Ce quatrième album ("provoquant et expansif") enregistré en trois mois, à Stinson Beach, New York, et Paris, propose une réflexion sur des thèmes aussi intimes que les secrets et la honte, la solitude et la tendresse.
Ses fans pourront aussi entendre sa voix sur le prochain opus du groupe Broken Social Scene.

Pour découvrir les albums les plus attendus de 2017, cliquez ici ! Pour voir quels sont les albums les plus vendus en 2016, cliquez là !
Et pour être informé des dernières news musicales, suivez-nous sur Facebook !


DISCOGRAPHIE DE FEIST

METALS (2011)
Forte du succès de The Reminder, Feist a entrepris l’enregistrement de son quatrième opus avec confiance mais néanmoins une pointe d’appréhension. "Quand on fait un disque et qu’on est dans la position étrange que les gens vont l’écouter, tout à coup quelque chose qui doit être simple se retrouve amplifié de plusieurs façon, explique-t-elle. Ça devient important d’être accompagné par des personnes en qui on a confiance." Sans surprise, on retrouve ainsi le talentueux Gonzales aux crédits de cet album enregistré à Big Sur en Californie. Feist collabore également et pour la première fois avec Valgeir Sigurðsson (Björk, Bonnie “Prince” Billy). Metals est un disque à la fois intime et exubérant, transcendé par des mélodies pop sublimes et inoubliables. Le premier extrait How Come You Never Go There, en rotation sur Radio Nova, a permis à la Canadienne d’entrer directement à la première place du classement Hype Machine des artistes les plus évoqués par les blogs musicaux !
Sortie le 3 octobre 2011.

LOOK AT WHAT THE LIGHT DID NOW (2010)
Avec Look at What the Light Did Now, Feist livre un vrai documentaire sur l’album The Reminder, sorti en 2007 et nommé au Grammy Awards. Le film révèle les collaborations intimes que la chanteuse appelle ses amplis : la photographe, l’artiste marionnettiste des concerts, le réalisateur des clips, les producteurs (Gonzales et Renaud Letang), et toutes les autres collaborations visuelles et musicales. "Quand on fait un disque et qu’on est dans la position étrange que les gens vont l’écouter, tout à coup quelque chose qui doit être simple se retrouve amplifié de plusieurs façon, explique la Canadienne. Ça devient important d’être accompagné par des personnes en qui on a confiance..."
Le film suit Feist et ses acolytes tout au long d’un voyage poétique. Des stades aux ateliers de marionnettes, de tapis rouges à cette demeure en banlieue parisienne où elle a enregistré, de concerts en interviews inattendues… C’est une véritable mosaïque créative que raconte Look at What the Light Did Now.
Projeté dans un cinéma parisien à l’occasion de sa parution, le DVD comprend, en plus du film, des clips, des performances live, ainsi que des images inédites. Un CD est également proposé, reprenant quelques uns des grands succès de Feist.
Sortie le 6 décembre 2010.

THE REMINDER (2007)
Trente-trois mois de concerts et autant de festivals après la sortie de son album Let It Die, il est temps pour Feist de penser à retourner en studio. C’est à La Frette-Sur-Seine, un charmant village du Val-d’Oise située à une vingtaine de kilomètre de Paris, qu’elle décide finalement de s’installer. Dans un manoir vieux de 200 ans, le groupe de tournée se réunit (Julian Brown, Bryden Baird et Jess Baird), rejoint par Gonzales, Mocky, Renaud Létang et Jamie Lidell. Rapidement, la bâtisse s’orne d’un piano, d’un vibraphone, d’orgues, de guitares et d’amplis. Contre les vitraux, deux batteries sont installées et des micros dispersés un peu partout sur le parquet ciré.
L’isolement et le calme de l’endroit les sensibilisent au moindre son et ils utilisent alors leur environnement comme matière sonore : un chant d’oiseau, un aboiement de chien, le passage d’une voiture ou d’un avion... Forts de leur complicité et de leur expérience sur scène, Feist et son équipe travaillent vite. En deux semaines, l’affaire est bouclée : The Reminder est né.
Premier extrait du CD, My Moon My Man et son riff de piano donnent le ton. En pleine maîtrise de son chant, Feist y souffle le chaud et le froid tandis que basse et batterie s’entremêlent. Quant à Brandy Alexander, sa rythmique syncopée de grosse caisse se synchronise peu peu avec celle d’un battement de coeur. Effet hypnotique garanti. Dans 1234, une chanson testée sur scène, elle rend à hommage à la grande Dusty Springfield. Hommage, encore, avec Limit To Your Love où Feist se projette dans la peau de Nico, l’égérie du Velvet Underground, jouant au piano accompagnée aux percussions de Maureen Tucker. On trouve aussi dans cet album des traces de réminiscences d’un long laps de temps passé sur les routes avec Sea Lion Woman. Chant traditionnel adapté avec succès en son temps par Nina Simone, Feist en a fait un des tours de force de ses prestations live. Sur disque, il devient un morceau afro-electro à grands renforts de synthétiseurs, d’applaudissements et d’une mini chorale gospel. The Water, elle, plonge la voix de Feist sous des couches de vibraphone et de piano, laissant le texte dériver entre la rudesse des montagnes, une mer dangereuse et des piles d’ossements qui émergent des profondeurs... Guitare fragile et cordes pincées en avant, Feist joue dans Intuition au jeu des questions-réponses avec, au loin, le choeur d’une foule. Bref, The Reminder, qui fait suite et sens au succès de Let It Die, est un condensé de Feist. Le disque d’une artiste se retrouvant après s’être dispersé, se posant après avoir parcouru le monde. Une artiste, enfin, qui rassemble en quelques chansons toutes les facettes de sa personnalité.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.