evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 11e > Guide Paris 11e > Se promener, Paris 11e > Histoire des rues du 11e arrondissement de Paris > Histoire de la rue de la Pierre Levée

Histoire de la rue de la Pierre Levée

Dernière mise à jour : vendredi 6 octobre 2017, par Denis

Une rue qui se situe proche de la rue du faubourg du Temple et de l’avenue de la République. Façade d’une ancienne faïencerie à découvrir.


Une pierre qui est levée en effet : lors du tracé de cette voie en 1782, on trouva en fouillant le sol, une pierre qui parut avoir fait partie d’un autel druidique, une sorte de menhir, un mégalithe qui n’a guère défrayé la chronique locale.
C’est au niveau du numéro 4 que nous trouvons l’ancienne faïencerie Loebnitz, la « Maison Pichenot » construite de 1880 à 1884 par Paul Sédille, dont les façades et les toitures sont classées aux monuments historiques.

Elle accueillait donc les ateliers de Jules Loebnitz. Les panneaux de céramiques que l’on observe en façade représentent les arts et métiers (architecture, peinture sculpture). Un bâtiment industriel dont la façade est percée de vastes baies rectangulaires, encadrées par des refends sur la hauteur du rez-de-chaussée et du premier étage.
L’entablement est orné d’une frise en céramique, à motifs de feuillage vert sur fond doré.

C’est encore au numéro un bis de la rue, qu’une plaque rappelle qu’ici a fonctionné en août 1944, pendant la libération de Paris, un poste de Croix Rouge qui a secouru plusieurs dizaines de blessés.

Cette rue calme de 267 mètres de long commence à la rue des Trois bornes et se termine à la rue de la Fontaine au Roi. C’est aussi là que se trouve le Centre de Sécurité Sociale le plus important du 11e.

Et plus d’histoire des rues du 11e

Adresse

Rue de la Pierre Levée 75011 Paris

Messages

  • Le Sieur Pichenot qui est décédé le Jeudi 24 Mai 1849 dans son appartement du 5 rue des
    Trois-Bornes suite au choléra...Le service fut célébré en la Paroisse de St-Ambroise au
    plus vite pour cause d’épidémie le vendredi 25 Mai 1849 suivi de l’inhumation ..non pas
    dans le caveau de la famille Loebnitz mais dans le caveau de la famille Besancenot se-
    lon la volonté de sa veuve Jeanne Philippine née Besancenot veuve par son premier maria-
    ge du Sieur Cailleux décédé ..puis en second union avec le Sieur Jean Baptiste Alphonse
    Pichenot qui par cette seconde union n’a jamais eu de postérité.. Le caveau se trouve au
    cimetière du Père Lachaise - à Paris/75020.. Voilà la réalité..-/-

  • Etant descendant et responsable de la famille Loebnitz en ligne
    directe.J’ai la volonté de publier un ouvrage sur la réalité de
    révéler l’histoire de notre famille et.non pas raconter n’impor
    te quoi !..En 1833,Mr Pichenot n’a jamais implanté un site de fa
    brication au..4,de la rue Pierre Levée et de plus en 1833 et de
    plus le terrain est une proprièté dans l’indivision.Le Sieur Pi
    chenot a une Entreprise au 7,rue des Trois-Bornes,voilà la réa
    lité sur le début de la faïencerie ou fayencerie Pichenot.....

  • J’ai beau être surpris de la façon dire l’histoire de notre
    famille sans la moindre hésitation comme quoi Loebnitz,succes
    seur et gendre de Pichenot,était installé 7,rue Pierre Levée
    etc..Je remarque que ce personnage ne le connait pas du tout !
    Le sieur Pichenot résidait au n°5 rue des Trois-Bornes pour ê
    tre exact.. de plus le sieur Pichenot est décédé suite au cho
    léra le Jeudi 24 Mai 1849 dans son appartement,voilà la vérité..-/

  • Je dois avouer quand je lis les textes de ce meneur qui a le sentiment d’être le directeur
    du souvenir de l’ancienne Manufacture Loebnitz du 4,de la Pierre Levée,ou j’ai vécue,je
    dois reconnaître que ce personnage est navrant et je songe à la simplicité.. de mon gui
    de que fut mon grand’père.. Jules Alphonse Loebnitz que j’ai eu la chance de croiser et
    de lui dire " Je t’aime " et si j’étais sage Il me montrait les salles d’expositions rue Pierre
    Levée ses trésors..Grand’père depuis trois ans,ne résidait plus rue Pierre-Levée... mais
    au 14,rue de Tilsitt (au coin de l’avenue Wagram et c’est dans cette appartement qu’il
    devait nous quitter le 27 Janvier 1942,il fut pour moi mon premier de mes chagrins......

  • En 1833,nous raconte que le Sieur Jean-Baptiste Pichenot implante un site de fabri
    cation de poêles au 4,rue de la Pierre-Levée,il se fait rapidement assister dans sa tâ
    che par son gendre Jean-Christophe Loebnitz,..donc l’épouse de ce dernier est née
    Pichenot.,ce qui est parfaitement faux !.notre deux fois arrière grand’père à épousée
    Mlle Anne-Adèle Cailleux...et par cette union ils eurent trois garçons dont Jules-Paul
    Loebnitz en second et deux filles.Voilà la réalité.Je trouve navrant ce besoin d’inven
    ter un gendre,c’est navrant !..Mr Pichenot n’a jamais eu de postérité..-/

  • Ce matin,je relisais le début d’un texte concernant notre arrière grand’père et qui débu
    te ainsi..... En 1857,Jules-Paul Loebnitz reprend la manufacture de faïence fondée en
    1833 par son grand’père Jean-Baptiste Pichenot,rue de la Pierre Levée à Paris..... Ce
    début de texte est parfaitement faux.Mr Pichenot n’a aucun lien fut-ce héréditaire avec
    la famille Loebnitz,cela est de la pure invention de certaines personnes.. Au décès du
    Sieur Pichenot c’est-à-dire le 24 Mai 1849 à l’âge de 53 ans,le défunt ne repose aucu
    nement dans la sépulture des Loebnitz.Je me permets de signaler..../ à suivre..........

  • Pour moi..Je suis triste de lire cette phrase:En,1857,Jules-Paul Loebnitz..reprend la
    manufacture de faïence fondée en 1833 par son grand’père Jean-Baptiste Alphonse
    Pichenot..ce fameux grand’père est de la pure invention de l’auteur de ce texte,mais
    publier ce texte est parfaitement faux !.il suffit de relire les textes concernant le Sieur
    Pichenot qui est décédé sans la moindre postérité le 24 Mai 1849 à l’âge de 53 ans.
    Sa veuve Jeanne Philippine née Besancenot,veuve en première union de Pierre De
    nis Cailleux avec postérité dont Anne-Adèle Cailleux qui épousera Jean Christophe
    Christophe Göttlob Loebnitz et par cette union naîtrons la famille Loebnitz..........

  • En 1883,Mr Pichenot implante un site de fabrication au 4 rue de la Pierre Levée sur
    le XI arr ...pour autant ce dernier n’a jamais eu pour gendre Jean Christophe Göttlob
    Loebnitz qui d’ailleurs est né à Ièna ou il vécu toute sa jeunesse !.puis à la recherche
    d’un emploi tout le nid des Loebnitz s’éparpillèrent en quête d’un emploi !.et cet ainsi
    que Jean Christophe arriva à Paris et rencontra le bonheur en la personne de Anne-
    Adèle Cailleux..qui lui donna cinq enfants dont le second fut appelé Jules Paul Loeb
    Loebnitz né le 5 Août 1836 au 5 rue des Trois Bornes - Paris XI arr..Mr Pichenot n’a
    aucun lien avec la famille Loebnitz..L’auteur de ce texte est parfaitement inexact !...

  • Nous connaissons les histoires dont le pauvre Pichenot fut affublés pour narrer sa vie.
    Il se fait,paraît-il assister dans sa tâche..par son gendre Jean Christophe Göttlob Loe
    bnitz où Löbnitz....Je me permets de souligner Jean Christophe Göttlob Loebnitz n’a
    jamais été le gendre du Sieur Pichenot ce qui est parfaitement faux.!...et de plus l’é
    pouse de Jean Christophe Göttlob Loebnitz est né à Ièna (allemagne) et ce dernier
    épousera Mlle Anne-Adèle Cailleux et par cette union naîtront cinq enfants (trois gar
    çons dont second fut appelé Jules Paul Loebnitz né le 5 Août 1836 rue des Trois Bor
    nes.. proche de la rue Pierre Levée..Je survole l’histoire de ma famille./à suivre.......

  • Je me dois de signaler et de rectifier les rêveries..que sieur Pichenot aurait eu pour
    gendre Jean Christophe Göttlob Loebnitz,ce qui est parfaitement erroné et de la pu
    re invention.Certes !. la chose est triste !.pour moi,il reste un grand’Monsieur,il y a ce
    besoin de parler dans le vide et de pouvoir vendre du papier..Il est à signaler qu’il n’
    y a aucun lien héréditaire avec la famille Loebnitz,sinon que de la pure invention de
    son auteur !.même pas avec le Sieur pichenot... Cela me fait penser à ce diable d’é
    crivain qui disait :" Mentez.. mentez..il en restera toujours quelque chose"...sic..Enfin
    voilà la vérité.....-/-

  • Pour moi au 4 de la rue Pierre Levée - Paris XI ième,vous avez la partie locative ain
    si que la partie industrielle de la Faïencerie Loebnitz qui fut créé par Paul-Sédille no
    tre ami et architecte de renom et qui apporta tout son savoir ...et son dévouement à
    notre famille.Malgré tout,je vous invite à ne pas gober n’importe quel article pour réa
    liser tout simplement un torchon et tromper le lecteur.Le premier des Loebnitz qui ré
    sida dans le quartier ..fut notre deux fois arrière grand’père Jean Christophe Göttlob
    Loebnitz qui résida au 7 rue des Trois Bornes et le cas Pichenot nicha au 5 rue des
    Trois Bornes..Voilà la réalité des Loebnitz et du couple Pichenot....à suivre...............

  • Dans les archives de Jules Alphonse Loebnitz,notre grand’père aborde bi
    en des sujets sur l’étude de la céramique..et les personnes ayant parti
    cipés en quelque sorte sur le devenir de ce procédé...Dans les expositi
    ons particulières on peut rappeler la porte de la classe 20 sur la gale
    rie de 30 mètres décorée par Deslignères avec le concours de tous et où
    Mortreux eut une participation importante..Les 3 vases de Gien (faïence
    fine - grès - porcelaine nouvelle) reliès ensemble par les années.../
    Signé André Silba Loebnitz....

  • Je suis heureux d’apporter de l’eau à ma famille:soyons donc précis:Jean
    Christophe Göttlob Loebnitz épouse Mlle Anne-Adèle Cailleux fille de Pier
    re Denis Cailleux et de Jeanne Philippine Besancenot.Par cette union cinq
    enfants dont le second fut appelé Jules Paul Loebnitz..Au décès de Pierre
    Denis Cailleux..Jeanne Philippine née Besancenot ( et veuve Cailleux)elle
    épouse en seconde union le 14 Juin 1827 et en juste noce Mr Jean Baptiste
    Alphonse Pichenot..Une union courte !.car ce dernier décède le 24 Mai 1849
    suite au choléra.Archive de Mr André Silba Loebnitz..................

  • Jeanne Philippine née Besancenot épouse en première union son cousin Pier
    re Denis Cailleux ..et par cette union deux enfants:Paul-Jacques Cailleux
    et Anne-Adèle Cailleux qui épousera Jean Christophe Göttllob Loebnitz..et
    par cette union cinq enfants dont trois garçons dont le second fut appelé
    Jules Paul Loebnitz ainsi que deux filles.Mais hélas !.. Pierre Denis Cail
    leux décède fort jeune !..Après son immense chagrin,elle se décide à épou
    ser le Sieur Pichenot le 14 Juin 1827,mai hélas !.sans la moindre postéri
    té pour le Sieur Pichenot..Il décède le 24 Mai 1849 sans postérité......

  • Le cas Pichenot me pose un pénible problème !..nous savons qu’il est décédé subite
    ment le 24 Mai 1849 à l’âge de 53 ans en son domicile rue des Trois-Bornes,n°5,qui
    est décédé le jeudi.. Suite au choléra le service est fixé pour le Vendredi 25 Mai à 11
    heures en l’église de Saint-Ambroise Popincourt,sa paroisse.. Il est à noter dans cet
    te histoire notre ancienne Manufacture de Faïence .."La maison Pichenot construite
    de 1880 à 1884 et sachant le Sieur Pichenot (1796-1849).... et dont la construction
    est réalisée par notre ami fidèle Paul Sédille ...Signé André Silba Loebnitz.....

  • Ce qui est certain au sujet de Mr Jean Baptiste Alphonse Pichenot,la famille Loeb
    nitz n’a aucun lien d’hérédité avec ma famille Loebnitz..De plus la famille Loebnitz
    a une origine Allemande & Frannçaise par le mariage de Jean Christophe Göttlob
    Loebnitz et de Anne Adèle Cailleux fille de Pierre Denis Cailleux et Jeanne Philip
    pine née Besancenot ... De plus le Sieur Pichenot n’a jamais eu de postérité et de
    plus dans l’Acte de succession il est à noter :"Le Vice Président du Tribunal civil de
    la seine le 12 Juillet 1849 enregistrée ...et ce attendu que Mr Pichenot est décédé
    sans laissé de descendant ni d’ascendant ayant droit à une réserve..etc...............

  • En 1857,Jules Paul Loebnitz lui succède à la direction de la manufacture.Son père
    Jean Christophe Göttlob Loebnitz,natif d’Iéna et naturalisé français en 1824,s’était
    semble-t-il allié à la famille Pichenot par un mariage.Il est certain que notre arrière
    arrière grand’père Jean Christophe Göttlob Loebnitz. avait épousé la fille de Pierre
    Denis Cailleux (Mlle Anne-Adèle Cailleux et par cette union naîtrons trois garçons
    dont le second fut appelé Jules Paul Loebnitz et Victorine qui épousera Hyppolyte
    Gaston Bournay et Camille Loebnitz.. J’insiste sur ce point c’est union entre Jean
    Christophe Göttlob Loebnitz et de Anne-Adèle Cailleux et non pas Pichenot..........

  • Je remarque depuis plusieurs années de lire n’importe quoi sur ma famille Loebnitz
    exemple : Loebnitz,successeur et gendre de Pichenot..( aucun des Loebnitz n’a été
    le gendre du Sieur Pichenot )... Sur le plan généthique nous sommes liés avec Pier
    re Denis Cailleux & par Jeanne Philippine née Besancenot.. mariés le 5 août 1809
    en la Paroisse Sainte-Marguerite à Paris XI arr.Cette union posa problème.Suite au
    décès de Pierre Denis Cailleux...sa veuve Jeanne Philippine née Besancenot épou
    sa Mr Jean Baptiste Alphonse Pichenot,par cette union qui va durée 21 ans et sans
    postérité.Mr Pichenot décède le 24 Mai 1849 rue des Trois Bornes - PARIS XI arr...

  • Mlle Jeanne Philippine née Besancenot : fille de Pierre Besancenot et de Louise Ca
    therine Lecomte épouse hélas.. son cousin Pierre Denis Cailleux (après des problè
    mes à la Mairie ainsi qu’à l’Archevêché de Paris car sur le plan familial n’étant pas
    des cousins éloignés..disons trop proche.. La Mairie hésita,mais la Paroisse Sainte
    Marguerite refusa un tel mariage..de plus la Cathédrale voulu donner son avis.....di
    sons que le poste est vacant... suite au dècès du Cardinal Jean Baptiste de Belloy
    ( 1802-1808 )...André Silba Loebnitz

  • Pour une fois,mes pensées vont vers mes Amis du quartier et de la rue Pierre Levée
    c’est-à-dire du onzième arrondissement.C’est-à-dire aux vivants comme aux absents
    la famille Séguin,Mr Fiquet,notre fidèle gardienne du 4 MmeCollet qui nous a quittée.
    Je pense à Mr Bellande pour qui j’avais beaucoup de respect...Je pense à Mme Hos
    pital sans oublier à la famille Richard,ainsi qu’aux Le Méhauté,Rigollet,Famery....Bel
    landre,Mettray,Rouquette,Rossello,Vauthron,Rassial..ainsi que S.I.D.I.EL... sans ou
    blier l’Entreprise Birambeau à qui nous devons beaucoup.!........... .Toute mon amitié

  • Ce qui me paraît important c’est la précision..Si je parle de ma famille,c’est-à-dire
    de la famille Loebnitz,je ne dis pas "Jules Loebnitz " ..mais je me dois de préciser
    si c’est mon arrière grand’père "Jules Paul Loebnitz et si c’est mon grand’père Ju
    les Alphonse Loebnitz "..Je pense qu’il faut préciser,disons que c’est la base que
    je dois aux lecteurs..Il est certain que le Sieur Pichenot a beaucoup apporté pour
    la Manufacture.Pour ma part,J’ai eu la chance de connaître Jules Alphonse Loeb
    nitz (1863-1942) ainsi que les salles d’expositions....J’en garde un souvenir émer
    veillé et je pense à mon oncle Paul Loebnitz qui fut mon guide..............................

  • L’Entreprise Pichenot prend fin !..le Jeudi 24 Mai 1849,suite à une épidémie de
    choléra qui sévissait sur la région parisienne.Le corps resta en sa demeure car
    il fut décidé que la mise en bière.. et le service étaient pour le Vendredi 25 Mai
    en la Paroisse de Saint-Ambroise Popincourt. et non pas sur sa Paroisse de St
    Joseph qui est sa Paroisse mais en construction... Je me permets de souligner
    deux choses:la veuve du Sieur Pichenot c’est-à-dire Mlle Jeanne Philippine née
    Besancenot épouse en première union le Sieur Pierre Denis Cailleux dont elle
    eut deux enfants:Paul-Jacques Cailleux & Anne-Adèle Cailleux...à suivre.........

  • A vrai dire la Manufacture de Faïence et de Terre cuite ......... avait deux centres
    connues celle du 4, rue Pierre Levée et la seconde au 36,rue de Fontarabie,Paris
    - Charonne.Déjà par l’exposition universelle de Paris nous avions eu une médaille
    d’or en 1878... Ainsi à l’exposition universelle d’Amsterdam de 1883 et à la Sté d’
    Enct de l’Indust Natle 1886 (une médaille d’or) en 1889. - Hors Concours - Mem
    bre du Jury ( union centrale des Arts Décoratifs de 1884.. L’exposition Maritime
    du Hâvre de 1887....................................................................................................

  • Je songe de plus en plus réaliser un ouvrage concernant notre famille que de lire
    certains textes sans la moindre preuve.J’ai croisé mon grand’père Jules Alphonse
    Loebnitz et j’ai été bien des fois sur ses genoux et j’ai eu l’audace de lui tirer sa jo
    lie barbe blanche..et j’allais sous son bureau l’agacer..et j’avoue qu’il avait une pa
    tience d’ange à mon égard,c’était celle d’un grand’père très aimable.. et de plus il
    avait une patience d’ange et son sourire n’avait pas la moindre défaillance il était
    pour moi un trésor..Il me quitta le 27 Janvier 1942,quelques jours après sa cham
    bres fut la mienne..-/

  • Je remarque que votre texte est disons parfait et j’ai eu la chance de croiser grand’
    père Jules Alphonse Loebnitz qui hélas !.devait nous quitter suite à un cancer de la
    vésicule biliaire en son appartement du 14 de la rue de Tilsitt à Paris ..le 27 Janvier
    1942 dans sa 79 ième année.- C’est mon oncle Paul Loebnitz qui devait prendre la
    succession de son père.. et suite à passage dans un stalag allemands,il retrouva la
    la liberté.....mais fort diminué sur le plan de la santé il nous quitte suite à une leucé
    mie foudroyante au matin du 10 Avril 1951 au petit matin à l’âge de 49 ans à suivre

  • A l’époque de la jeunesse de Jules Paul Loebnitz,la rue Pierre Levée ne respirait pas
    la joie.... même du temps ma maman Marie Caroline Loebnitz me disait que chaque
    matin elle prenait son vase en porcelaine,ouvrait sa fenêtre et vérifiait .... qu’il ni avait
    personne avant de vider son contenu....Il est vrai que le tout à l’égout n’était pas une
    grande invention et en plus cette Manufacture dont les fours étaient chauffés aux chê
    nes pelard ....Le bois était stocké dans la cour de l’immeuble d’une hauteur raisonna
    ble..mais il y a eu des colonies de souris ainsi que des rats dans l’immeuble../
    .

  • Je regrette infiniment que les personnes désirent parler des Loebnitz mettent le pré
    nom,c’est si simple..Vous avez Jules Paul Loebnitz ( le père de Jules Alphonse Loe
    bnitz ) pour ma part c’est le second que j’ai croisé....Au sujet de Mr Pichenot qui n’a
    aucun lien avec la famille Loebnitz.... comme certaines personnes peuvent le formu
    ler.... de surcroit ce brave Mr Pichenot n’a jamais eu de postérité et cela fut son dra
    me !.et sa vie fut courte !... il décéda à l’âge de 53 ans du choléra le 24 Mai 1849 en
    sa demeure de la rue des Trois Bornes au N°5 à Paris.Service au plus vite le 25mai

  • En portant le nom des Loebnitz,que ce nom qui me fut accordé sans jamais l’avoir
    demandé..Certes !..ce nom,fut pour moi une découverte !.....mon grand’père Jules
    Alphonse Loebnitz (1863-1942) qui m’accorda son nom...Suite au décès le 27 Jan
    vier 1942,puis aux décès de mon oncle Paul Jules Afred Loebnitz le 10 Avril 1951.
    Puis celui de ma mère Marie Caroline Loebnitz décédée le 12 Juillet 1971..... Puis
    pour conclure le drame de notre famille...se fut le décès de mon oncle Louis Jules
    Joseph Loebnitz qui devait nous quitter le 24 Août 1977 à 7h30 du matin...décédé
    en sa demeure à Puy-Chanat - par Belves - Dordogne - 24170.............................

  • Je pense que mon arrière grand’père Jules Paul Loebnitz a bienfait d’unir son nom
    avec celui du sieur Pichenot,malgré qu’il n’était rien avec ce dernier... car sa grand
    Maman était née Jeanne Philippine Besancenot.. épouse en première union Pierre
    Denis Cailleux..Par cette union naîtrons deux enfants:Paul-Jacques Cailleux et une
    fille Anne-Adèle Cailleux qui épousera un jeune allemand ....né à Ièna.Jean Christo
    phe Gôttlob Loebnitz (cette union ne sera jamais du goût de sa mère) ..pourtant sa
    Maman n’avait pas de leçon à fournir à sa descendance....Mais sur le plan de la gé
    néalogie la famille Loebnitz nous n’avons aucun lien avec le Sieur Pichenot...........

  • Comme je me suis permis de le signaler,Mr Jean Baptiste Alphonse Pichenot n’a ja
    mais habité au 4 rue Pierre Levée,mais la rue des Trois Bornes et c’est au numéro 5
    un quartier qui ne brillait pas pour son charme..le sieur Pichenot n’aura pas la chan
    ce de connaître la construction de la Manufacture de ( Fayence ) qui portera le nom
    du Sieur Pichenot il le méritait bien ainsi que mon arrière grand’père Jules Paul Loe
    bnitz qui devait nous quitter dans l’immeuble cette Manufacture du 4 rue Pierre Le
    vée (au premier étage ) suite à un cancer de la vésicule le 20 Octobre 1895 à l’âge
    de 59 ans..en portant le nom Loebnitz.........J’ai souhaité en dire plus sur notre nom

  • Je me permets de signaler deux choses:le terme de la fameuse maison Pichenot n’
    est pas exacte,car ce dernier habitait rue des Trois-Bornes et d’ailleurs il est décédé
    chez lui au 5 de cette rue..le 24 Mai 1849 à l’âge de 53 ans.....C’est en 1883 que fut
    construie la Manufacture Loebnitz qui à vrai dire porte aussi le nom de feu Mr Piche
    not en souvenir de ce dernier qui fut le second mari de la grand’mère veuve Cailleux
    née Besancenot....Pour autant,Mr Pichenot n’a aucun lien avec la branche Loebnitz
    comme certains peuvent le croire ou le prétendre et de plus il ne repose pas dans le
    caveau des Loebnitz...Signé:André Silba Loebnitz le Jeudi 13 Décembre 2012......

  • Par simple précision..J’ai déjà signalé que la quatre fois arrière grand’mére née
    Jeanne Philippine née Besancenot avait épousée son cousin trés proche et cela
    aura des conséquences..il se nomme Pierre Denis Cailleux !...ils eurent deux en
    fants : Paul Jacques Cailleux & Anne Adèle Cailleux et Anne Adèle épousera un
    jeune allemand de passage à Paris..Cette union fut mal vue par sa mère... C’est
    notre deux fois arrières grands’père......... Jean Christophe Göttlob Loebnitz qui
    cherche un emploi sur Paris..et il trouve le bonheur.. et par cette union naîtra no
    tre arrière grand’père Jules Paul Loebnitz ......... ..à suivre : André Silba-Loebnitz

  • Donc au décès de Mr Pichenot( notre arrière grand’père Jules Paul Loebnitz il n’a
    vait que 13 ans.. J e pense qu’il est sage de raconter l’histoire notre arrière grand’
    père en puisant non pas dans des inventions stupides....J’en profite pour vous si
    gnaler... que feu Mr Pichenot n’a jamais été le grand’père de Jules Paul Loebnitz
    mais tout simplement Mr Pierre Denis Cailleux qui épousa Jeanne Philippine Be
    sancenot et par cette union naîtra deux enfants:Paul-Jacques Cailleux & Anne A
    dèle Cailleux qui épousera un jeune allemand Jean-Christophe Göttlob Loebnitz
    et par cette union naîtront cinq enfants dont Jules Paul L : André Silba-Loebnitz

  • La fameuse Manufacture Loebnitz est en premier un terrain dont un bout de terrain
    fut parait-il offert par l’un des copropriétaires notre ami fidèle Paul Sédille me disait
    ma chère maman Marie Caroline Loebnitz,notre arrière grand’père Jules Paul Loeb
    nitz avait décidé d’associé Mr Jean Baptiste Alphonse Pichenot qui avait oeuvré rue
    des Trois-Bornes...Comme vous le savez cette nouvelle Manufacture connaîtra con
    naîtra le jour en 1883..Pour autant,il faut éviter de raconter n’importe quoi..nous sur
    Jules Paul Loebnitz qui est né le 5 août 1836 et Mr Pichenot décède le 24 Mai 1849
    suite au cholèra (rue des Trois Bornes ) à l’âge de 53 ans..André Silba-Loebnitz....

  • Je suis désolé au sujet de la Maison Pichenot,disons que le terme est as
    sez vague.Pour moi sa demeure était au 5 rue des Trois Bornes et non rue
    Pierre Levée.C’est d’ailleurs au 5 rue des Trois Bornes il devait mourir
    suite au chôléra..à l’âge de 53 ans...voilà la réalité..Pour être précis
    il est décédé le 24 Mai 1849 en sa demeure... proche de la rue Pierre Le
    vée..La Manufacture,disons l’immeuble actuelle n’a aucun rapport avec le
    lieu que connait feu Mr Pichenot..Mais,il est absurde d’inventer n’impor
    te quoi sur le cas Pichenot qui n’a aucun lien avec les Loebnitz........

  • les trois-quarts de construction de la Manufacture de Jules-Paul Loebnitz
    qui fut réalisé par son fidèle ami Paul Sédille et c’est ce dernier...qui
    conseilla à notre arrière grand’Père..de réaliser quelques appartements à
    son Personnel.. A vrai dire,ce fut un échec presque total !..car les ouvri
    ers savaient parfaitement qu’il fallait une équipe de nuit.. pour surveil
    ler les fours..Ils acceptaient de réaliser des pièces de faïences mais re
    fusaient de passer les nuits devant les fours..Il fallut trouver une équi
    pe de nuit.Voilà la raison de la construction..André Silba-loebnitz.....

  • Feu ma Mère Marie Caroline Loebnitz me disait que la rue Pierre Levèe
    qu’elle voyait l’avenue de la République et que l’immeuble de la Sécu
    ritée Sociale n’était qu’un terrain vague..Elle me disait qu’elle n’a
    vait peu connu son grand’père Jules Paul Loebnitz étant décèdè le 20
    Octobre courant à six heures vingt minutes du soir,fils de Jean Chris
    tophe Göttlob Loebnitz ou Löbnitz..et de Anne Adèle Cailleux époux dé
    cédé.Epoux de Marie Emilie Chéron âgée de cinquante deux ans,sans pro
    fession dressé par Théodore François Joseph ..0fficier etc...........

  • Pour moi la rue Pierre-Levée,n°4 - Paris XI ième reste pour un souvenir
    que je ne puis oublier..J’ai croisé et aimer mon grand’père Jules Alphon
    se Loebnitz,ainsi que ma Maman Marie Caroline Loebnitz 1894 - 1971...qui
    est décédée dans mes bras...Cette immeuble créé par notre ami Paul Sédil
    le un architecte de haute valeure..Malgré tout,me disait ma regrettée ma
    maman le progrès avait des lacunes..Le matin,elle ouvrait sa fenêtre qui
    était au dessus du porche.. du premier étage et vidait le contenu de son
    porcelaine sur le trottoir car le progrès n’était pas encore ^passé....

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.