.evous
> > > > >

Histoire de la rue de la Pierre Levée

Une rue qui se situe proche de la rue du faubourg du Temple et de l’avenue de la République. Façade d’une ancienne faïencerie à découvrir.

Une pierre qui est levée en effet : lors du tracé de cette voie en 1782, on trouva en fouillant le sol, une pierre qui parut avoir fait partie d’un autel druidique, une sorte de menhir, un mégalithe qui n’a guère défrayé la chronique locale.
C’est au niveau du numéro 4 que nous trouvons l’ancienne faïencerie Loebnitz, la « Maison Pichenot » construite de 1880 à 1884 par Paul Sédille, dont les façades et les toitures sont classées aux monuments historiques.

Elle accueillait donc les ateliers de Jules Loebnitz. Les panneaux de céramiques que l’on observe en façade représentent les arts et métiers (architecture, peinture sculpture). Un bâtiment industriel dont la façade est percée de vastes baies rectangulaires, encadrées par des refends sur la hauteur du rez-de-chaussée et du premier étage.
L’entablement est orné d’une frise en céramique, à motifs de feuillage vert sur fond doré.

C’est encore au numéro un bis de la rue, qu’une plaque rappelle qu’ici a fonctionné en août 1944, pendant la libération de Paris, un poste de Croix Rouge qui a secouru plusieurs dizaines de blessés.

Cette rue calme de 267 mètres de long commence à la rue des Trois bornes et se termine à la rue de la Fontaine au Roi. C’est aussi là que se trouve le Centre de Sécurité Sociale le plus important du 11e.

Et plus d’histoire des rues du 11e

Rue de la Pierre Levée 75011 Paris

Adresse

Mots-clés