eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Guide Paris 8e > Se promener, Paris 8e > Insolite : l’hôtel Lalique

Insolite : l’hôtel Lalique

Dernière mise à jour : mercredi 11 janvier 2012, par Franck Beaumont

Le cours Albert 1er était autrefois une portion du cours de la Reine, qui borde au sud le quartier François 1er. Ce quartier fut à partir de la IIIe République l’un des plus chics de Paris. Bon nombre de familles aristocratiques et de la grande bourgeoisie y eurent leur hôtel : les Clermont-Tonnerre, les Demidoff, les Schneider, les Fould, les Ferry, etc.

Le maître-verrier René Lalique (1860-1945) va y faire construire en 1904 à la fois sa demeure, son atelier et son magasin d’exposition au n° 40, idéalement situé pour séduire sa clientèle (il ouvrit néanmoins en 1905 un magasin sur la place Vendôme).

Lalique, repéré par le grand verrier Emile Gallé, va devenir un des meilleurs joailliers français, représentant d’un courant qui naît à l’aube du XXe siècle, l’Art Nouveau. En 1900, ses créations triomphent lors de l’Exposition Universelle. Lalique puise son inspiration dans la flore et dans la faune, mais il a l’audace d’utiliser des matériaux peu conventionnels à l’époque : le verre, l’émail, la nacre et des pierres semi-précieuses plutôt que précieuses. Il devient le fournisseur de personnes très en vue, de la comédienne Sarah Bernhardt au richissime Calouste Gulbenkian, en passant par l’aristocratie française.

Plus tard, Lalique se "convertira" à l’Art Déco. On lui doit notamment des décorations du célèbre train l’Orient-Express, ainsi que la salle à manger des 1res classes du paquebot Normandie.

L’hôtel Lalique fut réalisé par l’architecte Feine. Dans sa composition générale, il s’inspire de la Renaissance française (lucarnes, grandes fenêtres traitées à meneaux) mais de nombreux éléments de l’art Nouveau y sont intégrés : motifs de fleurs pour la balustrade du grand balcon, garde-corps galbés d’une grande virtuosité.

Mais c’est la porte d’entrée qui retient le plus l’attention du promeneur (illustration ci-dessus). Elle est encadrée de deux sapins dont les ramures courent au-dessus, ainsi que sur les vantaux de la porte (le traitement du verre y est admirable). A l’intérieur, des panneaux de reliefs en verre ornaient encore récemment le vestibule, mais ont été dispersés.

Franck Beaumont

Sources : Guide du Patrimoine Paris, Guide du Promeneur Paris 8e.

Adresse

40 cours Albert 1er