☰ Menu
.evous
> >

Jardiner en mai 2021, conseils et astuces

Les grimpantes peuvent encore être plantées en ce mois de mai (fin de printemps et même début d’été) comme les {jasmins étoilés} (Trachelospermum jasminoides) et les {chèvrefeuilles}, aux odeurs délicates, ou encore les {passiflores} aux fleurs étonnantes. En revanche c’est un peu tard pour profiter des premières grappes de fleurs d’une jeune {glycine}…

Sauf surprises désagréables, nous avons maintenant passé la saison des gelées tardives, même matinales. Pour le plaisir de fleurs rapides et renouvelées, installer au soleil des géraniums, simples, doubles ou tombants en lierre, très à leur aise dans des jardinières. Pour ceux prêts à l’aventure, le changement peut aussi venir de l’option dipladénias au feuillage vert brillant et à la floraison ininterrompue jusqu’aux premières gelées de l’automne : magnifiques fleurs en trompettes, roses, rouges, et même jaunes. Comme leurs cousins géraniums, ils accepteront sans broncher vos éventuels oublis d’arrosage.

Il sera d’ailleurs pour les deux bien venu d’enlever au fur et à mesure, pour préserver le plein éclat de ces plantes, les fleurs fanées après floraison, et les quelques feuilles abîmées susceptibles d’apparaître, ce qui de plus stimulera l’arrivée de nouveaux boutons.

Certaines plantes à bulbes sont de floraison relativement tardive et peuvent embaumer vos balcons comme les freesias.

Pour les zones plus protégées du soleil, fushsias, impatiens, bégonias tubéreux (que les Parisiens adorent), quelques aromatiques dont des menthes, et les fougères comme les lierres dans toutes leurs disparités de formes et de couleurs de feuillages, d’autant qu’ils aiment tellement l’urbain !

Graines de pois de senteur, pour les amateurs de floraisons coquettes, ou de légumineuses (comme les haricots d’Espagne plats aux délicates fleurs oranger) pour les gourmands qui désireraient surprendre. Ils présentent l’intérêt d’exister sous forme grimpante, et de faire de beaux habillages de verdure.

Les fruits des plants de tomates commencent à prendre forme, après leurs petites fleurs jaunes étoilées. Pincez, pincez, en supprimant les gourmands (désolé, pour cette fois…) !

Attention. Le climat parisien ne permet pas tout et souvent les tentatives d’installer par exemple des lauriers roses que l’on apprécie tant dans le Sud de la France, font attendre leurs belles grappes de fleurs roses, rouges ou blanches… Si vous tentez cela, exposez-les le plus possible au soleil et arrosez-les chaque 2-3 jours. Pensez à l’envelopper dans un voile d’hivernage dès les premiers froids, en lui maintenant les pieds au sec. Le laurier rose se bouture assez facilement !
Prudence. Souvenons-nous que des soldats de l’Armée napoléonienne en campagne vers Madrid en 1808 s’étaient intoxiqués, au point que certains en moururent, pour avoir utilisé sur leurs brochettes de viande, en lieu et place de celles du laurier sauce, les feuilles du laurier rose… riche en oléandrine, sève laiteuse fortement toxique, bien qu’utilisée de nos jours sous certaines formes pour lutter contre des cancers.

Le réchauffement climatique dont on parle souvent et à juste titre ne permet pas encore tout. Le bananier, qui peut être plaisant à contempler à la belle saison, craint vraiment les courants d’air, qui lui déchirent facilement les feuilles (effet moyen, moyen…), et il faudra absolument le rentrer en hiver ou le couvrir généreusement pour le protéger du froid. Il faut privilégier le Musa bajoo, bananier le plus résistant au froid (supportant des –12°C) ; de par ses origines… asiatiques.

Penser à repiquer vos semailles des mois passés.

La vie parisienne étant ce qu’elle est, il est fréquent que l’on oublie les choses du quotidien les plus importantes… comme l’arrosage. Soyez prévoyants en sélectionnant pour vos terrasses et balcons des plantes succulentes (pleines de suc !), dites aussi (faussement) plantes grasses.

Ces plantes charnues, nées pour survivre en milieux arides, et souvent de plus superbement bien adaptées, ont leur façon à elles d’économiser l’eau et se joueront de votre négligence.

Elles sont le plus souvent originaires d’Amérique latine, d’Afrique du Sud ou d’Inde : aloès, agaves et cactus, dont certains font des fleurs extraordinaires, comme la Rebutia muscula, ou le Tricodiadema densum.

Au Mexique, certaines palettes de cactus se mangent en petits losanges, comme des haricots verts. Et c’est si bon, que les Chinois en ont planté chez eux, s’en délectent aussi, et même en revendent aux Mexicains.

Nous apprécions aussi beaucoup l’Euphorbia submammilaris, le Mamillaria zeilmanniana, ou le figuier de Barbarie, au développement limité sous nos climats. Attention ces plantes nécessitent un terreau adapté aux cactées, et parfois un gravier en surfaçage, qui peut apporter sur votre balcon l’exubérance multicolore de graviers comparable à celui des aquariums.

Ceux qui ont de très jeunes enfants à la maison, à demeure ou même de manières occasionnelles, comprendront très vite l’ardente nécessité de faire preuve avec eux d’attention et de pédagogie… ou mieux de précaution en plaçant ces végétaux hors de leur portée.

Une autre sage prudence, pour travailler les cactus, indiquée par Florian Geiger en personne : n’utiliser que de petits outils à manche métallique pour éviter de se piquer aux épines fichées dans les manches de bois.

Il conviendra de rentrer ces plantes à la saison froide, mais de ne pas oublier de les arroser pour empêcher qu’elles ne sèchent en intérieur. Le monde à l’envers ! L’arrosage se fera 1 fois par mois pour les succulentes, et une fois tous les 2 mois pour les cactées. Et surtout beaucoup de lumière ! Sans lumière, les cactées s’étiolent, s’écroulent et se cassent.

Élargissez la gamme de vos plantes aromatiques en y joignant l’estragon et la coriandre, qui nécessitent de petits arrosages fréquents, et d’autres variétés de menthes dont vous utiliserez les feuilles fraîches, rincées, pour les thés de l’été entre amis, toutes fenêtres ouvertes. Et la ciboulette ? L’échalote ? Et l’ail, si décoratif ! Y aviez-vous pensé ? Thym ? Romarin aux jolies petites fleurs bleues ?

Les fuchsias vinrent en Europe avant même la Révolution française, dès 1780 pour certaines variétés, et il est courant de trouver encore d’anciennes espèces, dont les Bland’s New Striped (1872), le Clair de Lune (1880), ou le petit jeune mais robuste fuchsia buisson Charming (1877), que vous pouvez toutes dépoter et planter en mai. Elles apprécieront au fond de leur pot une couche de billes d’argile pour leur atmosphère rafraîchissante, un tesson de vieux pot les empêchant de s’égrainer à l’extérieur, et surtout mettez-y du bon terreau. Exposition à mi-ombre ou soleil doux (matin ou fin d’après-midi)

N’oubliez pas de semer ou de planter l’élégante capucine, dont les feuilles et les fleurs, très décoratives et originales dans une salade, ajouteront une saveur épicée peu fréquente. Comme les soucis d’ailleurs, qui n’étaient pas non plus purement décoratifs !

Si vous disposez d’un peu d’espace, et pour étonner vos enfants, cédez à la facilité qu’il y aurait de les surprendre en plantant un… potiron, plante à croissance très rapide, et restée dans nos imaginaire un végétal de conte de fées. Faites-le dans un grand pot (30 à 40 cm de côté ou de diamètre), et dans un mélange très, très riche pour obtenir un potiron de belle taille. Et ne vous inquiétez pas du devenir de ce fruit : Halloween viendra bien un jour !

Enfin soyez toujours extrêmement attentif à vos plantations et semailles du mois d’Avril : radis, salades, fraises, et tutti frutti !

La lavande (Lavendula dentata) fera ses tiges sur votre balcon et ses étranges fleurs bruissantes comme des insectes vous raviront. Les variétés Hidcote ou Munstead (n’oublions pas que l’ensemble des lavandes est presque une colonie britannique à lui tout seul) feront également très bien l’affaire.

=> Une manifestation incontournable en Mai : Les Journées des plantes de Chantilly

Rassemblant quelque 200 exposants pépiniéristes, horticulteurs et professionnels du monde végétal, les Journées des Plantes offrent aux visiteurs la possibilité d’acheter plantes, fleurs, arbustes... Ils peuvent également obtenir des conseils pour entretenir leur jardin, participer à des ateliers ou encore assister à des conférences sur des thématiques précises. De l’orchidée à la plante carnivore en passant par les vivaces, tout est réuni durant ces 3 jours incontournables pour répondre aux attentes des passionnés de jardins !
En savoir plus...

=> Les mots du mois de mai

Cirrhifère : qui porte des vrilles ou cirrhres (pois de senteur et vignes).
Thyrse : panicule (regroupement de fleurs) ayant des pédoncules du milieu plus longs que ceux des extrémités, le cas par exemples des hortensias, des troènes et des céanothes.
Exsert : qui fait saillie comme les étamines du fuchsias.
Obcordé : en forme de cœur renversé comme la feuille de l’oxalis.

=> Proverbes du mois de mai

Mai sans rose rend l’âme morose.
De mai, chaude et douce pluie fait belle fleur et riche épi.

Calendrier des Jardins, balcons et terrasses : Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre

À voir également :
Cueillette à la ferme près de Paris : Des fruits et légumes frais
Le jardineries Truffaut à Paris et en Île-de-France
Les meilleurs fleuristes à Paris
Les pépinières et horticulteurs à Paris et en Île-de-France
Agenda nature et jardins à Paris et en Île de France

A découvrir

Pour recevoir les actualités de .evous