☰ Menu
.evous
> >

Jardiner en novembre 2020, conseils et astuces

Que nous réservera novembre pour nos jardins, nos balcons, terrasses et bords de fenêtres ? Quelles précautions sera-t-il sage d’appliquer pour traverser l’hiver sans dommage ? Quels initiatives, quels engagements, pris dans ces temps, et quelles actions nous seront bientôt les plus profitables ?

Sachez, par exemple, que l’époque est particulièrement propice aux plantations d’arbustes, ou d’arbres, pour ceux disposant de davantage de place.

De plus en plus, on remarque que les jardins se peuplent d’arbustes forestiers. Je ne juge pas. Je constate. Ainsi voyons-nous fréquemment se dresser sur les balcons : petits noisetiers malingres, érables, parfois même du Japon, et châtaigniers tout tordus, quand ce ne sont pas des noyers, ou des oliviers souffreteux ! Cela n’est pas raisonnable, car il faudra les tailler souvent, et leur système radiculaire deviendra rapidement excédentaire. Et sans oublier pour les gourmands les arbres fruitiers sur tiges (groseilliers, cassissiers) ou les variétés naines (pêchers, nectariniers, pommiers, poiriers).

Sinon orientez-vous vers des végétaux à croissance lente, qui apporteront les plaisirs du végétal, sans que vous n’en ayez tous les inconvénients : les abélias (c’est persistant, ça fleurit, et ça sent bon), les Choisya ternata (c’est l’oranger du Mexique au feuillage persistant, vert ou jaune, découpé ou non, qui fleurit en mai-juin, souvent en plus en août-septembre, et qui sent bon la fleur d’oranger).

Très serrés, les arbustes élevés sur tige au développement plus raisonnable, comme forsythia, hibiscus, ou un petit arbre que nous adorons, Marc Gueguen et moi-même, le Prunus incisa "kojo no mai", un cerisier à fleurs qui ne dépassera pas, adulte, 1,50m. Sa tige tortueuse est rouge pourpre, son feuillage caduque vert foncé, devenant rouge écarlate à l’automne, et dont la floraison blanc rosé en clochettes pendantes arrive en mars-avril, avant le feuillage.

Soyez aimables de ne pas imposer nos fraîcheurs à certaines espèces méditerranéennes… voire tropicales. Nos conditions climatiques les gêneraient, ou vous condamneraient à leur accorder pour l’hiver l’asile politique. A priori, le principe du chacun chez soi est conseillé. Mais comme disait le Président Mao Zedong, s’il faut être ferme sur les principes… il faut savoir rester souple dans leurs applications. Sachez que les plantes ne sont pas aussi sensibles au froid qu’on le pense, mais elles s’agacent volontiers de l’association d’un refroidissement soudain et d’une humidité excessive maintenue au niveau des racines.

Avant de planter un arbre à racines nues, enlevez-lui celles qui sont abîmées, tout en lui laissant les plus fines. Elles l’aideront à s’acclimater. Ôtez les branches qui ne vous plaisent pas, qu’elles soient fatiguées ou… mal placées, et également toutes celles qui vous paraissent démesurément longues afin d’équilibrer la ramure. Enrichissez votre terre tamisée de fumier décomposé, et arrosez, même si le temps est à la pluie.

Poiriers, pommiers, abricotiers, pêchers, privilégiez les essences avec qui vous vous sentez en sympathie. On a tous nos têtes et nos favoris. Sachez vous écouter, et prenez plutôt les arbustes et arbres qui vous apporteront un plaisir esthétique particulier… ou quelques fruits, toujours amusants et agréables à voir croître, mûrir… et à déguster en famille ou avec des amis.

Adaptez la forme du fruitier à l’emplacement qui lui est réservé : une « palmette » (palissée à plat), qui viendra combler un renfoncement, ou des « cordons », de préférence de 40cm de haut pour des bordures ou séparations gourmandes. L’idéal.

Déterminez, dès leur plantation, ceux qui nécessiteront une protection particulière contre le froid, et, prévoyants, achetez en conséquence les dimensions de voiles d’hivernage nécessaires (renseignez-vous sur le pop up !). Les protections peuvent englober les bacs, et pour cela préférez le plastic à bulles, super isolant. Voyez large sur les dimensions. N’oubliez pas de surélever les pots avec de petites cales afin de faciliter l’évacuation des eaux excédentaires.

Novembre est aussi le moment de planter de nouveaux rosiers, rosiers pleureurs ou rosiers élevés sur tiges, dont vous pouvez préventivement entourer la tige d’un manchon protecteur, et pour les rosiers arbustifs butter le pied avec de la terre fine.

Nettoyez, binez, encore et encore, enlevez feuilles mortes, fleurs qui n’aboutiront pas et autres branchages périmés (important pour les hibiscus, les rosiers, les fuchsias et les althaeas). Profitez-en pour redonner à certaines plantes, arbustes et arbres… une allure plus en harmonie avec votre sens du beau. Équilibrez et, pour les plus imposantes, en taillant en corbeille, permettez à la lumière d’atteindre l’ensemble de la plante.

Que ceux qui ont récolté quelque fruits ou légumes et les ont mis en réserve vérifient régulièrement leur état… et n’hésitent pas à en consommer régulièrement. N’en laissez pas périr. Ne les oubliez pas, ce serait si dommage ! À vous les compotes « maison » et créatives.

Avec la saison des risques de gelées matinales, vos arrosages, qui deviennent de toute façon moins fréquents, sont impérativement faits en matinées. C’est important de s’y tenir.

Au cours de ce mois, sauf météo exceptionnelle, il faudra protéger, et rentrer les géraniums et autres plantes trop sensibles au froid. Mais attention ! Évitez de les placer trop proches d’une source de chaleur (lampe, radiateurs, télévision ou autres)… et ne chauffez pas trop votre intérieur. Qu’ils ne soient pas non plus collés aux vitres ! Pour les accueillir, les pièces fraîches sont à privilégier. Et les courants d’air à éviter. Et sachez que, regroupées, vos plantes s’ennuieront moins. Ne souriez pas !

Protégez aussi la terre en la paillant, ou en épandant du fumier décomposé, et laisser les vers de terre agir (et oui, ils sont chez eux aussi sur les balcons et les terrasses !).

Avec l’horaire d’hiver, pensez que les plantes, comme vous, apprécient la lumière. N’hésitez pas à les éclairer davantage. Vous ne serez pas ridicules. En plus, personne ne regarde. Et souvenez-vous de l’importante loi sur la distance à la fenêtre dont nous vous parlions en octobre…

Un plaisir d’hiver. Placez dans vos arbustes aux premiers froids quelques boules de nourriture et de graisse suspendues. Ainsi, les pigeons ne les atteindront pas, et vous aurez le plaisir de recevoir des visites de petits oiseaux colorés, dont les mésanges, voire de perruches sauvages, qui commencent à pulluler en région parisienne. Ces oiseaux se chargeront, sans que vous ayez à leur demander, de nettoyer votre jardin à leur manière, parfois brouillonne mais toujours efficace.

Avez-vous pensé à planter de l’ail ? Vous êtes-vous préoccupé des plantes printanières à bulbes, comme nous vous le conseillions en octobre ? Pour profiter au mieux de leurs fleurs aux premiers beaux jours (crocus, narcisses, jacinthes et tulipes).

=> Le mot du mois de novembre

Aphylle. Qui est dépourvu de feuilles.
Baccifère. Loin d’imaginer un seul instant la toxicité des baisers italiens, ce terme désigne une plante porteuse de baies.

=> Les proverbes du mois de novembre

Brouillard en novembre, l’hiver sera tendre.
Quand en novembre il a tonné, l’hiver est avorté.

Calendrier des Jardins, balcons et terrasses : Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre

À voir également :
Cueillette à la ferme près de Paris : Des fruits et légumes frais
Le jardineries Truffaut à Paris et en Île-de-France
Les meilleurs fleuristes à Paris
Les pépinières et horticulteurs à Paris et en Île-de-France
Agenda nature et jardins à Paris et en Île de France

A découvrir

Pour recevoir les actualités de .evous