.evous
> > > > >

Les locataires de la rue Pradier pourront rester chez eux

Les locataires de l’immeuble du 25 rue Pradier ont obtenu gain de cause. Dans un communiqué de presse, Roger Madec, Maire du 19e arrondissement, a annoncé « le rachat par Paris-Habitat de l’immeuble. Tous les locataires pourront ainsi rester « chez eux » avec des loyers équivalents ou inférieurs à ceux en cours ». Le prix de cet achat à la Gecina n’a pas été précisé.

Citant « la pression des locataires » comme acte décisif dans le combat, le maire a tenu à préciser que « la brutalité des ventes à la découpe doit être combattue et les procédures encadrées. La capacité des classes moyennes de se loger correctement à Paris et notamment celle des locataires trop âgés pour acheter, doit être défendue ».

En avril, le collectif Jeudi Noir, co-fondateur en 2007 du Ministère de la Crise du Logement, avait mis en place une action médiatique. Alertés par des habitants de la rue Pradier, dans le XIXe arrondissement, sur les projets de vente à la découpe de plusieurs immeubles parisiens d’une grande société foncière, Gecina, les membres du collectif Jeudi Noir avaient prévu de venir perturber l’assemblée générale du groupe le mardi 17 avril à 14h30 place de la Bourse, et de présenter in situ sa proposition d’interdiction des expulsions locatives et d’abolition des congés pour vente. A consulter ICI.

Le collectif Jeudi Noir était accompagné dans sa manifestation par des habitants du 25-31 rue Pradier, menacés par le projet de vente à la découpe de leur immeuble par la Gecina. D’après Libération, ces locataires avaient reçu par lettre la confirmation des projets du bailleur, qui expliquait de façon implicite qu’ils devaient choisir de devenir propriétaires de leur logement ou le quitter à la fin de leur bail. Si certaines personnes âgées étaient protégées par la loi, les autres résidents devaient se plier aux demandes de la Gecina, alors que les prix de l’immobilier étaient au plus haut à Paris.

25, rue Pradier 75019 Paris

Adresse

Mots-clés