eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements au Musée du Quai Branly > Grande et superbe exposition au Quai Branly : Philippines, archipel des (...)

Grande et superbe exposition au Quai Branly : Philippines, archipel des échanges

Dernière mise à jour : mercredi 3 juillet 2019, par Expositions

Du 9 avril au 14 juillet 2013, le musée du Quai Branly présente, sous le commissariat de Constance de Montbrison, responsable des collections Insulinde, et de l’anthropologue Corazon Alvina, l’exposition « Philippines, archipel des échanges », un pays-sujet qui n’avait plus été abordé en France depuis longtemps déjà.

Paire d’embouts de ceinture-corde, trésor de Surigao, Xe-XIIIe siècle, nord-est de Mindanao, province Surigao del Sur. Or © photo Neal Oshima. Bangko Sentral ng Pilipinas, Manille

Une sélection de 300 œuvres et des objets incontournables des arts des Philippines, obtenue des collections publiques ou privées, philippines, américaines, ou européennes.

J’ai retrouvé avec plaisir au Quai Branly une grande exposition dont le sujet est géographiquement définissable, portant sur un territoire, et interdit toute manipulation de présentation. Cette approche classique convient parfaitement à la richesse de ces pièces splendides (armes, objets rituels ou quotidiens, coiffes, ornements et bijoux raffinés, tissages aux motifs inépuisables).

S’appuyant sur la discontinuité et la diversité géographique propres à cet archipel de 7 000 îles qui s’étire sur 1 700 km, deux regards complémentaires, l’un tourné vers la montagne et l’intérieur, l’autre vers la mer, mettent en exergue ce qui en a fait une terre des échanges, à la fois symboliques et commerciaux, plaçant en étroite relation êtres visibles comme invisibles.

Il s’agit de la première grande exposition dédiée aux Philippines depuis ces 20 dernières années en France, où ces arts sont rarement présentés dans leur totalité et leur diversité (sculptures, tissages, musique, épopées).

En montrant ces objets singuliers si porteurs de sens, le Quai Branly rend hommage à toutes les expressions artistiques, et invite à découvrir de complexes cultures qui reposaient sur la réciprocité.

Armure et chapeau probablement d’origine arabe et inspirés à la fois de la cuirasse et de la cotte de mailles. Fin 19e siècle, population bagobo, Davao Oriental. Résine, coquilles de cauris, sparterie © musée du quai Branly, photo Claude Germain. Ensemble restauré grâce au soutien de Monsieur David Lebard, bienfaiteur de la société des Amis du musée.

On retiendra l’importance et l’ancienneté des routes maritimes de la mer de Chine, puisque ce fut dès l’époque préhistorique, que des Nusantao, des Sama, des Luzones, et des Bugis ouvraient ces nouvelles voies.

La première partie de l’exposition se consacre aux arts des Hautes Terres du Nord de Luzon, et de Mindanao, sociétés de prestige, de monstration de la richesse, de valorisation des hauts faits guerriers.

Dans cette Cordillère aux grandioses rizières de montagne, Ifugao, Bontoc, Gadang, Tinggian, Kalinga, Isneg et Ilongot forment une mosaïque de groupes linguistiques que l’on aborde par thèmes :
- Bulul, les divinités du riz ;
- L’univers du Mumbaki ;
- Être Kadangyan ;
- Le raffinement du quotidien ;
- Les parures ;
- Devenir un homme.

La section suivante, consacrée aux Hautes terres de Mindanao, permet d’aborder les métamorphose du guerrier en héros, exprimées par les textiles, les costumes et les parures. Dans la mythologie Bagobo, porter un vêtement resplendissant métamorphose le caractère et l’identité : le guerrier se transforme en Malaki, héros de mythologie.

Nous entrons à nouveau dans l’histoire par la suite, grâce aux routes maritimes, lieux des échanges commerciaux au long cours comme de ceux par cabotage. Les influences indiennes, indonésiennes et arabes des objets présentés rendent les réalités de ces échanges tangibles.

Chasseurs de l’Île de Palawan que des photographies montrent en armes, dans l’atmosphère chaude de la forêt (chasseurs de gobes-mouches à la sarbacane, de chauve-souris à l’aide d’échafaudage, ou de martinets en vol en s’aidant d’un battoir en rotin).

Ceinture royale kandit, trésor de Surigao Xe-XIIIe siècle, nord-est de Mindanao, province Surigao del Sur. Or © photo Neal Oshima. Bangko Sentral ng Pilipinas, Manille

Pénétration des influences indiennes et indonésiennes amenant les motifs des mandala, et de l’arbre de vie, et les trésors des objets d’or travaillés des cités portuaires de Surigao et de Butuan…

Philippines, archipel des échanges, du 9 avril au 14 juillet 2013, au Quai Branly, 37 quai Branly ou 218 rue de l’Université 75007 Paris. Ouvert les mardi, mercredi et dimanche de 11 à 19h, les jeudi, vendredi et samedi de 11 à 21h. Fermé le lundi. Métro Alma-Marceau, Iéna, École militaire.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions en cours ou annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris. Nous procéderons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

André Balbo

sources : visite, musée du Quai Branly

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.