eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Guide Paris 8e > Se promener, Paris 8e > L’hôtel Pourtalès : la demeure d’un collectionneur

L’hôtel Pourtalès : la demeure d’un collectionneur

Dernière mise à jour : mercredi 5 octobre 2016, par Franck Beaumont

Le 8e arrondissement est probablement le quartier de Paris qui compta le plus de grands collectionneurs au XIXe siècle. De la plaine Monceau au quartier François 1er, les grandes familles aristocratiques, les banquiers, les industriels collectionnent, c’est une véritable passion de ce XIXe siècle. Citons parmi ces familles fortunées à l’époque les Rothschild, Ganay, Pereire, Camondo, Jacquemart-André, Cernuschi, etc.

Le comte James-Alexandre de Pourtalès (1776-1855) ne fit pas exception à la règle. Banquier et diplomate, il est issu d’une grande famille de financiers protestants (son père est banquier à Naples). Il vit d’abord en Suisse avant de s’installer à Paris en 1815.

Pourtalès choisit le quartier de la Madeleine et plus précisément la rue Tronchet pour se faire construire une demeure destinée à abriter ses collections. Il fait appel au célèbre architecte Félix Duban, architecte à l’Ecole des Beaux-Arts, pour dessiner sa demeure. Construit en 1838-1839, l’hôtel s’inspire de la Renaissance, et plus particulièrement des palais toscans.

La façade sur rue évoque clairement l’architecture italienne du Quattrocento : soubassement à bossages, pilastres corinthiens alternants avec des fenêtres à chambranle sculpté (coiffées d’une corniche sur consoles), frise sculptée de rinceaux.

Dans la cour, l’ambiance est également florentine. Au rez-de-chaussée, grandes arcades et colonnes engagées alternent. A l’étage, pilastres et colonnes alternent à la manière d’un cloître. Les bustes à l’antique, la frise à rinceaux complètent le décor. Les lucarnes flanquées de petits pilastres portent le chiffre P, celui du propriétaire.

Le décor intérieur, également inspiré de la Renaissance, fut malheureusement modifié par Hippolyte Destailleur en 1865. L’ escalier monumental conduit au premier étage, où se trouvaient les appartements et la galerie où étaient présentées les collections du maître de maison.

Le comte de Pourtalès y réunit une importante collection d’antiques, rapportés de ses voyages en Grèce et en Sicile. Il possédait également une exceptionnelle collection de tableaux des plus grands peintres : Antonello de Messina, Bronzino, Bellini, Reni, Titien, Véronèse, Le Nain, Philippe de Champaigne, Murillo, Zurbaran, Holbein, David, Ingres, Géricault... Conformément à sa volonté, sa collection fut vendue aux enchères en 1865.

En 1917, l’hôtel fut vendu par les descendants à la Mutuelle Générale Française. Aujourd’hui, il est le cadre d’un hôtel de luxe... confidentiel. Vous pouvez librement entrer dans la très belle cour, occupée par "l’Appart" de l’opérateur SFR. L’ensemble de l’hôtel a été inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2002.

Franck Beaumont

Sources : Guide du Promeneur Paris 8e, Les Hôtels particuliers de Paris par Alexandre Gady.

Adresse

7 rue Tronchet