eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Pour les enfants > Cinéma pour enfants > Films pour enfants > Laban, le petit fantôme

Laban, le petit fantôme

Dernière mise à jour : lundi 26 mars 2012, par Pauline

En Suède et en Norvège, Laban est un personnage connu de tous les enfants, leurs parents et même leurs grands-parents. Ce petit fantôme à qui tout fait peur est le héros d’une série de livres imaginée par un couple d’auteurs suédois, Inger et Lasse Sandberg, dans les années cinquante. Cette oeuvre destinée aux enfants de 1 à 10 ans a été traduite dans plus de trente langues et est devenue un best seller dans les pays scandinaves.

Si en France Laban reste méconnu, les enfants connaissent parfois son cousin américain, Casper le gentil fantôme, créé pour la télévision dans les années quarante. Comme lui, Laban est un fantôme atypique, moins spectre effrayant que garçonnet trouillard. Les histoires de Laban sont racontées sous la forme de six courts métrages d’animation, dans lesquels on découvre le quotidien du fantôme au Chateau Froussard, entouré de sa chipie de soeur, Labolina, de ses parents et du roi et de la reine, propriétaires de la demeure, et très fiers qu’elle soit hantée.

Les historiettes s’enchaînent autour d’intrigues indépendantes les unes des autres et assez simples, comme la disparition de Labolina ou de sa poupée, la venue d’un visiteur incrédule ou la visite du Père Noël. Laban, ce fantôme qui n’en n’est pas un, incarne les doutes, peurs et interrogations des petits : serai-je un jour aussi fort que mon papa ? Est ce que les monstres existent ? et qui est donc le Père Noël ?

Malheureusement, Laban reste bien trop sage et gentil pour être intéressant, et le personnage, pas espiègle pour deux sous, ennuie rapidement. Seule la figure de Labolina égaye l’ensemble par sa malice et son humour. C’est aussi elle qui donne à la technique et l’esthétique d’animation ( les dessins sont réalisés au crayon et animés numériquement ) un pointe d’originalité, car elle imite toutes sortes de sons, comme la machine à écrire, le bateau ou l’horloge, conférant aux images un dynamisme qui manque un peu à l’ensemble, restant malgré tout mignon et délicatement épuré.

Les histoires prennent le parti d’affirmer que les fantômes, les monstres et le Père Noël existent, mais qu’ils ne sont pas forcément ceux que l’on croit. De ce point de vu là aussi, on s’ennuie un peu ... : plutôt que de jouer avec la peur, de créer un lien ambigu entre réalité et fiction, description et imagination, Laban le petit fantôme affirme que tout existe sur le même plan, réduisant implicitement à néant toute possibilité de créer, d’imaginer et de rire vraiment.

Au final, Laban manque un peu d’envergure et d’humour. Et si les enfants apprécieront sans doute les farces de Labolina, la gentillesse de Laban et les intrigues de chaque histoire, ils méritent un peu plus d’esprit que cela...

Un film d’animation de Per Ǻhlin, Lasse Persson, Alicja Jaworski d’après les livres de Inger et Lasse Sandberg. SORTIE LE 03 DECEMBRE 2008. durée 44 mn.