eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 19e > Lieux Clés, Paris 19e > Le Centquatre - 104 > DERNIERS JOURS : Keith Haring est vraiment chez lui en XXL au (...)

DERNIERS JOURS : Keith Haring est vraiment chez lui en XXL au CENTQUATRE

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Soulignons encore ici à quel point le choix du sujet de cette exposition, exprimé ainsi et associé à ce grand du Street Art, à cet agitateur d’idées et lanceur de concepts, est juste et important ! The Political Line...

Et c’en est incroyable, comme les œuvres monumentales de Keith Haring sont à leur aise au CENTQUATRE, avec ce brouhaha des musiques syncopées, et ces danseurs musclés de breack dance, de haute volée, capables du grand écart, et de tourner ainsi, tête en-bas un nombre de fois infini !

Du 19 avril au 18 août 2013, aux mêmes dates que l’importante rétrospective Keith Haring, The Political Line, qui se tient au musée d’Art moderne de la Ville de Paris , le CENTQUATRE aligne une bonne vingtaine de très grands formats.

Il y a un peu d’attente, comptez une heure. Les jauges des salles sont de 70 à 100 personnes, mais rien d’aussi agaçant que les queues waltdisneyennes qui cachent toujours quelques allers-retours vicelards pour que les chalands n’hésitent pas à pénétrer dans la seringue de la file d’attente...

Keith Haring (1958-1990) fut de tous temps, et même du haut de ses 31 petits balais, un lutteur et un artiste engagé multicarte, contre le racisme, le capitalisme, l’injustice, les enfants en souffrance, le sida, et la violence encore, l’intégrisme d’où qu’il vienne, et pour l’environnement.

Il aimait voir, comprendre, échanger, faire ensemble, créer gratuit, et choisir ses cibles. Et faire la fête, aussi !

Parmi les œuvres grand format de l’artiste présentées au CENTQUATRE, vous remarquerez les plus importantes, Les Dix Commandements, créées en 1985.

Dans cette pièce monumentale ont été rassemblés ces dix panneaux de 7m de haut aux couleurs comme légèrement fluorées, à dominante jaune. Inspirés très très librement de la Bible, réinterprétée tout de même par Keith Haring, les 10 Commandements sont revisités à coups d’aplats rouges, jaunes et bleus, de signes du diable et de l’enfer, de dollars, d’objets de consommation, de bites bien sûr, et... de têtes de serpents.

Devant cette profusion de signes à ces dimensions, chacun versera dans l’interprétation la plus échevelée. Pourquoi certains personnages sont-ils bleus et d’autres rouges ? Innocents versus diaboliques ? Et que signifient donc ces croix ? Condamnent-elles ou soulignent elles ? Pourquoi certaines sont-elles bleues, d’autres rouges ? Les conversations échangées peuvent monter à de considérables altitudes. Un des gardiens-guides du CENTQUATRE m’ait apparu déjà assez fin connaisseur, et tout à fait capable d’éviter, à ceux qui se voudraient exégètes, des sorties de route trop humiliantes...

Une autre pièce raconte forcément autre chose. Ce sera une boîte homos de LA, et le célèbre "Safe Sex". Apparemment, certains sont venus voir l’expo presque en pèlerinage. Émouvant.

À l’extérieur, 3 pantagruéliques statues en acier Corton dont le Roi et la Reine, particulièrement réussis, sur un acier non peint.

Enfin, en démo, le conteneur blanc, alias Pop Shop n°2. C’est celui qui fut installé à Tokyo, et a été restauré à l’identique, sols compris. Vous y trouverez peut-être des spécimens de ces petites réalisations dont Keith Haring voulait inonder la planète. L’art n’est-il pas à tous ? Ou tout au moins ne devrait-il pas l’être ? Il en reste encore quelques-uns de ces p’tits trucs de rien du tout qui s’accrochent au revers des vestes... Mais partir avec un tel objet serait comparable au vol d’une lettre de la Légende des siècles, de Victor Hugo !

Keith Haring. Grands Formats. Du 19 avril au 18 août 2013 au CENTQUATRE, 5, rue Curial 75019 Paris. Ouvert du mardi au vendredi de 12 à 19h, et les samedi et dimanche de 11 à 19h (l’exposition est ouverte du mardi au dimanche de 15 à 19h). 8€, ou 5, ou 3. 01 53 35 50 00.

Voir aussi : Keith Haring, The Political Line au musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Jusqu’au 18 août 2013.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Retrouvez aussi notre sélection Les expositions pour enfants à Paris en 2013

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procédons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES des expositions de Paris.

André Balbo

sources : visites, le CENTQUATRE, le MAMVP

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.