eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 1er arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 1er > Le Louvre > Les oeuvres au Louvre > Le Radeau de la Méduse au Louvre

Le Radeau de la Méduse au Louvre

Dernière mise à jour : jeudi 8 décembre 2011, par Franck Beaumont

« Le Radeau de la Méduse » est à la fois le tableau resté le plus célèbre de Théodore Géricault (1791-1824) et un véritable manifeste du Romantisme. C’est également une œuvre empreinte de scandale présentée au Salon de 1819.

Géricault s’est inspiré du naufrage d’une frégate près des côtes du Sénégal en 1816, avec à son bord plus de 150 soldats. Pendant 13 jours, leur odyssée sanglante sur un radeau fut le cadre de règlements de compte et de scènes de cannibalisme. 10 marins en réchappèrent. Le peintre choisit de représenter un faux espoir, y ajoutant encore plus de tragédie : le bateau parti à leur secours apparaît à l’horizon mais s’éloigne sans les voir. Le sauvetage des naufragés est censé être ultérieur à cette scène.

Œuvre spectaculaire de 5 mètres sur 7, elle fit scandale par l’horreur du sujet choisi par l’artiste pour incarner une œuvre d’art – on est loin du « beau » classique ! C’est un tableau d’une grande modernité. Parmi les agonisants, un Noir agite un linge blanc, allusion probable à la Traite qui était officiellement abolie. Géricault y donne une vision synthétique de l’existence humaine abandonnée à elle-même. Et pour l’anecdote, le peintre fit poser certains de ses amis, ainsi Eugène Delacroix y est représenté de dos, c’est l’homme couché à plat ventre au premier plan.

Géricault, dans sa trop brève carrière, exécuta de nombreux portraits, des études de chevaux (sa grande passion), et des scènes de guerre restées parmi les plus célèbres de ses tableaux : « l’ Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant », « Cuirassier blessé quittant le feu ».

Cet artiste eut son atelier rue des Martyrs, dans le quartier de la Nouvelle-Athènes, si cher aux artistes romantiques. Il loua un 2e atelier dans le quartier du Roule où il exécuta le Radeau de la Méduse. Il meurt tragiquement à l’âge de 33 ans, des suites d’une tumeur survenue après une chute de cheval. Sa tombe au Père-Lachaise, réalisée par Etex, est d’une grande beauté : le peintre est allongé sur sa tombe, tenant sa palette à la main, prêt à se relever pour se remettre à la tâche.

Pour découvrir cette oeuvre dans le musée : Aile Denon, 1er étage, Mollien, salle 77.

Informations pratiques sur le musée du Louvre.

Sources : www.louvre.fr, "Dictionnaire amoureux du Louvre" de Pierre Rosenberg.

Adresse

rue de rivoli

Messages

  • "Le naufrage de La Méduse, paroles de rescapés" dont l’auteur est Michel Hanniet, est une reprise d’un livre épuisé préfacé par Théodore Monod paru chez Actes Sud en 1991 sous le titre "La véridique histoire des naufragés de La Méduse"
    Il s’agit d’un récit complet, vivant et documenté qui se lit comme un roman ou une enquête historique, policière ou journalistique et qui rassemble toute cette matière première sous forme de narration à caractère cinématographique. A noter qu’un chapitre entier est consacré à la vie de Géricault et à la genèse de son chef d’oeuvre : Le radeau de La Méduse. ( En annexe on trouve une bibliographie très complète, un index de tous les noms propres cités et la chronologie minutieuse des faits se rapportant à la frégate "La Méduse")
    On peut commander le livre sur internet ou chez son libraire habituel

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.