eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Cinéma > Personnalités du cinéma > Réalisateurs > Michel Ocelot

Michel Ocelot

Dernière mise à jour : vendredi 15 février 2019, par Morgan

La Bio

- Né à Villefranche-sur-mer, Alpes-Maritimes en 1943
- Réalisateur, acteur, producteur, France.

Biographie - Filmographie sélective

L’appellation d’"Animation à la française" ne veut pas dire grand chose : il n’y a que très peu de lien entre le travail d’un Sylvain Chomet, d’un Jacques Rémy Girerd ou d’un Michel Ocelot. Mais si l’on parle d’animation à la française aujourd’hui, c’est en grande partie grâce au dernier, patriarche d’une génération d’animateurs talentueux, sorcier entre les sorciers.

Le principal talent de Michel Ocelot est un talent de conteur. Que ce soit avec Kirikou et la Sorcière (1998) ou Azur et Asmar (2006), il parvient à entraîner ses spectateurs dans l’histoire comme s’ils se retrouvaient dans leur lit, bien au chaud, prêts à écouter un proche leur lire un conte avant de dormir. C’est la magie Ocelot, n’essayez pas d’y résister. Le principal talent d’un bon conteur est de savoir faire simple. Paradoxalement, savoir faire simple est compliqué : il faut aller à l’essentiel, sans faire de coupes brusques. Les histoires racontées par Michel Ocelot sont toujours simples. "Kirikou n’est pas grand, mais il est vaillant" : c’est l’essence de ce qu’il y a à retenir des deux films consacrés au minuscule héros africain. Azur et Asmar n’ont pas les yeux et le visage de la même couleur, mais ils s’aiment comme deux frères. A cette simplicité thématique répond une simplicité formelle, symbolisé par le style en ombres chinoises et papiers découpés de Princes et Princesses (2000) et Les Contes de la Nuit (2011).

Comme tous les grands conteurs, Michel Ocelot a bien compris que c’est la participation du spectateur qui fait le succès du conte. La simplicité de ses œuvres n’est rien d’autre qu’une façon d’inciter le spectateur à les compléter. Et ça marche ! Dès son premier court-métrage produit professionnellement, il recevait en 1979 un BAFTA à Londres pour Les Trois Inventeurs. En 1983, La Légende du pauvre bossu remportait le César du meilleur court métrage d’animation, le Grand prix du meilleur long métrage d’animation était attribué à Kirikou et la Sorcière au Festival international du film d’animation d’Annecy en 1999 et en 2011, il recevait le Prix Henri Langlois pour l’ensemble de son œuvre. Espérons que celle-ci continue de s’orner de quelques bijoux comme le dernier en date, Les Contes de la Nuit, car on voudrait que l’histoire ne se termine jamais...

La Filmo

Court-métrages :

- 1976 : Les Aventures de Gédéon
- 1979 : Les Trois Inventeurs
- 1981 : Les Filles de l’égalité
- 1982 : Beyond Oil
- 1982 : La Légende du pauvre bossu
- 1986 : La Princesse insensible
- 1987 : Les Quatre Vœux
- 1989 : Ciné Si
- 1992 : Les Contes de la nuit

Long-métrages :

- 1998 : Kirikou et la Sorcière
- 2000 : Princes et Princesses
- 2005 : Kirikou et les Bêtes sauvages
- 2006 : Azur et Asmar
- 2011 : Les Contes de la nuit

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.