evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 11e > Guide Paris 11e > Se promener, Paris 11e > Histoire des rues du 11e arrondissement de Paris > Origine et histoire du Boulevard du Temple

Origine et histoire du Boulevard du Temple

Dernière mise à jour : vendredi 6 octobre 2017, par Denis

C’est aussi le Boulevard du crime, où foisonnèrent les théâtres et tréteaux parisiens

L’Ordre des Chevaliers du Temple, fondé à Jérusalem en 1118, avait installé vers 1240, l’une de ses commanderies à la limite du Marais. D’où l’origine du nom de cette voie, attestée déjà au XIIIe siècle.
Un nom qui prête d’ailleurs encore souvent aujourd’hui aux confusions, car il y a le faubourg du Temple, rue vieille du Temple, rue du Temple, et boulevard du temple.

L’ouverture du Boulevard date de juin 1656 par un Arrêt du Conseil du Roi. C’est en 1670 que le terre-plein longeant le fossé de l’enclos du Temple fut converti en un élégant boulevard planté de plusieurs rangées d’arbres séparés par une allée centrale.
Très rapidement l’endroit devint à la mode et ne tarda pas à se remplir de pâtissiers et de buvettes auxquels s’ajoutèrent baladins et bateleurs pour des parades et bouffonneries .

En 1785, Louis XVI commença la construction de l’enceinte des fermiers généraux, ce mur continu sur le tracé des boulevards.
Aux tréteaux succédèrent bientôt de simples abris de toile, puis des baraques en bois, enfin des constructions en pierre auxquelles oeuvrèrent parfois de célèbres architectes. Jusqu’en 1789 environ, c’était l’époque des pantomimes et arlequinades, animaux savants ou marionnettes. Puis les théâtres se succèderont et se multiplieront, avec des représentations grandement tournées vers les comédies et mélodrames (d’où l’expression boulevard du crime) jusqu’à la décision, en 1857, de Napoléon III et d’Haussmann d’assainir ce quartier trop populeux à leur goût. Un coup d’arrêt provoquant la fermeture des théâtres et, double coup d’épée dans le dos, la création de la place de la République qui imposa la destruction des lieux de spectacles les plus résistants.

Gustave Flaubert résida au 42 boulevard du Temple, de 1856 à 1869.

Le Dejazet est aujourd’hui le dernier théâtre ; il évoque la mémoire de ce boulevard qui a connu une incroyable animation de spectacles vivants et de théâtres, et le souvenir du célèbre comédien Frédérick Lemaître. Il conserve le symbole du "Boulevard du Crime", si merveilleusement incarné dans le chef d’oeuvre cinématographique de Marcel Carné avec la complicité de Jacques Prévert : Les Enfants du Paradis (1945). Donc boulevard du crime, parce que chaque soir au théâtre, crime dans le mélodrame.

Aujourd’hui, il ne reste plus que le souvenir de ces innombrables établissements et celui de quelques personnalités marquantes, - directeurs, acteurs, auteurs -, qui ont contribué à faire de ce boulevard, pendant un siècle, le haut lieu du spectacle et de la création dramatique. Nous en citerons ici quelques-uns :

- Le théâtre de la Gaîté, avec un acteur du nom de Nicolet qui monta en 1759 sur le boulevard un petit chapiteau de bois et de toile dont le succès retentissant transformera l’établissement en 1770.

- Le théâtre de l’Ambigu Comique, qui fut fondé par un certain Nicolas Médard Audinot vers 1770, à l’emplacement où Nicolet s’était tout d’abord établi.

- Le théâtre des Associés, qui fut créé vers 1770 par un dénommé Vienne qui avait fait de la grimace sa spécialité.

- Le théâtre Acrobate, qui deviendra vers 1841 le Théâtre des délassements comiques.

- C’est aussi : le Cabinet des Figures de Cire (1780), le Cirque Olympique (1786). Le Théâtre des Pygmées (vers 1810), le Petit Lazzari (1815, ex théâtre de Lazzari), le Théâtre des Funambules (1816), Panorama Dramatique (1821), le Théâtre des Folies Dramatiques (1831), le Théâtre Historique, acquis par Alexandre Dumas en 1847 et le renommé Théâtre Lyrique en 1851.

En 2010, le boulevard du Temple est plutôt devenu un théâtre de ... cuisines ! En effet, plusieurs commerces et fabricants d’espaces cuisines se sont installés sur le trottoir du 11e, alors que le trottoir du 3e tend à devenir un espace de bars et de restaurations diverses, avec le luxueux et branché Streets Hotel au milieu du boulevard. En 2013, le boulevard continue de se transformer avec le réaménagement de la place devant le cirque d’hiver.

Et promenez vous boulevard du Temple

Adresse

41 boulevard du Temple 75011 Paris


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.