eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Les incontournables du 8e arrondissement de Paris > La Pinacothèque de Paris > DERNIERS JOURS : surprenante Tamara de Lempicka, Reine de l’Art déco, à la (...)

DERNIERS JOURS : surprenante Tamara de Lempicka, Reine de l’Art déco, à la Pinacothèque de Paris

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

La représentation de la femme, entre ce qu’elle était au temps de l’Art nouveau, sensuelle, érotique et maîtresse d’elle-même, et ce qu’elle devient à l’époque Art déco, garçonne et davantage "géométrique", devra beaucoup à Tamara de Lempicka, au point que celle-ci devient la figure de proue de ce mouvement, et son artiste la plus célèbre.

Tamara de Lempicka, Nu aux buildings, 1930 Huile sur toile 92 x 73 cm Propriété de la collectionneuse Caroline Hirsch © Tamara Art Heritage / Licensed by Museum Masters International NYC / ADAGP, Paris 2013

Le moins que l’on puisse dire est que toute sa vie durant, Tamara de Lempicka se tournera vers la lumière, la modernité et le luxe, par de successives mises en scène. Mariée deux fois, elle s’affichera aussi d’une homosexualité revendiquée.

Pour Gioia Mori, commissaire de l’exposition et grande spécialiste de l’artiste, "elle "est l’icône incontestée de l’Art déco car son langage contient toutes les caractéristiques du mouvement artistique (...) : il est "décoratif", parce qu’il est accrocheur et immédiatement reconnaissable, il est "international", par son origine, son développement et sa diffusion, il est "moderne parce qu’i s’inspire des langages les plus novateurs du XXe : la photographie, le graphisme, le cinéma et la mode." Ajoutons la concomitance, puisque ses plus belles œuvres sont réalisées de 1925 à 1935...

Tamara, qui se présentait comme "sans patrie", sera indubitablement une polyglotte cosmopolite, et une femme moderne : rythme, cinéma, action et vitesse. Sachez que dès lors la femme moderne fumait, conduisait, avait les cheveux courts, et qu’elle savait monter des coups, comme autour de ses relations avec D’Annunzio, par exemple.

Tamara de Lempicka, La Tunique rose, avril 1927. Huile sur toile 73 x 116 cm Propriété de la collectionneuse Caroline Hirsch © Tamara Art Heritage / Licensed by Museum Masters International NYC / ADAGP, Paris 2013

Ce qui la met ainsi en exergue de son époque, c’est certainement aussi son talent fera que ses tableaux "respireront" leur époque : en métallisant un tissu, "en chargeant un visage d’une inquiétude cinématographique, en figeant ses personnages dans des expressions de mannequins.

Croyez bien pourtant que son idolâtrie de la modernité est toujours étroitement branchée sur une étude constante de l’art plus ancien, dont Ingres par exemple. La recherche d’une pureté classique n’est pas très éloignée.

Au fil des époques, qui ne furent pas toutes gaies, le style se perdit certainement un peu de la brillance qu’il avait eu aux belles années...

Tamara de Lempicka, la Reine de l’Art déco, du 18 avril au 8 septembre 2013, à la Pinacothèque 2, 8 rue Vignon 75009 Paris, 01 44 56 88 80, Métro Madeleine (8, 12, et 14). De 10h30 à 18h30, fermeture de la billetterie à 17h45. Le 1er mai, le 14 juillet, le 25 décembre et le 1er janvier, ouverture de 14h à 18h30. Fermeture de la billetterie à 17h45. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h. Fermeture de la billetterie à 20h15. Service gratuit de fauteuils roulants. Billet couplé Art nouveau + Tamara de Lempicka + Les Collections 22 €, tarif réduit 18 €. Évitez la file d’attente ! Achetez votre billet en ligne. Plein tarif 23,50 €. Tarif réduit 19,50 €. Billet simple Art nouveau ou Tamara de Lempicka, 12 ou 10 €. Votre billet en ligne 13,50 ou 11,50 €

Vous retrouverez dans l’article 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Les Grandes Expositions et Calendrier 2014 peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

André Balbo

sources : Visite, Pinacothèque, Gioia Mori, Marc Restellini

En images

Messages

  • "The Baroness with a brush" soit nous séduit soit nous repousse.
    Une femme de caractére se dévoile dans les 2 films projetés.
    Des portraits façon papier glacé de femmes à la bouche pulpeuse marquée d’un rouge à lèvres Chanel, des regards interrogateurs et sensuels, des corps sculpturaux.
    Une lumière à la manière d’Ingres.
    Des couleurs vives mais en nombre limité mises en valeur par des fonds gris ou noirs.
    Les nus féminins et masculins sont d’un érotisme stylisé et peaufiné.

    Agata Anna

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.