eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements et expositions au Musée Rodin > Les sculptures d’Ivan Meštrović sont exposées au musée Rodin

Les sculptures d’Ivan Meštrović sont exposées au musée Rodin

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Le musée Rodin est encore bien à l’étroit du fait des travaux qu’il a entrepris.

Ivan Meštrović, Artiste au travail - Auguste Rodin, Rome 1914, ©Zagreb, Atelier Meštrović, photo Boris Cvjetanovic

Cette exposition, située dans la cour d’honneur de l’Hôtel Biron, se place dans le cadre de la saison culturelle à la Croatie, à la veille de l’entrée de ce pays dans l’Union européenne, en juillet 2013.

Ivan Meštrović (1883-1962) est le plus célèbre des sculpteurs croates et yougoslaves du XXe siècle. Jeune berger, déjà, la qualité des bouts de bois qu’il travaille attire l’attention, et le fait partir étudier dans l’atelier du tailleur de pierre Pavie Bilinic, à Split. Il poursuivra ses études à Vienne, notamment à l’École des Beaux-Arts.

Quand Meštrović s’installe à Paris en 1908, exposant ses œuvres au Salon d’Automne, il a la fierté de les voir remarquées par Rodin, et il reste sa vie entière impressionné et très influencé par ce maître. Il rencontre également Bourdelle.

Ivan Meštrović, Femme tourmentée, Zagreb, 1928 - Photo © Valentino Bilic Prcic

En 1911, les sculptures qu’il expose au Salon international de Rome lui font remporter le premier prix de sculpture européenne, et une reconnaissance internationale.

Son travail peut alors être associé au style sécessionniste, mais après la Première Guerre mondiale sa découverte des avant-gardes non-figuratives, oriente la suite de ses recherches artistiques vers des sujets mystiques et spirituels, d’influences gothique et byzantine.

Quand il revient en 1922, en Yougoslavie, il réalise de nombreux monuments et déploie également ses talents vers l’architecture, l’enseignement, et l’écriture. Ses œuvres seront montrées dans de nombreuses expositions aux États-Unis, et en Europe (en 1933 à Paris au Jeu de Paume).

Ivan Meštrović affectionne de faire alors des statues de grands hommes, parfois de façon assez réaliste, comme Michel-Ange, Goethe ou Lénine, ou d’Indiens, comme pour la ville de Chicago.

Ayant refusé, même après son emprisonnement au cours de la Seconde Guerre mondiale, de mettre son art au service de l’Occupant, il fuit la Croatie en 1942 : Suisse, Rome, Paris, et il s’installe en 1947 définitivement aux États-Unis.

10 ans avant sa mort, en 1952, Meštrović fait don à la Croatie de l’ensemble de son œuvre, et de ses biens, immédiatement acceptés. Le parallèle avec Rodin s’arrête donc là, puisque si celui-ci, sculpteur sulfureux et pas toujours bien toléré, avait fait don total de son œuvre à l’État en 1911, il ne fut définitivement accepté par la France qu’en 1916…

Ivan Meštrović, Job, Rome, 1946 © Split, Galerija Meštrović, photo Zivko Bacic

13 statues sont exposées au musée Rodin, dont :
La Vestale, 1917 ;
Jean le Baptiste, 1954 ;
Job, son chef-d’œuvre,1946 ;
Perséphone, 1946 ;
Femme saisie par la convulsion (en fait à l’agonie), 1928 (et 2012) ;
Lacoon de mes jours, 1905 ;
Artiste au travail – Auguste Rodin, 1914.
Timor Dei, 1904.

Ces sculptures, 3 dans le hall de la chapelle et 9 dans la cour d’honneur, expriment l’angoisse d’une vie tourmentée, demandant ou prenant le ciel à témoin, tel Job, avec le terrible questionnement : "Mais jusqu’où Seigneur, faudra-t-il encore aller ?".

Une œuvre, d’un artiste méconnu en France, et qu’il faut prendre le temps de regarder.

Ivan Meštrović, l’expression croate. Du 18 septembre 2012 au 6 janvier 2013. Musée Rodin, 79, rue de Varenne 75007 Paris, du mardi au dimanche de 10 à 17h45.

Vous retrouverez dans les articles « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

David méditant devant la tête de Goliath, d’Orazio Gentileschi, huile sur lapis-lazuli, exposition Artemisia

Dans les articles « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », et « Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tenterons aussi de vous les présenter chaque mois , à partir de Février 2013.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

André Balbo

sources : visite, musée Rodin, Wikipédia

Adresse

79 Rue de Varenne 75007 Paris

Horaires

- Du 18 septembre 2012 au 6 janvier 2013

- Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 17h45

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.