.evous
> >

Patrick Wolf en concert à Paris

Celui qui a précédemment assuré la première partie du groupe Bloc Party est en tournée en France. Patrick Wolf se produira notamment à Paris le 13 novembre 2012.

Artiste passionné et précoce, Patrick Wolf s’est imposé comme l’une des voix les plus originales de la pop anglaise. A 11 ans, il se lance dans toutes sortes d’expérimentations sur des claviers achetés au puce ; à 14, il joue au sein d’un collectif pop-art dénommé Minty ; à 20, il sort son premier album Lycanthropy qui étonne par la richesse luxuriante de ses orchestrations. Patrick tourne alors beaucoup au Royaume-Uni comme en Europe, avant de se pencher sur l’écriture de son deuxième opus, The Magic Position. Suivront The Bachelor (2009) et Lupercalia (2011).
Fort de ce succès d’estime, Patrick Wolf donne régulièrement des concerts à travers l’Europe. En France, une date est programmé au Café de la Danse le 13 novembre 2012.

Précédemment intitulé The Conqueror, Lupercalia est le cinquième album studio de Patrick Wol. "Sur mon dernier disque, j’explorais les thèmes de la solitude, la dépression et de la mélancolie, explique le chanteur anglais. Lupercalia parle en revanche d’amour et de ses effets sur mon être."
Dans la presse anglo-saxonne, Patrick a dévoilé que le groupe Groove Armada avait collaboré à l’enregistrement de plusieurs titres. L’ensemble serait selon ses dires influencé par la disco et les classiques de la Motown, formant une musique joyeuse et pornographique. En préambule, l’extrait Time of My Life circule sur la Toile depuis le mois de novembre 2010. "C’est une chanson que j’ai commencé à écrire en 2006, à la suite d’une relation amoureuse, et que j’ai achevée trois ans plus tard, alors que je traversais une mauvaise passe dans une autre relation. Ce nouvel album respire l’optimisme et traite d’un amour capable de survivre à toutes les crises."

Après le réussi The Magic Position, Patrick Wolf annonce la sortie de son prochain album, The Bachelor. Attendu dans les bacs le 11 août 2009, cet opus devait à l’origine être double, présentant un premier CD baptisé The Bachelor et un second The Conqueror. Le chanteur anglais a finalement choisi de les sortir séparément, afin de ne pas surcharger le public d’un trop-plein d’informations. Parmi les collaborateurs mis à contribution sur ce disque, on retrouve Alec Empire, Tilda Swinton, Eliza Carthy et Matthew Herbert.
A la suite de cette sortie, Patrick Wolf partira en tournée, en compagnie du groupe américain The Living Things et des françaises Plastiscines.

La pochette annonce clairement la couleur : Patrick Wolf est un garçon exubérant, sensible, baroque et entend bien le faire savoir. Il en va de même pour sa musique qui hésite sans cesse entre folk synthétique et pop à tendance symphonique.
Tour à tour crooner ou diva, le jeune Britannique impose son univers empreint de romantisme qu’il avait commencé à dévoiler en 2005 avec Wind In The Wires. Le soutien nouveau d’une major du disque l’a sans doute aidé à donner à The Magic Position sa dimension épique et enlevée. D’une voix assurée et fière, en total décalage avec sa frêle apparence, Patrick Wolf nous balade et nous étourdit presque à grand renfort de violons, d’arrangements électro ou de gimmicks aux accents rétro. Les trois premières pistes en sont de bons exemples et ouvrent magnifiquement l’album. Les bonnes surprises continuent sur le très beau Magpie où les lignes de piano et de violon s’écartent en milieu de morceau et laissent la place à une apparition énigmatique de la grande Marianne Faithfull. Grand moment encore avec Augustine, chanson sombre et introspective.
Cet album, si loin d’un quelconque formatage commercial ou radiophonique, devrait imposer son auteur-compositeur-interprète sur la scène internationale et, espérons-le, l’inciter à nous écrire d’autres chansons aussi réussies que celles-ci.

5 Passage Louis Philippe, 75011 Paris

Adresse

19h30

Horaires

Mots-clés