eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements au Musée du Quai Branly > Archives et bilan d’une biennale Photoquai particulièrement réussie : 527 582 (...)

Archives et bilan d’une biennale Photoquai particulièrement réussie : 527 582 visiteurs

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Encore un bilan d’exposition époustouflant ! Pour sa 4e édition, que nous avions trouvé particulièrement réussie, et qui présentait sur 2 mois en accès libre les photos de 40 photographes venus de lointains ailleurs sur le thème "Regarde-moi", l’événement a déplacé quelque 527 582 visiteurs, soit en moyenne 8509 par jour. Une augmentation de 22% par rapport à l’édition précédente !

***

Pendant deux mois, du 17 septembre au 17 novembre 2013, la 4e édition de " Photoquai ", la biennale de photographie organisée par le musée du Quai Branly, alias PHQ4, s’est installée sur les quais de la Seine et dans le jardin du musée, à la grande joie les promeneurs diurnes et nocturnes de tous bords, des amateurs de photos comme des curieux des autres horizons. Exposition de facettes de planète, de différences, de similitudes, pleines d’humanité.

La figure humaine est au cœur des images de cette biennale des images du monde, qui nous fait découvrir les photographies réalisées en-dehors de notre cocon d’Occident à la fois si protégé et pourtant auto-déclaré tellement en crise.

Kechun Zhang

Frank Kaléro en assume la direction artistique, sur le thème mutin du "regarde-moi", qui fait sauter l’obligation purement documentariste que pose en général l’ethnologie, dont le Quai Branly est quand même le temple à Paris. En effet, que les modèles fixent l’objectif et le photographe, ou laissent au moins clairement percevoir qu’ils savent être pris en photo, saisis en quelque sorte, change de façon perceptible l’image, mais aussi le regard qui pose ainsi, comment dire, davantage d’égalité entre le spectateur et le modèle.

Par ailleurs, décloisonner et démultiplier les regards ne saurait nous faire que du bien... Merci à tous ces courants d’air et de pensées bienvenus, et à ces façons autres de voir et de regarder, mais aussi de se montrer. Multiplier de nouvelles Lettres persanes appliquées à la photo et de nouveaux angles nous revigorera... un jour ou l’autre.

Pour cette édition, 8 commissaires se sont répartis les différentes grandes régions du monde : John Fleetwood pour l’Afrique, Hester Keijser pour le Proche et le Moyen-Orient, Shahidul Alam pour l’Asie, Bohnchang Koo pour la Chine et l’Extrême-Orient, Liza Faktor pour l’Ex-URSS, Claudi Carreras pour l’Amérique Latine, Alexander Supartono pour l’Asie du Sud-est et Anne Noble pour l’Océanie. Ils ont sélectionné en tout 40 reportages, à partir de la présélection de 200 photographes contemporains.

Frank Kaléro cite Roland Barthes « Quand je me sais photographié, je me transforme en image. » évoquant l’échange riche et furtif de ces regards croisés : un être humain perçu dans son environnement, et un photographe. On sait que celui de l’observateur se mêlera à leur rencontre le moment venu, plus tard.

Il dit aussi que la photographie suspend la course des nuages, image de celle du temps, et qu’elle nous offre une pause. Mais dès lors tout se charge. Tout pourra alors prendre du sens, au-delà de ce qui est "primairement" montré, pour peu que le talent survienne...

Formidable déambulation parmi ces immenses photos pleines de force et de surprise. Celles de la Saoudienne Wasma Mansour et de son projet Single Saudi Women sur le célibat, l’identité, et l’absence de visages ; jouerez-vous à attribuer à chacune de ces femmes son sac ? Celles du Mexicain José Luis Cuevas dont les personnages "existent bien", même s’ils font froid dans le dos, comme sortis d’un film d’horreur. Et celles de la chasse à des jumeaux que les hasards de la vie sont bien parvenue au bout du compte à différencier, du Chinois Rongguo Gao.

Formidables aussi celles d’Evgenia Arbugaeva sur le grand Nord de la Yakoutie ; ou celles d’Amit Madheshiya de l’État d’Uttar Pradesh, qui surprend les émotions baignant les visages de spectateurs des films bollywoodiens ; comme celles aussi du Brésilien Gustavo Lacerda qu’interpelle tant la beauté si particulière des albinos.

Et tous les autres encore, dont le Chinois Qingjun Huang, dont les modèles ont accepté de placer devant leur maison tous les objets qu’ils possèdent... Belle plongée dans un univers inconnu et largement dévoilé...

"Regarde-moi !" Qu’avons-nous de commun ? De dissemblable ? Un régal, durant 2 mois, offert à tous.

Ici, encore, le Néo-Zélandais Dow Wasiksiri saisit dans son studio éphémère d’un marché animé de Thaïlande la personnalité de ses modèles, avec participation et intentions, comme le faisaient les portraitistes des débuts de la photographie...

Dans le cadre de Photoquai, mais du 17 septembre au 2 février 2014, "Nocturnes de Colombie", sous le commissariat de Christine Barthe, Mezzanine Ouest du musée. Des images photographiques de Juan Manuel Echavarría (Medellin, 1947), José Alejandro Restrepo (Bogota, 1959), Miguel Ángel Rojas (Bogota, 1946) et Oscar Muñoz (Popayan, 1951), issus de générations qui ont vécu différentes étapes d’une guerre civile ininterrompue...

Photoquai, face au n° 37 du quai Branly, et à la passerelle Debilly, pour la partie "Quai", et par les entrées du musée (37 quai Braly, ou 206 et 218 rue de l’Université) pour la partie "Jardin du musée". Métro Alma-Marceau ou Iéna (9), École Militaire (8),
Bir Hakeim (6). Exposition gratuite, accessible 24h/24, et tous les jours.

Vous retrouverez dans l’article 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Les Grandes Expositions et Calendrier 2014 peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

André Balbo

sources : Visite, Photoquai, Frank Kaléro, Roland Barthes

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.