eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 6e > Publiez et participez ! > Proposez un contenu ou un témoignage pour Paris 6

Proposez un contenu ou un témoignage pour Paris 6

Dernière mise à jour : vendredi 16 novembre 2012, par Christian Frank

Messages

  • Du 14 au 16 mars 2014, peintres, sculpteurs, photographes, graveurs, céramistes, plasticiens, ... du 6e arrondissement de Paris sont à l’honneur, le temps d’un week-end, pour la 21e édition des Portes Ouvertes du 6e, Ateliers d’Artistes.

    De Saint-Germain-des-Près au jardin du Luxembourg, de la tour Montparnasse aux quais de Seine, de la fontaine Saint-Michel au Musée d’Orsay, les ateliers d’artistes du 6e ouvrent leurs portes du vendredi 14 au dimanche 16 mars 2014.
    Cette année encore, plus d’une cinquantaine d’artistes accueillent dans leurs ateliers ou dans des espaces insolites métamorphosés le temps d’un week-end.
    Au détour d’un quartier mythique, d’une rue, d’une cour... curieux, amateurs ou collectionneurs, pourront rencontrer les artistes.
    A chacun son itinéraire, son parcours, ses découvertes.
    Comment ne pas s’interroger sur les techniques utilisées faisant vibrer notre sensibilité ? Regard sur une œuvre renouvelé, connaissances précisées sur l’application d’une patine ou la réalisation d’une fonte, éclairage mystérieux d’une photographie, expertise affûtée sur une gravure, une lithographie, une eau-forte, savoirs-faire ancestraux actualisés par les peintres et céramistes, le 6e, Ateliers d’Artistes promet, une nouvelle fois, de riches et étonnants échanges avec les artistes et leurs œuvres...
    Une plongée dans un art contemporain accessible à tous.

    55 artistes vous accueillent
    Ola ABDALLAH, Bernard BASSAC, Françoise BAUDET,
    Cornelius BELLMAN, Rozenn BIGOT, Jacques BORKER, Sophie CAVALIE, Eliane CHORAND, Yannick CHARON, Sandrine COURAU, Jean-Loup DAILLY,
    Agnès DESPLACES, Marie DE ROCCA SERRA,
    Editions SIGNUM, Ben ELEOUET, Constance FULDA, Caline de GASQUET, Olivia de GASQUET,
    Marie-Laure GERARD-BECUWE,
    Claudine GINSBOURGER, Caroline GROCHOLSKI, Marielle GUEGAN, Véronique de GUITARRE,
    Brigitte ISAAC DOGNIN, Marie-Pascale JACQMIN,
    Claire LABEDAIX, Edith LAFAY, Sophie LAVINE, Béatrice LEBLANC, Richard LEFER,
    Nathalie LEMAITRE, Tania LLINARES,
    Gary LOBEVITCH, Daniele LOISEL, Josy LOUME, Ariane MERCIER, Gabriella MOUSSETTE,
    Nicolas MOUSSETTE, Nobuko MURAKAMI,
    Olga NOVOKHATSKA, Anabele NUNEZ,
    Rodolfo OVIEDO VEGA, Catherine PERROT,
    Christine PICTET, Morgane PLANCHAIS,
    Arnaud du PLESSIS, Florence de PONTHAUD-NEYRAT,
    Stéphanie REGNIER-MOLINA, Francès P. RYAN,
    Valérie ROUBACH, Alejandro SAGA, Patricia SARNE, Olivier SWIZ, Laurence TOUSSAINT, Martine TOUZARD.

    INFOS PRATIQUES
    Entrée libre et gratuite
    Vendredi 14 mars 2014 de 14h00 à 20h00
    Samedi 15 mars 2014 de 14h00 à 20h00
    Dimanche 16 mars 2014 de 14h00 à 20h00

    Point d’accueil central
    Atelier V - 5 rue Casimir Delavigne M° Odéon

    Consultation du book des artistes
    Adresses, plans et affiches sur demande

    Renseignements
    Tél : +33 (0)6 30 45 05 94
    www.lesixaa.org

    ÉVÉNEMENTS
    Pour la première fois, le 6e, Ateliers d’Artistes accueille
    - 10 artistes de l’association Jour & Nuit Culture, dans un nouvel Espace consacré aux Arts (9 place Saint-Michel),
    - les Éditions Signum regroupant des artistes plasticiens, écrivains et poètes réalisant des livres d’artistes et de bibliophilie contemporaine.
    - l’atelier Fance Franck, association reprise par Jean d’Albis présente des céramistes qui travaillent à partir du colombin..

  • Ouverture d’un cabinet de SOPHROLOGIE au 14, rue servandoni 6e.
    Séances de DÉTENTE, de RELAXATION pour lutter contre le stress, et retrouver la Sérénité, le Bien Être, la Confiance en soi.
    Lundi, Mardi, Jeudi Vendredi de 9H à 19H
    Mercredi et Samedi de 9H à 13H
    Tél. : 06 76 19 35 80
    09 80 52 61 85
    Mail : fabienne.poinsignon1@orange.fr
    Site : http://www.lescouleursdelasophrologie.org

  • Du 27 juillet au 8 septembre, la galerie présente SUMMER SHOW/12, une proposition artistique estivale et collective. Sont exposées sans thème particulier une sélection d’œuvres de Yannis Markantonakis, Benyounès Semtati, David Lihard, Claire Chalet, David Clerc, Isabelle Bonté, Catherine Raynal, Julie Perin et Michèle Iznardo.
    Trois artistes ne faisant pas partie de VivoEquidem ont été invités à cette occasion : Claire Chalet, Isabelle Bonté et Léon Levkovitch.
    Claire Chalet présente des petits dessins dont certains sont associés à des matériaux divers (fil, lichen, épine d’acacias) et qui évoquent un monde surréel, d’essence contemplative et parfois d’une inquiétante étrangeté.
    Isabelle Bonté, plasticienne, montre une série de « dessins paraffinés » se rapportant au temps ou à la mémoire et dont les sujets, crânes ou bœufs écorchés sont réalisés avec de la cire. Les effets de transparence et de matière produisent une étonnante forme organique.
    Léon Levkovitch, artiste polonais, est connu de la place de Paris depuis les années soixante où il exposait ses dessins et ses bronzes. Avec l’âge, ce jeune homme septuagénaire, continue de produire des œuvres délicates sur papier et des sculptures d’une grande poésie.

    Visuel : Vue de l’exposition à la galerie, œuvres de Claire Chalet

  • La galerie VivoEquidem est heureuse de présenter du 19 septembre au 3 novembre 2012 la quatrième exposition de Sylvester Engbrox : The Good & the Bad Life. Premier à intervenir dans le cycle EWE (Economic Winter Exhibition), l’artiste allemand présentera une nouvelle série de peintures accompagnées de deux vidéos et de trente planches issues de ses réserves photographiques qui constituent la grammaire visuelle de ses créations.
    Pour inaugurer le cycle EWE, Sylvester Engbrox, originaire de Düsseldorf, qui vit et travaille à Paris propose la vision d’un monde incertain où les choix individuels sont constamment réévalués en fonction de critères sociaux instables. La perception que l’on a du bonheur, de la santé, de la prospérité, et plus généralement de la condition humaine dépend ainsi de valeurs en permanente fluctuation comme le sont les indices économiques et boursiers.
    La précarité de ce système d’évaluation a pour conséquence de réduire la valorisation de toutes choses au seul choix « good » ou « bad » et d’accroître en fin de compte le sentiment d’injustice et de jalousie…
    Avec l’exposition The Good & the Bad Life, VivoEquidem lance le cycle EWE qui s’achevera en août 2013.

    VERNISSAGE : mardi 18 septembre 2012 de 19h30 à 22h00
    Visuel : "Tap Water", huile sur toile, 114 x 146 cm, 2012 ©Engbrox/VivoEquidem


    From 19 September to 3 November 2012 the VivoEquidem gallery is pleased to present Sylvester Engbrox’s fourth show : The Good & the Bad Life. The German artist, the first to exhibit his work in the EWE (Economic Winter Exhibition) series, will present a new set of paintings accompanied by two videos and 30 plates from his photo files, which constitute the visual grammar of his creations.
    Opening the EWE series, Engbrox, who was born in Düsseldorf but lives and works in Paris, offers a vision of an uncertain world where individual choices are constantly re-assessed based on shifting social criteria. The perception of one’s happiness, health, prosperity and, more generally, human condition depends on values that fluctuate as wildly as economic and stock market indices.
    The consequence of this evaluation system’s shakiness is to blur the clear-cut distinction between "good" or "bad" choices and, in the end, increase feelings of injustice and jealousy.

    PREVIEW : on September 18th 2012 from 7:30 pm till 10 pm
    Picture : "Tap Water", oil on canvas, 114 x 146 cm, 2012 ©Engbrox/VivoEquidem

  • La Galerie Claudine Legrand, 49 rue de Seine, expose du 17 au 28 juillet 2012, les oeuvres des peintres Laurent Hours, Denis Jully et Philippe Vasseur.

    La galerie est ouverte du Mardi au Vendredi de 14h à 19h, le Samedi : de 11h à 13h et de 14h à 19h

    Métro : Saint-Germain des Prés.

  • Exposition de poésie ouverte de Florian REBEYROLLE
    Du 4 au 16 juillet 2012

    Vernissage le 6 juillet 2012 à partir de 20h
    Au Bob Cool 15 rue des Grands Augustins Paris 6e (métro Odéon-Pont Neuf)

    Les poèmes-tableaux mis en forme par l’auteur sont autant d’appels à l’imaginaire poétique contenu en chacun d’entre nous. Chaque participant pourra ainsi se créer son propre chemin à travers et à l’intérieur des oeuvres exposées ; voire composer ses propres poèmes qui seront lus le 6 juillet - jour du vernissage - par une comédienne professionnelle.

  • Vendredi 1er juin et samedi 2 juin à 20h30 à la Maison des Cultures du Monde.
    Andros jubilee singers + Bohog and the rooters

    Au-delà du cliché (eaux limpides et plages de sable blanc), les Bahamas sont un archipel des Caraïbes majoritairement peuplé de descendants d’esclaves africains qui n’a acquis son indépendance de la Grande-Bretagne que dans les années 1970.

    Il y avait à l’origine les instruments de bric et de broc confectionnés par les esclaves pour le junkanoo. Aujourd’hui, sur Cat Island, il y a le RAKE ’N’ SCRAPE (littéralement, « racler et gratter »), musique populaire et dansante qui elle aussi fait appel à ces instruments « détournés », notamment la fameuse scie de menuisier grattée avec une lime .
    Avec beaucoup de malice, un zeste de fierté et une pincée de désinvolture, BOHOG AND THE ROOTERS sont les élégants représentants de cette musique chaleureuse et entraînante.

    Un groupe de rhyming peut comprendre un ou plusieurs ténors, un alto et une voix de basse, mais c’est le ténor, appelé aussi le rhymer, qui mène le chant. Les groupes peuvent aussi inclure des voix féminines.
    C’est le cas des ANDROS JUBILEE SINGERS, parmi les derniers de l’île à garder cette tradition vivante. En effet, elle s’était beaucoup développée avec la pêche à l’éponge et a quasiment disparu avec son déclin.

    Retraités, agriculteurs ou pasteurs, WILFRIED, THOMAS, NATHANIEL et MADELEINE MCKEYS chantent toujours, notamment lors de l’office du dimanche au Temple. Et leur passion est communicative.

    Pour en savoir plus : http://www.festivaldelimaginaire.com/programme/the-andros-jubilee-singers-bohog.html

    Plein tarif : 21€
    Tarif abonnés : 15€
    Tarif réduit : 11€

    Renseignements et location
    01 45 44 72 30

  • Exposition Halim Al Karim, à la Galerie Imane Farès du 31 mai au 29 septembre 2012

    Vernissage le jeudi 31 mai 2012, à partir de 18h00

    Halim Al-Karim est né en 1963 à Najaf, en Irak. Il vit, travaille et expose entre Amsterdam (Pays-Bas), Denver (Colorado, États-Unis), Dubaï (Émirats arabes unis). Plus récemment il a rejoint la Galerie Imane Farès, à Paris. Ce nomadisme spatial et culturel marque l’itinéraire de nombreux artistes irakiens de sa génération qui ont fui la répression et la guerre et cherché dans l’exil des cieux plus propices à la liberté d’expression nécessaire à leurs recherches artistiques. Halim Al-Karim a quitté l’Irak après avoir obtenu son diplôme de l’académie des Beaux-Arts de Bagdad en 1988. Lors d’un séjour de transition à Amman en Jordanie, Al Karim pratique la sculpture et la peinture. Puis il s’expatrie aux Pays-Bas et s’inscrit à la Guerrit Rietveld Academy d’Amsterdam de 1996 à 2000. Au sein de cette institution, il est initié aux principes techniques et esthétiques de l’image photographique et de son histoire dans l’art moderne et contemporain. Il en intègre rapidement les potentialités créatives telles qu’elles coïncident avec son projet artistique personnel et largement autobiographique. Depuis, ce nouveau médium est devenu le principal révélateur de ses préoccupations esthétiques et existentielles. « Le travail que je fais en ce moment est une nouvelle phase dans l’exploration de ma propre identité, des émotions vécues et de leurs représentations plastiques. » C’est ainsi que Halim résume son rapport à la photographie qui pour lui n’est pas seulement un art censé reproduire à la perfection la réalité, mais un moyen lui permettant de questionner, d’analyser et de comprendre l’essence et la complexité du monde qui l’entoure. Son œuvre est donc à envisager sous l’angle du déchiffrement et d’un dévoilement existentiel confrontant la mémoire blessée et l’expérience de l’exil au désir de lever le masque d’une réalité déshumanisante. Sans abandonner sa culture il a intégré certains points de vue de la modernité et nous livre de ce fait une œuvre originale et totalement inédite. Outre de nombreux projets à venir, il a participé en 2009 à l’exposition Unveiled : New Art from the Middle East à la Saatchi Gallery de Londres et enchaîné de très nombreuses expositions personnelles et collectives aux Etats-Unis, à Dubaï, au Liban, en Jordanie, aux Pays-Bas, en Angleterre, la dernière datant du 27 octobre 2011 à New-York.

  • On connaît la peinture de Macaya, cette explosion caractéristique de jeux d’ombre et de lumière, mais surtout d’ombre : un fond ténébreux et silencieux magnifiquement travaillé à l’huile sur bois, qui accentue la puissance et la sobriété figuratives de l’œuvre.
    La nouveauté de cette exposition est l’apparition, en parallèle du travail personnel et puissant que nous soutenons depuis plus de 12 ans, d’une série intitulée « Capricios ». La référence à Goya est encore plus précise dans cet univers étrange où la perte de repères rationnels est à son comble. Tandis que la palette des couleurs s’épanouit dans des tonalités brunes ou gris bleutées, les contours devenus flous servent l’intention narrative de Macaya, qui nous raconte une histoire invraisemblable, surréaliste et vaporeuse, dans laquelle l’homme, devenu un insecte, subit des évènements étranges. Une poire monstrueuse s’envole, un citron est retenu par des chevaux. Ces scènes improbables, dépourvues de clef de lecture, restent énigmatiques et fascinantes : vers quoi va cet homme masqué ? Que raconte ce cheval au profil hiératique ? Que nous dit de la vie cette nature morte ?
    Ses œuvres récentes, dont la cohérence et la force sont celles d’un peintre dans la pleine maturité de son expression, investiront la Galerie Arcturus à partir du 31 mai 2012.

  • CHOSES VUES
    Photographies de Marc Riboud
    Texte d’André Velter
    Parution en librairie le 4 avril 2012
    « Comme de longs échos qui de loin se confondent », les photographies de Marc Riboud se répondent en multiples sé¬quences où alternent, par delà les continents, les villes et les peuples, maintes visions d’un monde toujours intense, sans cesse renouvelé, dans lequel humour et regard malicieux, beauté plastique des compositions, des lignes et des formes se mêlent, s’opposent et s’entrelacent.
    D’images de pure beauté, dignes de la tradition pictorialiste, à d’incongrues coïncidences, quasi surréalistes, « toute l’âme résumée » de Marc Riboud se déploie dans cet ouvrage où les séquences des vues, en autant de correspondances et de contrepoints, expriment l’essence de la beauté et l’authentique modernité.
    André Velter, prix Goncourt de la poésie pour son oeuvre, signe le texte liminaire de cette somme artistique, au titre évocateur : « Le Monde selon Marc ».
    Marc RIBOUD est né en 1923 à Lyon. En 1953, il obtient une publication dans le magazine Life pour sa photographie d’un peintre de la tour Eiffel. Sur l’invitation d’Henri Cartier-Bresson et de Robert Capa, il rentre à l’agence Magnum. Il parcourt alors de nombreux pays, l’Inde, la Chine, l’URSS, couvre les indépendances en Algérie et en Afrique noire, et se rend au Sud ainsi qu’au Nord Vietnam, où il est l’un des rares photographes à pouvoir entrer. Dans les années 1980, il retourne régulièrement en Orient et en Extrême-Orient et expose à Paris, Londres, New York, Beijing, Hong Kong, Bilbao…
    Deux importantes rétrospectives de son oeuvre ont eu lieu en France : en 2004, à la Maison européenne de la Photographie de Paris et, en 2009, au musée de la Vie romantique. Son travail est exposé dans de nombreux musées à travers l’Europe mais aussi aux États-Unis et au Japon. Il a reçu plusieurs récompenses dont deux prix de l’Overseas Press Club, le Time-Life Achievement, le Lucie Award, l’ICP Infinity Award et, récemment, le Sony World Photography Award.
    Inspiré par l’Asie, on lui doit, entre autres, la publication d’un admirable livre de photographies sur Huang Shan et, aux éditions de l’Imprimerie nationale, Angkor, sérénité bouddhique (1992, avec Jean Lacouture et Jean Boisselier), Istanbul (2003, avec Jean-Claude Guillebaud) et Les Tibétains (2009, avec André Velter).
    Poète, essayiste, homme de radio, André VELTER se vit surtout comme voyageur. Né dans les Ardennes, il s’est beaucoup at¬taché, comme l’un de ses devanciers célèbres, à courir le monde, avec une prédilection marquée pour l’Orient. Quelques-uns de ses livres en portent explicitement la marque : Les Bazars de Kaboul, Ladakh-Himalaya, Les Tibétains (déjà avec Marc Riboud), mais c’est l’ensemble de son oeuvre qui témoigne de son goût pour la Haute Asie. Vouée au souffle, à la révolte, à l’amour sauvage, à la jubilation physique et mentale, sa poésie tente, partout et en toutes circonstances, de réenchanter le réel. En cela, son approche des hommes, des lieux et des choses se révèle très accordée à celle de Marc Riboud.
    Format : 18 x 24 cm / 284 pages / 165 illustrations en noir et blanc / 45 €
    ACTUALITÉS
    En 2011, Marc Riboud a fait une dation au musée national d’Art moderne / Centre Pompidou d’un ensemble excep¬tionnel de 192 tirages originaux réalisés entre 1953 et 1977.
    On peut voir ces images dans les collections permanentes du musée jusqu’au 25 mars inclus.
    À paraître le 12 mars : Algérie, de la guerre à l’indépendance, 1957-1962, texte de Jean-Jacques Jordi, photographies de Raymond Depardon, Philip Jones Griffiths, Sergio Larrain, Erich Lessing, Marc Riboud, Kryn Taconis et Nicolas Tikhomiroff, éd. Ouest France, 2012.

  • " (...) Cabinet DA-END 02 est à la fois un hommage aux siècles anciens et une véritable réflexion – proposition, oserais-je dire -, picturale, artistique, esthétique, nouvelle. Le parti pris DA-END existe désormais, s’affirme depuis deux ans et se résume dans cet événement annuel : artistes jeunes, confirmés ou inclassables ; œuvres singulières, ambition d’imaginer une nouvelle collection, un fonds nouveau. Ici la peinture fait sa mue, l’installation épouse son siècle, le sculpteur ne renie rien. Les médiums évoluent, les techniques se modernisent, les préoccupations ne sont plus celles des temps anciens. Sculptures en verre et sculptures en porcelaine, crânes et masques, huiles et dessins, photographie et collages, automates et installations nous interrogent toujours sur le temps qui passe. L’humain est là, au cœur de cet étrange dispositif artistique, entretenant un dialogue entre l’aujourd’hui et l’autrefois.(...) " Eric Poindron

    Du 10 mai au 25 juillet 2012.

    Exposition collective avec :
    Marion Auburtin, I. Barbara, Dobrawa Borkala, Laëtitia Bourget, Danielle Chanut, Philippe Charles, Marcos Carrasquer (Galerie Samantha Sellem),Nicolas Darrot (Galerie Eva Hober),Lola B. Deswarte, Mr Djub, Kim Duong, Coco Fronsac, Yoko Fukushima, Matsui Fuyuko,Céline Guichard, Karine Jollet, Jean-Jacques Lebel, Philippe Lemaire, Philippe Le Meur, Eudes Menichetti, Maël Nozahic (Galerie Maïa Muller),Toshio Saeki, Satoshi Saïkusa et Kaï Sumiko,Victor Soren, Murielle Belin et Paul Rumsey (Béatrice Soulié), Jim Skull, Daria Surovtseva, Bernard Szajner.

    Et l’aimable participation de :
    Pierre Bazalgues, Paul-Emmanuel Dubois, Galerie Schoffel & Valluet, Galerie Serge Le Guennan, Alexandre Bernand, Moments et Matières.

    Galerie Da-End
    17 rue guénégaud
    75006 Paris

    Du mardi au samedi de 12h à 19h

  • Du 11 avril au 19 mai 2012, la galerie VivoEquidem présente les œuvres dessinées, peintes et gravées de David Clerc, artiste Suisse, à l’occasion de l’exposition Refuge.

    Au-delà de l’idée de sauvegarde, le refuge est un lieu situé sur un parcours. C’est un espace géographique, temporel ou spirituel entre deux instants : l’avant et l’après. Par conséquent, accéder au refuge c’est faire cesser le déplacement, mais momentanément. Le refuge est un lieu d’arrivée et de départ.

    Les œuvres de David Clerc bâtissent des refuges, des espaces entre deux instants. Ses paysages urbains ne sont que des ombres ou des lumières entre des lignes verticales plus ou moins épaisses, peintes, dessinées, transposées, grattées. Ce ne sont pas des destinations, ni pour le voyageur ni même pour l’œil, mais des passages, des lieux de transitions.

    Le sujet - les paysages urbains et les façades - est répété jusqu’au prétexte de la forme qui tend vers la grille, cette construction rigide qui résiste au changement. Les lignes se croisent en se dépersonnalisant pour former une structure qui nous offre une possibilité d’illusion tout en nous faisant penser que nous traitons avec le matérialisme.

    VERNISSAGE : mardi 10 avril à 19h, entrée libre

    Visuel : Paysage Urbain, encre de Chine et aquarelle/papier, 73 x 104 cm 2012 ©Clerc/Vivoequidem

  • Yves Aschenbroich
    présente à la galerie COUTERON
    du mardi 3 avril au dimanche 6 mai 2012
    GARY MARKOWITZ
    « alchimie de couleurs »

    Gary Markowitz est sans cesse à la recherche de la beauté et de l’émotion.
    Plus de cinq cents de ses œuvres ont été acquises à travers le monde par des collectionneurs privés ou institutionnels.
    Né dans l’Arizona, le charisme et la sociabilité naturelle de Gary Markovitz ont facilité sa vie d’éternel nomade. Il grandit et se forge au Nouveau-Mexique. Jeune, il part se former à New-York, puis vit à Hawaï. Il quitte alors les Etats-Unis pour Barcelone. Après un bref séjour dans le sud de la France, il vient d’arriver à Paris, ville où il a toujours rêvé de vivre.
    Gary Markovitz nous offre un trésor de communication artistique. Alchimiste de la couleur, photographe, concepteur de livres d’art et de livres pour enfants, il se consacre maintenant exclusivement à la peinture à l’huile.
    Il vit maintenant un nouveau défi, celui de séduire les passionnés d’art et les collectionneurs européen.

    La galerie Couteron organise aujourd’hui la première exposition personnelle de Gary Markowitz à Paris.

    Principales expositions depuis 1994 : New York, San Francisco, Los Angeles, Berlin, Washington D.C., Barcelone, Cadaqés, San Diego, Hawaii... et depuis 2007 :
    Exposition permanente à Maui, au Sargent’Fine Art à Maui, Hawaii.
    2007 : Galerie Punto Arte à Barcelone, Espagne. Galerie de Arte de la Riba à Cadaqués, Espagne.
    2008 : Taller 154, Barcelone, Espagne. Galerie de Arte de la Riba à Cadaqués, Espagne.
    2009 : Atelier Markowitz, à Pézenas.
    2010 : Galerie de Arte de la Riba à Cadaqués, Espagne. Atelier Markowitz, Pézenas.
    2011 : Atlelier Herdin, Pézenas. Chapelle des Pénitents, Aniane, France .TemporaryGallery Berlin, Allemagne.
    2012 : Galerie Couteron, Paris, France.

    Événements organisés lors de l’exposition :
    Exposition du 3 avril au 6 mai 2012
    Vernissage : jeudi 5 avril 2012 à partir de 18 heures
    Rencontre avec l’artiste:mercredi 2 mai 2012 à partir de 18 heures
    Finissage :dimanche 6 mai 2012 à partir de 16 heures

    Galerie COUTERON
    16 rue Guénégaud, 75006 PARIS
    galerie.couteron@orange.fr
    ouvert du mardi au samedi de 14h à 19 h

  • Séance unique et exceptionnelle, en présence d’Olivier Père, directeur du festival de Locarno.
    Mardi 13 mars 20h à Action Christine.

    Entre Nous (Onder ons)
    Le premier long métrage du scénariste et réalisateur Marco van Geffen est un thriller psychologique dans lequel il donne sa vision sur les quartiers d’habitation à la périphérie des grandes villes, planifiés en 1993 et dits Vinex selon le nom du plan. Selon Van Geffen, ces quartiers n’ont pas d’âme et l’anonymat est tel que les habitants craignent pour leur sécurité.

    Onder Ons, le premier volet d’une série de trois longs métrages que le cinéaste-scénariste veut consacrer aux quartiers Vinex, raconte la vie d’Ewa, polonaise, employée comme fille au pair. Timide et réservée, elle se confie seulement à sa compatriote Aga et jamais à sa famille d’accueil. Peu à peu, Ewa se rend compte qu’un terrible danger menace les deux filles…

    Le scénario reçut une nomination pour l’International Filmmakers Award 2009 du festival Sundance. Sélectionné aux festivals de Toronto et de Locarno. Au dernier festival, le film obtient le prix CICAE, de l’association internationale des cinémas d’art et d’essai.

    Le coup de cœur d’Olivier Père, qui présentera la séance, en compagnie du réalisateur Marco van Geffen et du chef opérateur Ton Peters.

    Voir la bande d’annonce http://bit.ly/AeSgDX

    En avant-programme : For Tracey, un film de danse de Martin Kers et Erik-Jan Maalderink sur une chorégraphie de Kristel van Issum et Guilherme Miotto, une adaptation cinématographique du spectacle Disorderly Conduct de la compagnie T.r.a.s.h. Film sélectionné et primé au festival Cinedans 2011 à Amsterdam. Première projection de ce film en France.

    For Tracey
    de Martin Kers et Erik-Jan Maalderink
    2011, 11 min, vidéo couleur

    Entre nous (Onder Ons)
    de Marco van Geffen
    2011, 90 min, 35 mm, couleur

    Adresse :
    Action Christine,
    4, rue Christine,
    75006 Paris

    Tarif :
    Plein tarif : 8 € / tarif réduit : 6 €
    Carte Fidélité Action : 45 € les 10 entrées (valable 1 an)
    Carte Ciné Passion pour les -26 ans :
    entrée 3 € (carte 2 €)

    Pas de réservation, vente directe à la salle

    En collaboration avec :
    Lemming Film,
    Elle Driver,
    Eye Filminstituut Nederland
    T.r.a.s.h.
    A Propic
    et Action Cinémas

  • Les Artistes du Père Lachaise Associés sont peintres, sculpteurs, graveurs, photographes et plasticiens… Ils ouvrent traditionnellement les portes de leurs ateliers situés dans le 20e arrondissement de Paris. Ils proposent un premier rendez-vous printaniers rive gauche.

    39 artistes de l’A.P.L.A. exposeront leurs œuvres à la Galerie de l’Europe. Créée en 1997, la Galerie de l’Europe encourage et soutient la création artistique contemporaine en organisant chaque année de nombreuses expositions personnelles et collectives. « D’une rive à l’autre » donnera un avant-goût des Portes Ouvertes du mois de mai, offrant l’occasion aux artistes de l’A.P.L.A de mêler et d’unir leurs créations. La plupart d’entre eux exposent individuellement ou collectivement à Paris et à l’étranger : Réalités Nouvelles, Parcours d’Artistes, Salon d’Art Contemporain de Paris, le Mois de la Photo, FIBD d’Angoulême, Salon Pages…

    Informations pratiques
    Exposition des artistes du Père Lachaise à la Galerie de l’Europe du 2 au 8 avril 2012
    Tous les jours de 10h à 20h – Vernissage le mardi 3 avril à partir de 18 h en présence des artistes.
    Galerie de l’Europe – 55, rue de Seine – 75006 Paris
    Renseignements pour le public pendant la durée de l’exposition : 06 11 20 77 06

  • Église du Luxembourg

    Mercredi 14 mars 2012
    20h00

    Jeanne Gérard [soprano]
    Vince B. Vincent [baryton]
    David Triestram [piano]

    Répertoire :
    Mozart, Bellini, Gluck…
    Rodgers & Hammerstein, Sondheim

    Tarif : 5€
    Durée 1h15

    Église du Luxembourg
    58 rue Madame
    75006 paris

    Accès métro :
    Ligne 12 station Notre Dame des Champs
    Ligne 4 station Saint-Placide ou Saint-Sulpice

    Accès Bus :
    Lignes : 58 / 82 / 83 / 84 / 89

    Réservations au 06 48 00 26 23 ou jeanegerard@gmail.com
    Billets à retirer sur place le jour du spectacle à partir de 19h

    • Étonnant hasard que de voir ces deux jeunes gens à nouveaux réunis. J’ai entendu et découvert Jeanne Gérard et Vince Vincent à Florence, au cours d’une périple lyrique en europe, au détour du promenade de fin d’après-midi. Ils se produisaient dans une petite église et comme cette fois en piano / voix. Grande émotion et merveilleux souvenir que ce moment que le hasard m’a offert. Rarement parisien, le destin me gâte encore. Thanks god. Je ne peux que vous conseille de vous aventurer vers le Luxembourg pour cette soirée du 14.

      Thank you.

      An american in Paris.

  • Le Cinéclub Néerlandais
    Mardi 14 février, 20h, Action Christine

    Ingrid Jonker
    de Paula van der Oest,
    avec Carice van Houten et Rutger Hauer

    PROJECTION EXCLUSIVE
    En présence de Carice van Houten et de Paula van der Oest à l’occasion de la sortie du film en France.

    Lors de son investiture, Nelson Mandela, premier président noir de l’Afrique du Sud, cite un poème d’Ingrid Jonker, Die kind – L’enfant. Le nouveau film de Paula van der Oest retrace la vie tumultueuse et tragique de cette poète importante, une femme ultra-sensible qui se démarque ouvertement de son milieu afrikaner raciste. Film présenté dans de nombreux festivals, notamment celui de Tribeca à New York.

    AVANT-PREMIERE
    Ingrid Jonker (Black Butterflies) de Paula van der Oest 2011, 97 min, 35 mm.

    EN AVANT-PROGRAMME
    I Want You, Not the Money de Paula van der Oest, un hommage dansé au film noir, co-produit par la télévision publique néerlandaise et la BBC, 1998, 8 min, vidéo, couleurs et N&B

    Films en version originale avec sous-titres français

    VISIONNEZ LA BANDE-ANNONCE http://bit.ly/xawFO3

    Action Christine
    4, rue Christine, 75006 Paris

    TRANSPORTS
    M°4, M°10 : Odéon
    RER C : St Michel

    TARIFS
    Plein tarif : 8 €
    Tarif réduit : 6 €
    - 26 ans : entrée 3 € (carte 2 €)
    Vente des billets directement à la salle

    En collaboration avec Eye International, Zootrope Films et Action Cinémas

    http://www.institutneerlandais.fr/

  • Dans le cadre des Rendez-vous Conférences, la galerie "VivoEquidem" reçoit le jeudi 16 février 2012 Valérie Mavridorakis à l’occasion de la publication de son livre "Art et science-fiction : La Ballard Connection" Editions Mamco, Genève.

    Si la science-fiction, qui relevait autrefois du domaine dit des « sub-cultures » participe pleinement aujourd’hui de la culture artistique mainstream, il n’en a pas toujours été ainsi. L’anthologie présentée et éditée par Valérie Mavridorakis, historienne de l’art contemporain, spécialiste de l’art américain des années 1960-1970 se concentre, au travers d’un ensemble de textes d’artistes et de critiques anglais et américains, sur l’émergence de la SF dans l’imaginaire artistique.

    Son point de départ se situe à Londres, dans les années 1950, avec les recherches de l’Independent Group (Alloway, Banham, Hamilton, Paolozzi). Les instigateurs / initiateurs britanniques du pop art puisent dans les ressources de la SF pour esquisser d’ambiguës projections futuristes, à la fois enthousiastes et inquiètes. L’écrivain J. G. Ballard les observe et les accompagne dans leurs expérimentations.

    Près d’une décennie plus tard, alors que la notoriété des romans et des nouvelles de Ballard a franchi l’Atlantique, certains artistes américains (Hutchinson, Smithson) utilisent à leur tour la SF comme réservoir d’images et de notions, qui non seulement influenceront leurs recherches visuelles, mais renouvelleront leurs outils critiques. Ainsi, se dessineà travers ce champ référentiel à la fois populaire et sophistiqué une histoire parallèle au récit moderniste, autant que dissidente.

    Une histoire qui nous informe non seulement de l’importance des cultures alternatives dans la pensée artistique de cette période, mais aussi, plus largement, de la relation critique, sinon politique, qu’entretiennent ces artistes avec un futur désormais postmoderne.

    Conférence : jeudi 16 février 2012 à 20h précise, gratuit.

    Les places sont limitées. Vous pouvez les réserver à : conference@vivoequidem.net

    Visuel : Couverture de Galaxy Science Fiction N°23, 1954,Emsh© DR

    Lieu : Galerie VivoEquidem, 113 rue du Cherche-Midi, 75006 Paris. Tél : 09 61 26 92 13

  • L’Institut Néerlandais à l’Action Christine

    MEET THE FOKKENS (Ouwehoeren)

    MARDI 24 JANVIER 2012 à 20h

    RÉALISATION Gariëlle Provaas et Rob Schröder

    PROJECTION EN PRÉSENCE DES SOEURS FOKKENS ET DES DEUX RÉALISATEURS

    SYNOPSIS
    Pendant 50 ans, les sœurs jumelles Louise et Martine Fokkens ont exercé le plus vieux métier du monde, en plein Quartier rouge d’Amsterdam. Malgré une existence souvent difficile et l’hostilité des gens « normaux », Louise et Martine ont gardé leur bonne humeur et leur énergie. Travaillant sans proxénète, elles ont même fondé le premier mouvement syndical de la profession à Amsterdam.

    Meet the Fokkens est un portrait émouvant de deux femmes remarquables.

    VISIONNEZ LA BANDE ANNONCE http://bit.ly/y1kSDO

    EN AVANT PROGRAMME
    Diamond Dancers, un court métrage documentaire de Quirine Racké, Helena Muskens et Nicole Beutler sur un groupe de seniors qui fait un flash-mob sur la place principale d’Amsterdam, le Dam. 2010, 8 minutes, HD, couleurs.

    INFORMATIONS PRATIQUES

    Meet the Fokkens, 2011, 71 min, HD , couleurs.
    Diamond Dancers, 2010, 8 min, HD, couleurs.
    Versions originales sous-titrées en français

    ADRESSE
    Action Christine / 4 rue Christine 75006 Paris / M° Odéon ou Saint-Michel

    TARIFS
    Plein tarif : 8 € / tarif réduit : 6 €
    Carte Fidélité Action : 45 € les 10 entrées (valable 1 an)
    Carte Ciné Passion pour les -26 ans : entrée 3 € (carte 2 €)

    En collaboration avec Eye International, Key Films et Submarine.

    http://www.institutneerlandais.fr/

  • Vous souhaitez vous améliorer en langues tout en faisant de nouvelles rencontres internationales dans une ambiance conviviale ?

    PolyglotClub.com, la communauté officielle, vous invite tous les SAMEDIS à sa grande soirée internationale.

    Soirée Polyglot Club EVERY SATURDAY

    Une moyenne de 200 participants

    Entrée tarif réduit 8€ (boisson incluse) si vous arrivez avant 23h00. 5€ si vous êtes membre VIP.

    - De 20h30 à 23h30 : Pratiquez toutes les langues avec des participants du monde entier !

    Nous vous remettrons un badge indiquant votre prénom et les langues que vous souhaitez pratiquer.

    - De 23h30 à 6h : Dansez jusqu’au bout de la nuit ! (Disco, Soul, R’n’B, Funk, House)

    QUAND ?
    Tous les SAMEDIS de 20h à 6h du matin

    OU ?
    WAGG Club 62 RUE MAZARINE - PARIS VI - Métro ODEON
    NOUVEAU LIEU situé dans le plus beau quartier de Paris à St Germain des Prés, avec un bar & piste de danse (capacité 400 personnes).

    Plus d’information :
    http://PolyglotClub.com/france/ile-de-france/paris/event/1476

    In English —

    PolyglotClub.com the official community is proud to invite you to its :

    Every Saturday POLYGLOT PARTY, an average of 200 participants every Saturday

    Special price 8€ if you arrive before 11:00 PM
    5 € if you are VIP member.

    - 8:30PM - 11:30PM : Practice languages with participants from all over the World !
    - 11:30PM - 6AM : Dance the night awaaaaaaay !! (Disco, Soul, R’n’B, Funk, House)

    NEW PLACE near ST GERMAIN DES PRES, nicest area in Paris, with a bar and a dance floor (with a 400 people capacity).
    As you enter the club, we will issue name tags displaying your name and the languages you wish to practice.

    PolyglotClub.com encourages you to avoid speaking your native language
    with another member if you share the same mother tongue. Example : Frenchmen should avoid speaking French together.

    WHEN ?
    EVERY SATURDAY from 8pm to 6am
    WHERE ?
    WAGG Club 62 RUE MAZARINE - PARIS VI - Métro ODEON

  • Du 13 janvier au 03 mars 2012 la galerie "VivoEquidem" présente l’exposition "BeTween Time & Time" de Benyounès Semtati.

    Six ans après Africa Remix et une longue itinérance géographique et mentale, l’artiste expose sa froide et lumineuse vision du monde à la galerie y compris trente peintures et dessins, dont plusieurs polyptyques, réalisés sur carton.
    Ses œuvres, peintures et dessins, ont ainsi successivement montré des individus sans espace, des mondes saturés et des lieux impossibles où l’homme devenait étrange pour ne pas être étranger. Six ans plus tard, l’artiste évoque un monde en équilibre, en suspension, dans une attente sans satisfaction, mais aussi sans souffrance. La poésie froide, étonnement apaisant, qui émane de ses dernières œuvres provient de cette abolition du temps que l’artiste revendique : Mon travail se situe entre la naissance et la mort. Ce qu’il y a entre les deux ce n’est pas le Temps, c’est un état de choses.[…]« être », c’est être entre un temps et un autre temps, Between Time and Time…
    Le monde que Benyounès Semtati présente dans ses peintures et dessins lors de l’exposition BeTween Time and Time n’a rien d’un décor en carton-pâte. C’est celui qu’il explore consciencieusement et poétiquement depuis en fait bien longtemps. Sans être un sage, un nihiliste ou un matérialiste, il chemine sur une voie lumineuse et calme dont ses œuvres constituent le pavage.

    VERNISSAGE : jeudi 12 janvier 2012 à 19h30. Entrée libre.

    Visuel : "Objet", gouache sur papier et collage sur carton, 78 x 65,5 cm, 2011 ©Semtati/Vivoequidem

  • Portes Ouvertes
    des Ateliers d’Artistes du 6e
    vendredi 2 décembre,
    samedi 3 décembre,
    dimanche 4 décembre 2011

    Peintres, sculpteurs, graveurs, céramistes et photographes… et leurs invités, poètes, musiciens, installateurs, vous accueillent dans les lieux emblématiques de la création, de Saint-Germain-des-Prés au jardin du Luxembourg, de Montparnasse au quartier Latin à Paris.

    Le temps d’un week-end, découvrez l’univers de création et de vie des artistes.
    Techniques, matériaux, outils, autant d’occasions de comprendre ses coups de cœur pour une œuvre, un artiste, son univers… grâce à une rencontre, un échange, une découverte intimiste avec un quartier.

    Bernard BASSAC, Jacques BORKER,
    Marie-Jo BOURRON, Ariane de BRIEY,
    Louisa BURNETT-HALL, Brigitte CAIRE,
    Sophie CAVALIE, Delphine CHARLOTTE, Yannick CHARON,
    Eliane CHORAND, Renaud CONTET, Marie COUVIGNOU,
    Béata CZAPSKA, Zornitza DEBREGAS-KONSTANTINOVA,
    Marie DELOUME, DOV, Hélène DUPLANTIER, Albert DuPONT,
    Odile de FRAYSSINET, Roy FORGET, Caline de GASQUET,
    Olivia de GASQUET, Marie-Laure GERARD-BECUWE,
    Claudine GINSBOURGER, Marielle GUEGAN,
    Véronique de GUITARRE, Stéphane KILAR, Katia LAURANTI,
    Nathalie LEMAITRE, Nadine LE PRINCE, Josy LOUME,
    Ariane MERCIER, NAMASTE, Catherine PERROT,
    Christine PICTET, Florence de PONTHAUD-NEYRAT, Sonia RAMEAU,
    Laurence REYNAUD-LACROZE, Jill ROLAND-GOSSELIN,
    Frances RYAN, Jean-Damien THIOLLIER, Hélène TOULOUSE,
    Laurence TOUSSAINT, Véronique TREMEL, V.V.

    Organisé depuis 1993 par « Le 6e, Ateliers d’Artistes », l’art contemporain dans toute sa diversité rencontre son public.
    45 artistes vous accueillent
    vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 décembre 2011
    de 14h00 à 20h00 - lundi sur RDV
    Entrée libre et gratuite

    Point d’information et exposition d’artistes
    Nouvelles Rives Gauche : 8 rue des Canettes 75006 PARIS ouvert les 2, 3 et 4 décembre 2011 de 14h à 18h00

    Programme complet des Portes Ouvertes 2011
    communiqué de presse, dépliant et affiche sont téléchargeables
    sur le site http://www.lesixaa.org

    CONTACTS - Sylvie BETTINGER - Tél. : +33 (0)6 30 45 05 94 - Email : bettingerconseil@gmail.com
    Le 6e, ATELIERS D’ARTISTES – Tél. : +33 (0)1 45 48 02 29

  • Du 22 novembre au 07 janvier 2012 la galerie "VivoEquidem" présente l’exposition "Je ne suis plus une petite fille" de Julie Perin.

    Perturbée par la perte journalière de sa matière organique, peau, poils, sang, Julie Perin tente de reconstituer organiquement le temps écoulé qui s’est matérialisé par les matières usées de son corps.

    Durant cette exposition, la jeune artiste-plasticienne nous fera visiter sa chambre d’enfant, véritable cyclotron où entrent en collision les particules élémentaires de sa vie psychique et organique d’enfant et d’adulte.

    VERNISSAGE : jeudi 24 novembre 2011 à 19h30, entrée libre

    Contact : Galerie VivoEquidem, 113 rue du Cherche-Midi, 75006 Paris
    Tél : 09 61 26 92 13, mail : galerie@vivoequidem.net

  • Du 25 au 27 novembre 2011 à la Maison des Cultures du Monde
    101 bld Raspail 75006 Paris

    Né à Séville il y a onze ans, le festival Larachí Flamenca est un hommage passionné rendu par les meilleurs danseurs, chanteurs et musiciens de la jeune génération au flamenco « immortel ».
    Porté par un florilège d’artistes lauréats des plus prestigieux concours, Larachí Flamenca se veut aussi une fenêtre ouverte sur l’avenir, l’exploration de voies nouvelles dans le respect de la tradition.
    La grande qualité de sa programmation et cette volonté farouche de porter haut les couleurs du « flamenco puro » ont incité la Maison des Cultures du Monde à accueillir de nouveau ce très beau festival, du 25 au 27 novembre prochains.

    Trois soirées, trois programmes :

    VENDREDI 25 NOVEMBRE À 20H30
    Guadalupe Torres (danse)
    Juan Rosé Amador (guitare)
    Juan Jiménez (guitare et percussions)
    Kike Terrón (percussions)

    SAMEDI 26 NOVEMBRE À 20H30
    Alicia Márquez & Nano (danse)
    Picuó (chant)
    Jesús Torres (guitare)

    DIMANCHE 27 NOVEMBRE À 18H00
    Lidón Patiño (danse)
    Angelica Leyva (chant)
    Carlos Orgaz (guitare et percussions)

    TARIFS
    21€ tarif plein
    15€ groupes, adhérents « Flamenco en France » et « Flamenco-culture »,
    11€ tarif réduit (demandeurs d’emploi et moins de 26 ans)
    Pass trois soirées 45€

  • Dans le cadre des "Rendez-vous Conférences", la galerie VivoEquidem reçoit le mardi 15 novembre Fabrice Flahutez à l’occasion de la sortie de son ouvrage aux Presses du Réel, Le Lettrisme était une avant-garde 1945-1953.

    Le Lettrisme est un mouvement artistique qui naît en 1945 sous l’impulsion de deux artistes théoriciens Isidore Isou et de Gabriel Pomerand. Il s’agit d’une avant-garde historique ayant pour ambition de dépasser le surréalisme. En effet, il était important en 1945 de proposer à Paris une avant-garde qui puisse à la fois fédérer les artistes et formuler une conception du monde. Le surréalisme avait été dans l’entre-deux-guerres une avant-garde totalisante, sa relative mise à l’écart après 1945 pouvait laisser surgir d’autres groupes comme le lettrisme. Le lettrisme reprend donc, dans le sillage du surréalisme, une certaine conception du monde et des arts avec pour souhait de continuer les recherches tant sur le plan philosophique qu’esthétique.

    Le Lettrisme en 2011 est toujours d’actualité avec les interventions de Maurice Lemaître et de nouveaux acteurs : le performeur Fredéric Aquaviva, et le peintre Roland Sabatier. On compte de nombreuses publications qui s’attachent à décloisonner les arts et revendiquer une posture politique mettant en cause les académismes et les institutions culturelles.

    Au-delà du cinéma, le Lettrisme ne reconnaît pas l’artificielle séparation entre abstraction et figuration. Ils n’auront ainsi de cesse de réécrire une histoire de la pensée et de l’histoire de l’art en particulier, selon des voies qui sont encore à investiguer. Le lettrisme est un chaînon manquant dans l’histoire des mouvements artistiques (dada-surréalisme- Internationale Situationniste) et son histoire devait être écrite pour qu’on puisse un peu mieux cerner les pratiques performatives des années 1960 et les tentatives de poésie concrète. Par ailleurs, bien que le Lettrisme soit à l’origine de l’Internationale Situationniste, il s’en distingue radicalement par ses choix et par ses œuvres. En 2011, le Lettrisme laisse de nombreuses œuvres ayant une résonance avec les pratiques les plus contemporaines.

    Conférence : mardi 15 novembre à 20h précise, gratuit.

    Les places sont limitées. Vous pouvez les réserver à : conference@vivoequidem.net

    Adresse : Galerie VivoEquidem, 113 rue du Cherche-Midi, 75006 Paris
    Tél : 09 61 26 92 13

  • Il fut une époque où les grands photographes humanistes ont immortalisé la vie dans la plus belle ville du monde. Aujourd’hui c’est au tour de Alban Jupolli, dans la lignée de Robert Doisneau, Henri-Cartier Bresson, en noir et blanc et en argentique, qui capte des moments de la rue dans une intemporelle éternité.

    D’origine kosovare, arrivé en France à l’âge de 19 ans, Alban Jupolli commence sa carrière en arpentant nuit et jour les rues de Paris son appareil à la main. Ses photos ont le charme du pris-sur-le-vif avec une élégance toute particulière. Porté par un vent jeune joueur rétro nostalgique, ses photos sont une ode à l’éternel chic parisien.

    Au mois de novembre, vous pourrez découvrir deux expositions d’Alban Jupolli, qui présente sa vision de Paris en noir et blanc plein de charme, pour un voyage inspiré et inspirant dans un autre Paris.

    "PARIS EN PHOTO"

    1. Exposition "PARIS A SAINT-GERMAIN DES PRES"
    FESTIVAL PHOTO SAINT-GERMAIN DES PRES
    GALERIE L’AMOUR DE L’ART 67 rue de Seine 75006 PARIS 3-30 novembre 2011

    2. Exposition "PARIS AU GRAND-PALAIS"
    PARIS PHOTO GRAND PALAIS
    Avenue Winston-Churchill 75008 Paris 10-13 novembre 2011

  • Il fut une époque où les grands photographes humanistes ont immortalisé la vie dans la plus belle ville du monde. Aujourd’hui c’est au tour de Alban Jupolli, dans la lignée de Robert Doisneau, Henri-Cartier Bresson, en noir et blanc et en argentique, qui capte des moments de la rue dans une intemporelle éternité.

    D’origine kosovare, arrivé en France à l’âge de 19 ans, Alban Jupolli commence sa carrière en arpentant nuit et jour les rues de Paris son appareil à la main. Ses photos ont le charme du pris-sur-le-vif avec une élégance toute particulière. Porté par un vent jeune joueur rétro nostalgique, ses photos sont une ode à l’éternel chic parisien.

    Au mois de novembre, vous pourrez découvrir deux expositions d’Alban Jupolli, qui présente sa vision de Paris en noir et blanc plein de charme, pour un voyage inspiré et inspirant dans un autre Paris.

  • L’exposition d’automne à la galerie VivoEquidem présentera les images d’Yves Buraud dont les œuvres ont pour principal sujet l’espace. L’espace de la ville, bien sûr, mais aussi l’espace politique, social, architectural et fictionnel.

    Au confluent de l’affiche, de la photographie et de l’infographie, les œuvres d’Yves Buraud sont d’essence urbaine et constituent des dispositifs géo-artistiques.

    Imprimées en usine par jet d’encre sur métal, ses productions sont toutes d’un format homothétique des affiches publicitaires (4 x 3 m). Les éléments qui participent à l’image appartiennent à l’imaginaire urbain et à l’abstraction artistique réintégrée dans la ville depuis le XXe. Siècle. L’œil, ainsi aidé par des stimuli visuels fonctionnant comme des jalons, va directement au propos grâce à un moindre effort sémantique.

    En 1955, Guy Debord décrit la psychogéographie comme l’étude des lois exactes, et des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif des individus. Il s’agissait pour les situationnistes d’élaborer un outil politique pour en finir plus ou moins avec le malheur historique. Sans renier tout à fait cette approche, Yves Buraud dépasse l’objectif en y intégrant une dimension esthétique et en supprimant tous les affects que la condition humaine en zone urbaine peut véhiculer. Il n’est pas question pour lui de dénoncer ou de témoigner. Il se voit plutôt comme un cartographe pour qui il s’agit d’inscrire sur une surface plane ce que l’on voit du monde. "L’immédiat" ne l’intéresse pas, seules, les "histoires longues" l’inspirent.

    VERNISSAGE : jeudi 6 octobre 2011 à 19h30

    Contact : Galerie VivoEquidem
    113 Rue du Cherche-Midi
    75006 Paris
    Tél : 09 61 26 92 13

  • La galerie VivoEquidem présente du 15 septembre au 01 octobre la deuxième partie de l’exposition de Catherine RAYNAL "Transmission".

    Après la première partie "CORPS À CORPS" où l’artiste soulignait l’ambivalence de la condition humaine en considérant sa condition corporelle, Raynal exprime cette fois les enjeux de la transmission sous la forme de bouches muettes, d’une triple bande-son et d’une installation de livres brûlés sur des stèles.

    L’ensemble permet une expérimentation en déphasage de stimuli conventionnellement attribués à des perceptions précises : la bouche avec la mise en forme de la voix, le son environnant l’individu d’une ambiance à laquelle il ne peut échapper et le livre brûlé, transformé finalement en objet impossible à manipuler.

    Vernissage : jeudi 15 septembre 2011 à 19h30

  • Comme le ying et le yang, l’Ancien Art Sacré trouve sa complémentarité dans l’Art Contemporain. Une exposition où les peintures de Volkmar Ernst, de Véronique Fortunade-Riboulot et des peintres Aborigènes dialoguent avec des antiquités sacrées bouddhistes et hindouistes.

    Véronique Fortunade-Riboulot expérimente avec le trait de pinceau emprunté à la calligraphie chinoise. Ses peintures s’ouvrent comme des portes vers les paysages sublimes, transportent le spectateur vers le monde du Tao ; ses délicats traits de pinceau dessinent un équilibre fragile entre le masculin et le féminin, entre le ciel et la terre.

    Les peintures de Volkmar Ernst sont d’une facture plus épaisse, des couches se superposent, les matières premières comme la poudre de marbre se mélangent à la peinture à l’huile. A travers les mosaïques de couleurs il crée des tableaux qui s’imposent dans l’espace par ses vibrations colorées. Tantôt dans les tons vifs, tantôt sombres, la poésie de ses tableaux est nourrie d’impressions variées qui viennent aussi bien des écrits de St Jean de la Croix que de la musique de Jazz.

    Les œuvres de ses deux artistes côtoieront des peintures Aborigènes d’Australie et des tangkas contemporains Newars, ces derniers choisis par le plus grand expert dans ce domaine, Robert Beer. Toutes ces peintures accompagneront une exposition d’antiquités Asiatiques.

    Conçue comme un véritable parcours au sein de la galerie, ces œuvres sacrées, en provenance entre autre de l’Inde, Himalaya, Birmanie et de la Thaïlande seront choisies pour entrer en résonance avec les peintures contemporaines.

    Au-delà d’une simple exposition, une expérience de la beauté vous attend.

    14 – 24 septembre 2011

    Suvita Art &Antiques à la galerie Etienne de Causans

    25 rue de Seine, 75006 Paris

    Entrée libre, ouvert tlj 11h-19h et sur rdv

    www.suvita-art.com / info@ suvita-art.com

  • Récemment nominée aux Molières 2011, La compagnie RL présente sa nouvelle création

    RETOUR À ITHAQUE
    d’après L’Odyssée d’Homère
    traduction Victor Bérard
    adaptation René Loyon et Laurence Campet

    mise en scène de René Loyon
    avec Fatima Aibout, Kevin Duplenne, Julien Müller
    Compagnie RL conventionnée par le Ministère de la Culture (DRAC Ile-de-France) et par la Région Ile-de-France

    De retour à Ithaque, Ulysse se travestie en mendiant pour ne pas être reconnu et récupérer ainsi son pouvoir, ses biens, ses territoires et chasser "les prétendants" de sa femme, Pénélope, qui ont eu l’audace de croire en sa mort...c’est avec l’aide de son fils Télémaque, qu’Ulysse se rend au manoir royal...

    Avec cette adaptation théâtrale, le spectateur retrouve un roman d’aventures palpitant, ainsi que le plaisir de la langue d’Homère, sa vivacité, ses images superbes, son ironie qui offrent une incitation singulière à réfléchir au fonctionnement de nos sociétés, au rapport entre les hommes et les femmes, à la façon d’exercer le pouvoir, au fondement de la violence.

    Oscillant entre récit et jeu, 3 comédiens jouent une multitude de personnages donnant énergie et corps à ce poème homérique pour un moment fort de théâtre.

    DU 31 AOUT AU 5 NOVEMBRE 2011
    du mardi au samedi à 18h30
    au théâtre du Lucernaire
    53 Rue Notre Dame des Champs
    75006 Paris
    réservation 01 45 44 57 34

  • Une promenade originale sur les lieux fréquentés par Picasso et ses amis.
    Dans les pas de Picasso, qui aurait eu 130 ans cette année, nous revivrons le cubisme, mais également ses amitiés et ses amours, du boulevard Montparnasse à la rue Campagne première. Picasso, souvent présenté comme un monstre sacré, était aussi un homme qui a souffert et qui a aimé.
    Rendez-vous à l’angle du boulevard Montparnasse et de l’avenue de l’Observatoire (RER Port-Royal), au pied de la statue du Maréchal Ney (75006), à 15h.
    Tarif : 10 euros.
    www.secrets-de-paris.fr

  • Vous avez un reflex et vous voulez l’utiliser autrement qu’en mode automatique ?
    Vous cherchez des cours de photo rapides, ludiques et efficaces ?

    Je veux être photographe ! est un concept de cours de photo sur Paris qui permet aux amateurs d’apprendre, de manière rapide et ludique, des techniques simples avec des photographes renommés travaillant pour Vogue, Paris Match, Madame Figaro, Géo, l’Opéra de Paris…

    En 4h, apprenez la photographie numérique à l’aide de photographes renommés. Nous proposons des cours pour tous les niveaux : que vous soyez débutant, intermédiaire ou avancé, l’important est d’être passionné de photo !

    Pour plus d’informations, http://www.jeveuxetrephotographe.com

  • Samedi 28 mai 2011 : Saint-Germain des prés, une histoire exceptionnelle du XVIIe siècle à nos jours.

    Depuis le moyen âge, Saint-Germain des prés est l’un des hauts lieux de l’art et de la culture.
    Nous évoquerons, lors de cette promenade, aussi bien Honoré de Balzac que Boris Vian, aussi bien Eugène Delacroix que Jacques Prévert.

    Rendez-vous devant la librairie L’Ecume des pages (174, bd Saint-Germain, M° Saint-Germain des prés 75006), à 15h.
    Tarif : 10 euros.

    Par Secrets de Paris
    www.secrets-de-paris.fr

  • Une promenade originale sur les lieux fréquentés par Picasso et ses amis.
    Dans les pas de Picasso, nous revivrons le cubisme, mais également ses amitiés et ses amours, du boulevard Montparnasse à la rue Campagne première. Picasso, souvent présenté comme un monstre sacré, était aussi un homme qui a souffert et qui a aimé.

    Rendez-vous à l’angle du boulevard Montparnasse et de l’avenue de l’Observatoire (RER Port-Royal), au pied de la statue du Maréchal Ney (75006), à 15h.
    Tarif : 10 euros.

    Organisé par Secrets de Paris
    www.secrets-de-paris.fr

  • COMEDIA 18, de Championnet Loisirs, propose ce spectacle dans le cadre des Rencontres des Bonimenteurs du Théo Théâtre :
    MERCREDI 11 MAI et JEUDI 12 MAI à 21h30
    VENDREDI 13, SAMEDI 14 et DIMANCHE 15 MAI à 19h30.

    Ca papote, ça papote chez les insectes ! Même les légumes ramènent leur fraise.
    Ca bruisse, ça craque, ça râle, ça aime, ça rit ! Ca vit quoi !
    Attention où vous mettez les pieds !

    Spectacle tout public à partir de 8 ans.
    D’après les Fantaisies microcosmiques et potagères.
    Durée : 1h00.

    Lieu : Théo Théâtre : 20, impasse Théodore Deck - 75015 Paris
    RESERVATION : 01 45 54 00 16 - sur place
    ou Billet Réduc et Go-Théâtre.

  • Du 26 avril au 18 juin 2011,la galerie VivoEquidem présente la première partie de l’exposition CORPS À CORPS, installation et ex-voto de Catherine RAYNAL. Vernissage le jeudi 5 mai, 19h30. Entrée libre.

    Sans visage, sans membres supérieurs ni pieds, les corps asexués de Catherine Raynal ne sont plus que des formes ancestrales sur lesquelles les normes sociales n’ont aucune prise. En abolissant ainsi le moderne « usage de soi », l’artiste affirme que le corps reste le siège d’une expérience collective, quels que soient l’époque et le lieu. Premier facteur d’individualisation, le corps est la borne frontière marquant la différence d’un individu à l’autre. Sa condition organique porte également toute l’ambivalence de la condition humaine : dignité/bestialité ; noblesse/honte ; pouvoir/fragilité.

    Les ex-voto agissent également dans ce sens. La formule ex-voto suscepto, littéralement suivant le voeu fait, résonne de la même façon et sans considération temporelle ou spatiale pour justifier la reconnaissance aux dieux, la recherche d’ADN dans le cadre de la justice, l’amputation d’une phalange des yakuza ou l’empreinte des mains sur les parois de Lascaux.

    Galerie VivoEquidem - 113, rue du Cherche-Midi - 75006 Paris - Tél. : 09 61 26 92 13 - M° Duroc - contact@vivoequidem.net

  • Depuis le moyen âge, Saint-Germain des prés est l’un des hauts lieux de l’art et de la culture.
    Nous évoquerons, lors de cette promenade, aussi bien Honoré de Balzac que Boris Vian, aussi bien Eugène Delacroix que Jacques Prévert.

    Dimanche 17 avril 2011 à 15h.
    Rendez-vous devant la librairie L’Ecume des pages (174, bd Saint-Germain, M° Saint-Germain des prés 75006).
    Tarif : 10 euros.
    Accessible aux poussettes et aux personnes à mobilité réduite.

    Organisé par Secrets de Paris www.secrets-de-paris.fr

  • La galerie VivoEquidem présente du 22 mars au 23 avril 2011 une exposition de dessins de Michèle Iznardo. Michèle Iznardo compose des paysages qui n’en sont pas visuellement. Aux lignes descriptives, elle préfère recourir à des formes simples, enchevêtrées qui donnent naissance à des espaces perçus, vécus. Des paysages déstructurés qui abolissent les distances, se jouent de l’horizon, et où l’immensité et l’intime cohabitent.
    Sur cette réflexion, l’artiste décline plusieurs propositions : des dessins au fusain, un ensemble de formats ronds (Tondo), une série sur le thème de la chute d’Icare.
    Michèle Iznardo vit et travaille à Boulogne-Billancourt. Son art est avant tout une représentation mentale du paysage à la fois inspirée et détachée de la réalité.

    Vernissage le mardi 5 avril, 19h30-22h30. Entrée libre

    Galerie VIVOEQUIDEM- 113, rue du Cherche-Midi - 75006 Paris - M° Duroc
    Tél. : 09 61 26 92 13 - www.vivoequidem.net- Mardi - vendredi : 11h30-19h30, samedi : 14h30-19h30, et sur R.V

  • Du 31 Mars au 20 Avril 2011

    Exposition

    Evelyne GALINSKI (sculptures)

    « ...A l’heure des bouleversements mondiaux écologiques,
    sociaux et politiques, l’œuvre d’Evelyne Galinski nous rappelle
    que tout changement vers un nouvel état, qu’il soit intime ou public,
    passe par la déprise et la nudité de l’esprit. »
    Francine Caspar

    vernissage de l’exposition : jeudi 31 Mars de 18h à 21h

    Galerie CLAUDINE LEGRAND
    49, Rue de Seine – 75006 Paris

    Du mardi au vendredi de 14h à 19h
    Samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h

    Tél – Fax 01 43 25 96 60
    gal.clegrand@wanadoo.fr

  • Entre 1952 et 1978, Guy Debord réalise six œuvres cinématographiques. En 1994, peu avant sa mort, il y ajoute un film de télévision. Dans sa critique de la société du spectacle, qui réduit la vie à une représentation, Guy Debord fait pleinement usage de l’image. Avec la pratique du détournement, le cinéaste révolutionnaire remet en cause le conditionnement social propre au capitalisme.

    Le mercredi 30 mars, à l’occasion de la publication de son livre, Fabien Danesi évoquera avec Fabrice Flahutez l’importance de cette œuvre cinématographique au regard de la société actuelle et de l’art contemporain.

    Conférence-conversation sur le cinéma de Guy Debord avec Fabien Danesi et Fabrice Flahutez à la galerie VivoEquidem le mercredi 30 mars 2011 à 20 h. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

  • Alban Jupolli vous invite à venir découvrir "Paris Aujourd’hui", une exposition de photographies en noir et blanc qui se tiendra à L’Hôtel Le Lutétia du 1er février au 31 mars 2011

    Exposition "Paris Aujourd’hui"
    Hôtel Le Lutétia
    45 bd Raspail
    75006

  • Entrepreneurs, chefs d’entreprises : vous pouvez investir sur votre propre bien être afin d’aborder plus sereinement et avec plus de force votre vie professionnelle et personnelle.
    De même, vous pouvez investir dans le bien-être de vos collaborateurs(trices) pour augmenter le potentiel de votre entreprise en leur apportant sérénité, sommeil réparateur, énergie et concentration dans leur travail et dans vie quotidienne.
    Une détente, une action anti-stress le temps d’une pause en entreprise permet de retrouver calme et vitalité .
    Je me déplace avec une table de massage. Une séance, peut varier entre 45 mn et 1h.
    Accédez au Bien-être et à la relaxation
    Expérimentez la détente totale
    Je propose des séances de REIKI en entreprise et aux particuliers à Paris et en banlieue.
    Rafael VALDERRAMA - Praticien Reiki - Siret 519 368 773 000 15
    Consultations sur rendez-vous seulement Tél. 06 63 28 99 26

  • La galerie VivoEquidem présente du 4 février au 10 mars 2011 les peintures – objets de Yannis MARKANTONAKIS. Pour ses œuvres, l’artiste a utilisé des éléments récupérés qu’il a assemblés et peints sans toutefois faire disparaître leurs qualités premières. Ainsi, le morceau de bois sera toujours perçu comme tel. L’agrafe sera visible, la coulure ou la tache resteront ce qu’elles sont sans être investies d’une intention ou d’une absence d’intention particulière. Yannis MARKANTONAKIS ne cherche ni à dissimuler ni à montrer particulièrement ces éléments. Ils participent à un assemblage qui, au bout du compte, constitue une œuvre d’art, une mise en œuvre de la vérité si on en croit Heidegger.

    Les peintures de Yannis ne montrent pas, elles installent, elles établissent une proposition visuelle comme un acte de « consécration ».

    « Quand j’étais enfant, pour voir des peintures, il fallait s’habiller correctement pour aller à l’église, c’était tout un cérémonial, se rassembler... et quand on arrivait, il faisait sombre, il y avait l’odeur de l’encens, celui du bois qui avait été frotté par mille personnes, celui des chandelles. On ne voyait pas les icônes tellement il y avait de choses partout. C’était une saturation d’objets.
 Ma peinture c’est pareil, c’est une affaire de bricolage d’objets. Ceux qui peignaient les icônes, c’étaient des autodidactes. Quand ils faisaient une Vierge ou n’importe quoi d’autre, à un moment donné, la peinture était terminée, mais pourquoi ? On n’a pas de réponse ! C’est comme ça, pas de réponse ! Je peins, je bricole, mais je n’ai pas de réponse. Et puis moi je ne suis pas un virtuose. Je ne peux rien cacher avec la pauvreté de mes traits. Mon don, c’est ce manque de virtuosité... ».

    Informations pratiques

    « L’œuvre à l’œuvre »
    Peintures – objets de Yannis MARKANTONAKIS
    A la galerie VivoEquidem
    Du 4 février au 10 mars 2011
    Vernissage le jeudi 3 février à partir de 19h30 (entrée libre)

    Galerie VivoEquidem
    113, rue du Cherche-Midi
    75006 Paris - M° Duroc, Montparnasse
    Tél. : 09 61 26 92 13
    www.vivoequidem.net
    contact@vivoequidem.net
    Mardi au samedi de 11h30 à 19h30 et sur R.V.