eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements au Musée du Quai Branly > DERNIERS JOURS. Secrets, frivolités, séductions et trophées, Branly coupe les (...)

DERNIERS JOURS. Secrets, frivolités, séductions et trophées, Branly coupe les cheveux en 4

Dernière mise à jour : samedi 15 décembre 2018, par Expositions

Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013, le Quai Branly se risque à nouveau, comme ce musée le fit avec succès avec « Les Maîtres du désordre », à présenter une exposition qui devrait surprendre le visiteur par sa forme très métissée et originale…

Pour quelles raisons nous coiffons-nous ? Pourquoi accorder tant de soin à sa chevelure ? Qui cherchons-nous à séduire ? À tromper ? Les autres ? Nous-mêmes ? Pourquoi tenter de répondre à de telles questions quitte à couper les cheveux en quatre ? Si le cheveu, poil parmi les poils, touche à nos intimités les plus secrètes, les plus obscures, animalité et sexualité, il participe pourtant « au premier chef » à notre mise en scène sociale, à notre représentation.

Yves Le Fur, commissaire de cette exposition, a remarqué que ce thème omniprésent traversait allégrement la quasi-totalité des cultures. Il a interrogé et cherché, au croisement de l’anthropologie, de l’histoire, des modes et des arts, à explorer ce spectre large qui relie, d’un fin cheveu, frivolité et gravité des hommes, vie, désir et rites funéraires, avec leurs variantes et leurs points communs, d’une civilisation à l’autre.

Choisira-t-on de contraindre les cheveux à se conformer « aux prescriptions d’ordre social, politique, religieux ? Afficheront-ils tout au contraire une opposition ? »

Pour Yves Le Fur « les cheveux longs disent à la fois le sauvage, l’artiste, le clochard, le roi franc ou l’ermite. Le renoncement peut se manifester par la tonsure ou par le fait de se laisser pousser les cheveux. Le crâne rasé peut dire le moine, le bonze ou le skinhead. Sans être un langage, le cheveu a une plasticité de sens, signifiants multiformes en perpétuel mouvance de signifiés. »

De nous, la chevelure serait peut-être aussi « la variable la plus facilement ajustable », la part de nous-même apparemment la plus labile. On pourrait même parfois toucher au genre et à de nombreuses autres frontières...

Alors le chalut des recherches ne peut que remonter une « profusion infinie », dont l’exposition tentera d’être le ou les reflets, de cette protection naturelle qui se charge de tant d’imaginaires, de sens nichés dans chaque civilisation, de vitalité, d’énergie et de courage. Quel parcours, de Samson à Dalila, et jusqu’à Absalon !

Et cette croissance qui se poursuit un peu au-delà de la mort… Ce rôle dans les rituels, le lien aux morts, et dans le souvenir.

Crâne surmodelé ©musée du quai Branly

Fausses coiffures, vraies perruques ? Et la séduction ? Et les frivolités ? En parlerons-nous jamais assez !

Et ces usages que les sorciers firent et font des cheveux ? La multiplicité des parures, des couleurs, des trophées (scalps indiens et têtes réduites des Jivaros) et des arrangements ?

Les reliques et les bijoux ?

Ce lieu de nous qui peut parfois s’honorer de porter couronne ou subir au contraire les pires humiliations de la tonsure publique de Jeanne d’Arc ou de certaines femmes en France à la Libération (Chartres, 18 août 1944, femme tondue pour avoir eu un enfant avec un allemand Photographie de Robert Capa) et dans bien d’autres pays…

Un petit film reconstitué par Jean-Gabriel Périot à partir d’images d’archives, d’une durée de 4mn, est tout simplement insupportable à regarder. Quelques femmes françaises ayant "fricoté" avec des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, tondues et humiliées, sont exposées, souffletées, et encore, et encore, quand la peur a changé de camp...

D’où le cheveu tient-il ces images de pouvoir ? D’élément si persuasif d’un statut, d’un droit, d’un mérite, d’une volonté de mérite reconnu ?

Un sujet très ambitieux. Une exposition attendue.

Évidemment, vous trouverez bien encore quelques gourmandises. Comme cet alignement de 7 Tsantras, ces têtes réduites de tribus jivaros, dont les Shuar d’Équateur (XXe siècle, c’est pas si loin...). Comment les préparer ? Inciser du point d’épis jusqu’à la nuque, puis une décoction fera durcir et réduire la peau jusqu’à atteindre le volume du poing.

Ou ce joli scalp de Tanzanie, carrément fin XXe, c’était hier, et dont il est dit qu’il "pourrait être celui d’un Européen".

Ou encore ces têtes trophées de tribus Mandaruku (Brésil, XIXe siècle) prises aux ennemis ou aux compagnons morts au combat, et qui donnaient droit à percevoir une pension durant 4 années.

Ne boudons pas notre plaisir à contempler encore quelques momies, d’Égypte ou du Pérou, et les splendides coiffes incluant souvent de la plumasserie, comme ce splendide devantier d’Équateur, ou la coiffe couvre nuque Myhara du Mato Grosso (Brésil), éclatante de plumes d’aras rouge, bleu et jaune, de plumes de toucan, et de cheveux humains. On dit que là-bas les hommes se parent davantage que les femmes...

Enfin, à la réflexion, quelles valeurs d’études pourraient être révélées par nos merveilleuses actrices que l’on aime tant exposer, dotées d’incroyables chevelures ? Les Jane Fonda, Brigitte Bardot, Michèle Morgan et Gina Lolobrigida ? Une valorisation de notre civilisation par de tels trophées ? Certainement. Et l’expliquer aurait sans doute été précieux.

« Cheveux chéris, Frivolités et Trophées », Musée du Quai Branly, du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procédons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

André Balbo

sources : visite, Quai Branly, Yves Le Fur

Adresse

37 Quai Branly 75007 Paris

Horaires

- Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013

- Mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h

- Du jeudi au samedi de 11h à 21h

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.