eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Les incontournables du 8e arrondissement de Paris > La Pinacothèque de Paris > Romanov, Tsars collectionneurs

Romanov, Tsars collectionneurs

Dernière mise à jour : lundi 17 octobre 2011, par Adele

Du mercredi 26 janvier 2011 au dimanche 29 mai 2011
À la Pinacothèque de Paris

La Pinacothèque de Paris présente les trésors des Romanov, un ensemble rare d’une centaine d’œuvres du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Constituées à partir de la fin du XVIIe siècle, les collections impériales russes comptent rapidement parmi les plus importantes d’Europe.

Le parcours chronologique de l’exposition commence par la présentation des œuvres réunies par Pierre le Grand (1672-1725). Grand curieux et collectionneur averti, Pierre Ier dépêche ses agents dans toute l’Europe pour rapporter peintures et sculptures à Saint-Pétersbourg. Doté d’une prédilection particulière pour l’art hollandais, Pierre Ier acquiert sur le marché de l’art d’Amsterdam des sujets bibliques, comme le magnifique David et Jonathan de Rembrandt, mais aussi des scènes de genre d’une grande qualité, tel Le Contrat de Mariage de Jan Steen, ou encore des marines. L’école italienne est présente à travers une superbe Mise au Tombeau de Garofalo, alors attribuée à Raphaël, cadeau du cardinal Pietro Ottoboni.

Souveraine éclairée imprégnée de la philosophie des Lumières, Catherine II (1729-1796) enrichit à son tour les collections et construit le premier espace dédié à leur présentation : le Petit Ermitage, édifié à côté du Palais d’Hiver de 1764 à 1775. Ce bâtiment se révèle vite insuffisant pour abriter un nombre d’œuvres en constante augmentation et le Grand ou Vieil Ermitage est construit peu après, de 1771 à 1787.

Catherine II donne à la collection un caractère encyclopédique et voit le moyen d’affirmer son prestige politique. C’est à Paris que Catherine effectue ses principales acquisitions, par l’intermédiaire de correspondants aussi prestigieux que Diderot ou le Baron Grimm. Dans la collection de Jean de Julienne, elle sélectionne entre autres La malade et le médecin de Gabriel Metsu. Mais son plus grand coup est l’achat de la collection du banquier et mécène Pierre Crozat : le Portrait d’acteur de Domenico Fetti, l’esquisse pour L’Entrée de Marie de Médicis à Lyon de Rubens, les Amours à la chasse et la Vénus, Faune et Putti de Poussin, L’incrédulité de Saint Thomas de Van Dyck ou encore le Portrait de jeune homme au chapeau de Greuze font leur entrée dans les collections impériales.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.