eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Cinéma > Sorties cinéma de la semaine > "Super 8" : graine de Spielberg

"Super 8" : graine de Spielberg

Dernière mise à jour : mercredi 11 avril 2012, par Morgan

Si ce film s’intitule Super 8 et pas L’Attaque de l’alien assoiffé de sang, c’est pour une bonne raison. Plus qu’un film de science-fiction, Super 8 est une déclaration d’amour au film de genre, l’œuvre d’un passionné légèrement nostalgique qui affirme qu’un bon film ne tient pas à son budget ou à son sujet, mais à l’investissement personnel qu’on y met.

Cela pourrait sembler paradoxal si l’on se contente de regarder en surface le parcours de son réalisateur J.J Abrams. Super 8 est le troisième film réalisé par le New-Yorkais après Mission Impossible III et Star Trek : Pas exactement des films à petit budget. Super 8 lui même a bénéficié d’un budget conséquent, 50 millions de dollars, et du patronage de Saint Steven Spielberg, co-producteur. Une simple signature destinée à entasser dans les salles obscures tous les fans du réalisateur de Jurassic Park ? Pas vraiment : la relation entre Abrams et Spielberg remonte à loin, au temps où le jeune J.J s’était fait remarquer pour ses réalisations en Super 8 lors d’un festival alors qu’il avait une quinzaine d’années. Spielberg lui avait alors confié la tâche de restaurer ses premières œuvres réalisées dans ce format mythique.

Le vernis brillant commence donc à s’écailler : derrière le film de science-fiction à grand spectacle se cache une œuvre personnelle. La passion du réalisateur pour son sujet est l’essence de ce film prenant, sincère, émouvant, et sans doute plus intéressant que tout ce qui a pu sortir de Hollywood ces dernières années.

Au cœur des années 1970, la tranquillité d’une petite ville de province américaine est soudain perturbée par un accident ferroviaire étrange, et les disparitions qui se multiplient par la suite. Alors que la ville est prise d’assaut et cloîtrée par des militaires peu conciliants, on suit le quotidien d’un groupe d’adolescents en plein tournage d’un film de zombie à l’aide d’une caméra Super 8, de beaucoup d’idées et de passion. Dans ce petit groupe il y a le réalisateur exigeant et autoritaire, le zombie en chef, l’acteur à la Bogart, la jolie actrice talentueuse (Elle Fanning) et l’assistant réalisateur, amoureux timide de cette dernière (Joel Courtney).

La principale réussite de ce film tient dans l’attention particulière que J. J Abrams a réservé à la création de ses personnages. On suit avec délectation et sans la moindre retenue les aventures de ce petit groupe d’ados attachants, entre des scènes touchantes comme la scène d’ouverture où l’on comprend que le personnage joué par Joel Courtney vient de perdre sa mère, ou celles particulièrement réussies qui montrent l’amour naissant entre ce même personnage et celui tenu par Elle Fanning, et des scènes d’action spectaculaires comme celle de l’accident de train.

Faire tourner des adolescents n’est jamais facile, et faire graviter tout un film autour d’eux encore moins. J. J Abrams, grâce à une direction d’acteurs tendre et inspirée, parvient à magnifier cette petite troupe au sein de laquelle Elle Fanning brille par son talent et sa douceur. La toute jeune actrice de 13 ans est simplement impressionnante de bout en bout. Autour de ces jeunes gens, un casting réussi de seconds rôles adultes enfonce le clou.

Il y a donc dans Super 8 un film dans le film. Sans vraiment de surprise, c’est le tournage du film des adolescents qui, peu à peu, cristallise notre intérêt. A ce propos, ne ratez surtout pas le générique de fin afin de voir le court métrage réalisé par les jeunes héros. L’histoire de l’arrivée de l’alien et ses rapports conflictuels avec l’armée passent finalement au second plan et ne semblent exister que pour donner un peu plus de souffle épique à la trame principale de l’intrigue. Quand, vers la fin du film, le réalisateur concentre sa caméra sur l’alien et ses secrets, notre attention se détache un peu : c’est du déjà-vu. Mais si la fin est un peu vite expédiée et légèrement faible en regard du reste du film, il n’en reste pas moins qu’on ressort de la salle le sourire aux lèvres, le pot de pop-corn nettoyé et une furieuse envie de dépoussiérer sa caméra Super 8.

Super 8
- Sortie le 3 août 2011
- Ecrit et réalisé par J.J Abrams
- Produit par J. J. Abrams, Steven Spielberg et Bryan Burk
- Photographie : Larry Fong
- Casting : April Webster et Alyssa Weisberg
- Décors : Martin Whist
- Costumes : Ha Nguyen
- Montage : Maryann Brandon et Mary Jo Markey
- Son : Ben Burtt
- Musique : Michael Giacchino
- Avec : Joel Courtney, Elle Fanning, Kyle Chandler, Ron Eldard, Noah Emmerich, Bruce Greenwood, David Gallagher, Riley Griffiths, Michael Hitchcock, Ryan Lee, Gabriel Basso, Zach Mills

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.