eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Cinéma > Personnalités du cinéma > Réalisateurs > Tim Burton : Le meilleur et le vampire de Hollywood

Tim Burton : Le meilleur et le vampire de Hollywood

Dernière mise à jour : mardi 21 mai 2013, par Morgan

- Né le 25 Août 1958 à Burbank, Etats-Unis

Comme en 2005, l’année 2012 sera riche en "Tim Burtonneries". Outre la belle exposition qui lui est consacrée à la Cinémathèque Française, Tim Burton sortira deux film, l’un en images réelles, Dark Shadows, et l’autre en images de synthèses, Frankenweenie.

Biographie - Filmographie

La Biographie

Adepte de films de série B tels ceux produits par la Hammer, de films de monstres comme Godzilla ou Frankenstein et des films de Roger Corman, notamment le cycle Edgar Allan Poe avec l’acteur Vincent Price, le jeune Tim Burton exprime ses talents créatifs par le dessin. Il fait la majorité de ses études au California Institute of Arts avant de débuter sa carrière, comme sa filmographie ne le montre pas, dans les studios Disney en 1979. Il travaille, ou du moins essaie de travailler, sur le projet Rox et Rouky, mais ses dessins ne correspondent pas (ah non ?) au style de la maison. Il écrit pendant ce temps un poème qui deviendra plus tard le film d’animation L’Étrange Noël de Monsieur Jack.

En 1982 il obtient une dotation pour réaliser son premier court-métrage pour les studios Disney. A partir d’un scénario dont il est l’auteur, il réalise Vincent, l’histoire d’un petit garçon de sept ans qui rêve d’être Vincent Price l’acteur de films d’épouvante. Ce film en bonne partie autobiographique est jugé trop sombre par les studios Disney qui le mettent au rebut jusqu’en 1993, date de sa sortie en accompagnement de L’Étrange Noël de Monsieur Jack. Tim Burton a de nouveau l’occasion de faire ses preuves avec un autre court-métrage, mais cette fois avec des acteurs réels. Le film intitulé Frankenwinnie (1984) connaîtra un sort similaire à Vincent.

Le premier tournant dans la carrière de Tim Burton arrive avec la réalisation de son premier long-métrage, Pee Wee’s Big Adventure (1985). Ce film est une commande de la Warner qui avait passé un contrat avec Paul Reubens, le créateur du personnage éponyme. Réalisé en un mois pour un budget plus que raisonnable, le film remporte un beau succès au box-office. Ce film marque aussi le début de sa collaboration avec le compositeur Danny Elfman (une douzaine de collaborations).

Ce premier succès lui permet déjà d’acquérir une relative indépendance et de refuser de réaliser la suite des aventures de Pee Wee. Son projet suivant est celui qui l’asseoit définitivement comme un des réalisateurs les plus doués et originaux de sa génération. Il s’agit de Beetlejuice, tourné en 1988 et pour lequel il obtient l’Oscar 1989 du meilleur maquillage. Tout l’univers de Tim Burton est présent dans ce film, sorte de parodie de L’Exorciste, un monde où le morbide joyeux se teinte de comédie burlesque dans des décors expressionnistes rappelant ceux du film de Robert Wiene, Le Cabinet du docteur Caligari (1920). Le succès du film doit beaucoup au talent de Michael Keaton qui joue un Beetlejuice déjanté et loufoque, c’est pourquoi Tim Burton décidera contre l’avis de ses producteurs et des fans de la série de l’engager pour jouer Batman dans son film suivant.

Le tournant Batman

Constamment mis sous pression par la Warner qui attend beaucoup de cette adaptation du comics américain, Tim Burton ne fléchit pas et décide de s’éloigner de l’atmosphère de la série télévisée pour mieux l’adapter à son propre univers. Anton Furst, le décorateur de Full Metal Jacket de Stanley Kubrick imagine un Gotham City sombre et inquiétant, tandis que les costumiers créent une armure noire aux muscles saillants pour habiller le justicier masqué. La polémique concernant les choix de Burton éclate pendant le tournage de Batman, mais elle s’éteint d’elle-même à la sortie du film, étouffée par le succès tant critique que public que Batman remporte.

La réputation de Tim Burton n’est plus à faire et il décide alors de réaliser un film plus intimiste et féerique, Edward aux mains d’argent (1990). Le réalisateur fait à cette occasion la rencontre de Johnny Depp qui tient le rôle titre et avec qui il tournera bien d’autres films. Il fait aussi tourner son idole de toujours, Vincent Price, dans son dernier rôle, l’inventeur humaniste d’Edward. Nouveau triomphe critique et public, le film est considéré comme le chef d’œuvre du réalisateur.

Après avoir tourné la suite de Batman, Batman Returns en 1992, Tim Burton supervise la réalisation d’un projet datant de sa période Disney, L’Etrange Noël de Monsieur Jack. Film d’animation tourné par Henry Selick en stop motion, L’Etrange Noël de Monsieur Jack utilise une nouvelle fois les traditions et les références liées à Noël pour les détourner et les faire cohabiter avec un monde parallèle, celui d’Halloween.

Les deux films suivants de Tim Burton ne rencontreront pas le succès escompté, malgré des qualités indéniables. Ed Wood (1994), qui raconte l’histoire de celui que l’on surnommait à l’époque " le plus mauvais réalisateur de tous les temps " puis Mars Attacks ! (1996) soit une parodie kitch des films d’invasion extraterrestre, passent mal auprès d’un public qui ne retrouve pas dans ces films l’univers de Tim Burton. Malgré l’Oscar du meilleur second rôle remporté par Martin Landau pour Ed Wood, le réalisateur reste sur un constat d’échec.

En 1997, Tim Burton diversifie son activité créatrice et l’étend à la littérature avec la sortie de La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires, un recueil de poèmes à l’humour noir peuplés de gentils monstres aussi solitaires que lui lorsqu’il était enfant. Tim Burton revient ensuite au cinéma et à ses thèmes favoris, conte gothique, atmosphère embrumée et humour noir pour Sleepy Hollow (1999) avec Johnny Depp, puis assume la nouvelle adaptation du livre de Pierre Boule, La Planète des Singes (2001).

Le succès remporté par ces deux films lui permet de s’atteler ensuite à une œuvre plus personnelle voire autobiographique, Big Fish (2003). Tim Burton qui vient de perdre son père et de fêter la naissance du fils qu’il a eu avec l’une de ses actrices fétiches, Helena Bonham Carter, raconte ici l’histoire d’un jeune homme qui va bientôt être papa et qui va retrouver son père mourant pour écouter une dernière fois l’histoire incroyable de sa vie.

En 2005 sortent respectivement Charlie et la chocolaterie, adapté de la nouvelle de Roald Dahl avec Johnny Depp dans le rôle de Willy Wonka puis Les Noces Funèbres, un nouveau film d’animation basé sur un conte russe dont les voix originales sont données par ses acteurs préférés, Johnny Depp et Helena Bonham Carter en tête.

En 2008, toute la belle équipe est de retour dans Sweeney Todd, le barbier de Fleet street, adapté de la comédie musicale de Stephen Sondheim, puis, deux ans plus tard dans Alice Au Pays des Merveilles, adapté du célèbre roman de Lewis Carroll.

En 2012, le fantasque réalisateur réalise Dark Shadows, un film tiré d’une série télévisée éponyme racontant les soucis d’un vampire nommé Barnabas Collins, qui se réveille en plein XXIe siècle après un long sommeil de 200 ans, aux prises avec la modernité et une sorcière aussi belle que dangereuse. Les habitués du réalisateurs que sont Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Michelle Pfeiffer, Christopher Lee et autre Danny Elfman, retrouvent au casting de ce film très attendu des petits nouveaux comme Eva Green, Jonny Lee Miller, Jackie Earle Haley et Chloë Moretz.


La Filmographie

- Frankenweenie (2012)
- Dark Shadows (2012)
- Alice au pays des merveilles(2010)
- Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street (2008)
- Les Noces funèbres de Tim Burton (2005)
- Charlie et la chocolaterie (2005)
- Big fish (2004)
- La Planète des singes (2001)
- Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête (2000)
- Mars Attacks (1997)
- Ed Wood (1995)
- Batman, le défi (1992)
- Edward aux mains d’argent (1991)
- Batman (1989)
- Beetlejuice (1988)
- Pee Wee (1987)
- Frankenweenie (1984)
- Vincent (1982)

Ce contenu peut aussi vous intéresser :
Ce contenu peut aussi vous intéresser :

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.