eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 9e > Guide Paris 9e > Se promener, Paris 9e > Le square d’Orléans

Le square d’Orléans

Dernière mise à jour : vendredi 18 novembre 2011, par Franck Beaumont

Peu connu des promeneurs, le square d’Orléans est un lieu insolite au coeur du quartier appelé la Nouvelle-Athènes. Ce quartier est approximativement compris entre la rue Blanche, la rue Saint-Lazare, la rue des Martyrs et le boulevard de Clichy. Lotie essentiellement à partir de la Restauration (dès 1820), la Nouvelle-Athènes fut la quartier de prédilection des artistes parisiens pendant toute la période du Romantisme : écrivains, peintres, musiciens, chanteurs, sculpteurs, comédiens, architectes.

Le premier artiste célèbre qui y pose ses meubles est Alexandre Dumas en mars 1833. Il donnera cette année là un grand bal costumé resté très célèbre avec 700 invités, ayant réquisitionné l’appartement voisin du sien. Parmi eux : la comédienne Melle Mars, Alfred de Musset, Delacroix, Eugène Sue, Rossini... Ensuite, le peintre d’histoire Claude Dubufe emménage, suivi en 1836 de l’architecte Lecointe.
En 1842, Georges Sand quitte la rue Pigalle et s’installe ici, au n° 5 tandis que Frédéric Chopin la rejoint, mais s’installe dans un autre immeuble du square. Après eux, les locataires prestigieux se succèdent dans le square : le couple Viardot (lui dirige le Théâtre Italien, sa femme Pauline est une cantatrice célèbre), la danseuse Taglioni, Zimmermann (professeur au Conservatoire) qui tenait un salon musical où venaient se produire Liszt, Rossini, Chopin et Berlioz. Puis trois compositeurs illustres : Marmontel, Alkan et Kalkbrenner. Le dernier à emménager fut Maxime du Camp. On imagine aisément le bouillonnement intellectuel et l’intense vie culturelle qui régnèrent dans ces lieux.

D’une grande homogénéité, le square d’Orléans constitue un des plus beaux ensembles architecturaux de style néo-classique à Paris. En 1829, l’architecte anglais Edward Crésy achète à Melle Mars, célèbre comédienne sociétaire du Théâtre Français (elle habite un hôtel particulier juste à côté), ce lieu alors appelé Cité des Trois Frères. De 1832 à 1842, il y construit 46 appartements, 6 ateliers d’artistes, des écuries. Ordonnancé autour d’une cour carrée, le square est composé de plusieurs immeubles, rythmé soit par des retraits animés de colonnes soit par des avant-corps en saillie. La façade du n° 6 est la plus belle : comparable aux réalisations du britannique John Nash à Regent’s Park, elle est précédée d’un portique sur colonnes carrées et, au-dessus, de quatre colonnes rondes ioniques qui portent l’entablement et le dernier étage en attique. Tous les immeubles sont appareillés à refends en rez-de-chaussée, tandis qu’aux étages de sobres façades enduites sont animées de fenêtres carrées ou rectangulaires : toutes les caractéristiques du néo-classicisme s’affichent dans ce projet. Peu de couleur, uniquement le blanc de l’enduit (en dessous, tout est en brique)) ou de la pierre, réhaussé toutefois d’un enduit jaune par endroit.

Le square d’Orléans est accessible au public uniquement en semaine et le samedi.

Franck Beaumont

Pour découvrir l’histoire de ce quartier étonnamment préservé, vous pouvez suivre la visite guidée "La Nouvelle-Athènes, Berceau du Romantisme".

Adresse

80 rue Taitbout