eVous
Après la pluie, le beau temps
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 6e > Actualités, Paris 6e > Sorties, Paris 6e > Concerts et spectacles, Paris 6e > Amphitryon de Molière au Théâtre du Vieux Colombier

Amphitryon de Molière au Théâtre du Vieux Colombier

Dernière mise à jour : mercredi 26 juin 2013, par Denis, Morgan

Comme l’an passé, la troupe de la Comédie-Française présente cette pièce en trois actes de Molière, dans une mise en scène de Jacques Vincey, jusqu’au 7 juillet 2013 au Théâtre du Vieux-Colombier

Lorsque Jupiter jette son dévolu sur Alcmène, jeune mortelle mariée à Amphitryon, il ne peut parvenir à ses fins que sous les traits de son mari parti en campagne. Le valet d’Amphitryon, Sosie, vient rassurer la jeune épouse et annoncer le prompt retour de son maître. Seul dans la nuit, apeuré, il répète son ambassade, jouant tous les rôles à la fois, mais il se heurte à Mercure qui lui a emprunté son apparence et garde la porte du logis où Jupiter et sa bien-aimée s’ébattent.

Une mise en scène de Jacques Vincey

Aussi bien en tant qu’acteur que sous la casquette de metteur en scène, Jacques Vincey a travaillé essentiellement sur le répertoire classique, ce qui lui a permis de travailler avec de grands metteurs en scène comme Patrice Chéreau et aux côtés de grands comédiens comme Laurent Stocker, sociétaire de la Comédie Française et qui incarne Mercure dans cette pièce. La distribution comporte également d’autres comédiens rompus aux joutes théâtrales, Coraly Zahonero, Christian Gonon, Christian Hecq, Georgia Scalliet, Sébastien Pouderoux et Jérôme Pouly dans le rôle d’Amphitryon.

Les confrontations successives et croisées des personnages et de leurs imposteurs jettent un trouble croissant parmi les mortels. Dans cette comédie baroque, Molière révèle sa conception du théâtre comme carrefour de la réalité et du virtuel, qui prend ici la forme de dieux omnipotents, maîtres des apparences qu’ils créent aux dépens des humains.

Dans tout le corpus de Molière, Amphitryon est certainement l’une des pièces qui exploitent le plus explicitement les affinités entre le théâtral et le merveilleux, en même temps qu’elle met en garde contre le danger qui consisterait à prendre des vessies, fussent-elles divines, pour des lanternes...

Amphitryon , une histoire de théâtre

Amphitryon, comédie en trois actes en vers irréguliers, fut créée au Palais-Royal par la troupe de Molière le 13 janvier 1668, après la seconde interdiction du Tartuffe en août 1667. La pièce obtint immédiatement un très grand succès mais reparut peu sur le théâtre après la rupture de Pâques. Cette disparition étonne car les recettes avaient été particulièrement élevées : la mise en œuvre des machines nécessaires à la pièce amputaient sans doute largement les bénéfices.

Présentée une quarantaine de fois par la troupe de Molière, on ignore la distribution d’origine, à l’exception du personnage de Sosie, interprété par Molière. La pièce fut jouée par la nouvelle troupe dès 1680, et avec régularité depuis. À Molière-Sosie succédèrent Rosimond, puis Arnould Poisson, Préville et Dugazon au XVIIIe siècle. La pièce fut jouée 481 fois au XVIIIe siècle.

Amphitryon est la pièce de Molière la plus shakespearienne. Voltaire disait d’elle qu’elle offrait « de quoi plaire aux plus simples et aux plus grossiers comme aux plus délicats. » Elle déploie effectivement un large spectre dramatique, de la tragédie au vaudeville, et propose des entrées multiples : féériques, philosophiques, sociologiques, psychanalytiques...

En inscrivant sa comédie dans l’antiquité grecque et en se réappropriant, après Plaute et Rotrou, l’histoire des amours de Jupiter avec la mortelle Alcmène, Molière contourne la censure que subit encore son Tartuffe pour mieux pointer l’arbitraire du pouvoir et l’imposture de ces dieux qui se font passer pour des hommes afin de donner libre cours à leur bon plaisir. Le détour par la mythologie lui permet également de questionner l’ambivalence du rapport entre foi et raison, mensonge et vérité : à quoi veut-on/peut-on/doit-on croire ? Le théâtre est, bien sûr, au cœur de cette interrogation.

Durée du spectacle :1 heures 50 minutes et attention : c’est au Théâtre du Vieux Colombier

Et plus d’infos sur la Comédie Française

Adresse

21 rue du Vieux-Colombier, 75006 Paris

Horaires

du mercredi au samedi à 20h, 16h les dimanches et 19h les mardis