.evous
  

Le premier bar à oxygène à Paris

"C’est le premier shoot légal !" a proclamé le publicitaire Jacques Séguéla, en inaugurant en février 2008, "le premier bar à oxygène parisien" installé dans l’institut de beauté Bleu comme Bleu de son épouse.

Dernière mise à jour : lundi 2 janvier 2012,    par: Adele

Un tuyau dans le nez et ça décolle : L’Oxybar permet de se "shooter" à l’oxygène parfumé avec l’aide d’un tuyau dans le nez. Le premier Oxybar parisien a opté pour une formule mélangée, contenant également des huiles essentielles et des parfums de plantes, diffusée pendant 10 minutes, moyennant 10 € la séance.

Un "bar" pas comme les autres : peu de place à la convivialité et aux rencontres. Difficile, en effet, de se détendre, de discuter et de séduire avec un tuyau dans le nez. Ensuite, enivré, difficile de raccompagné sa future épouse, bien que, ne serait ce pas chez ce même Séguéla , que ..., était-ce sous l’emprise de l’oxygène ? Mise en garde donc contre les coups de foudre liés à l’abus d’oxygène !

Ce "shoot légal", très répandu à Tokyo et de plus en plus à la mode à New-York, est à la base censé redonner tonus et vitalité aux citadins fatigués et stressés.

Du coté des autorités de santé, ces bars à oxygène suscitent aussi quelques interrogations.
Cet acte provoque une forme d’ivresse, avec un risque de dégâts sur les poumons et le système nerveux. D’ailleurs, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) indique que "la difficulté réside dans la qualification du produit. S’agit-il ou non d’un produit de santé ?".

Illustrations Merlin Bigorie

47 bis avenue Hoche 75008 Paris

Adresse