Paris eVous
Accueil Sortir à Paris Paris Plages Concerts Expositions Enfants Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sports

Accueil > Paris > Se déplacer à Paris > Voitures à Paris > Embouteillages : les Parisiens ne sont pas les plus mal lotis, (...)

Embouteillages : les Parisiens ne sont pas les plus mal lotis, mais…

Dernière mise à jour : lundi 19 septembre 2011, par Expositions

Pour la 3e année consécutive, l’étude mondiale d’IBM comparant la souffrance occasionnée par les embouteillages dans 20 grandes villes du monde ne place Paris qu’à la 13e place. 8 042 conducteurs étaient interrogés dans ces 20 villes.

Selon cette enquête, seulement 25% des Parisiens choisissent encore de conduire leur voiture au quotidien en étant seul à bord. Ils sont 32% moins nombreux qu’ils ne l’étaient l’an dernier à le faire. Les autres préfèrent emprunter un autre moyen de transport.

31% affirment avoir changé de mode de déplacement au cours de l’année précédente, 49% prennent plus souvent les transports en commun, 32% se déplacent plus souvent en covoiturage et 20% choisissent même… de travailler plus régulièrement à domicile.

IBM a conçu un indicateur de pénibilité mêlant entre autres choses l’importance des embouteillages dans chacune des villes étudiées, et le ressenti des automobilistes qui s’y trouvent.

Parmi les pires dans ce registre de la souffrance générée par les embouteillages, se trouvent Mexico (1re), Pékin et Shenzen (2es ex æquo). L’européenne la moins bien classée est Milan (9e). Paris, la deuxième européenne de ce classement, arrive 13e sur 20. Madrid est mieux (14e), et Londres… 19e.

Cela étant posé, quand l’étude cherche à affiner un peu le ressenti des Parisiens, le bilan ne paraît pas si satisfaisant. Ainsi pour 48% des Parisiens interrogés, les conditions de trafic se sont détériorées au cours des 3 dernières années ; 62% disent être restés coincés au moins une heure dans un embouteillage au cours de cette période, la faute étant en général attribuée aux trajets avec la banlieue où les réseaux de transports en communs sont moins denses.

Nos embouteillages seraient… « les plus longs d’Europe, avec une durée d’attente d’une heure et demie. »

Paris peut et doit mieux faire, c’est certain.
Notons que nul critère de pollution ne semble intervenir dans cette étude...

André Balbo

sources : Le Parisien, IBM « Commuter Pain Survey »

Mettez en avant votre événement sur www.evous.fr !