.evous
> > > >

Presque tout Marcel Breuer, architecte et designer, à la Cité de l’Architecture

Il a apporté au meuble le matériau du tube métallique (voir aussi à ce sujet l’exposition consacrée à Eileen Gray), inventé le fameux fauteuil Wassily, les angles aigus, les torsions, et le béton sculptural à l’architecture. Le designer et architecte hongrois Marcel Breuer (Pècs, en Hongrie 1902- New York 1981) compte parmi les créateurs les plus influents du XXe siècle.

Ses créations de meubles, le Wassily, le tabouret Bauhaus et les fauteuils sur piètement traineau nous sont familiers, pour avoir été réalisés ou copiés à des millions d’exemplaires.

Encore étudiant au Bauhaus, à Weimar, où il suit une formation dans un atelier de meubles, le jeune Breuer impressionne avec des créations inspirées du mouvement néerlandais « De Stijl ». Il devient rapidement directeur de cette section à Dessau. Création de la chaise B 3 "Wassily" et du tabouret B 9.

L’avant-garde le considère alors comme un grand designer, lui qui rapidement se revendiquera avant tout comme un architecte et considérait la construction comme le point d’orgue de sa création.

Whitney Museum of American Art, New-York - Marcel Breuer

Il se consacrera un temps à l’enseignement de l’architecture, à partir de 1937, à Harvard et à Cambridge, fonfant avec son ami et mentor Walter Gropius une agence spécialisée en maisons individuelles.

L’agence qu’il ouvre à New York en 1956 avec Herbert Beckhard, Murray Emslie et d’autres, se consacrera dans un premier temps à des projets et à la construction de maisons individuelles, mais Breuer sera rapidement amené à réaliser des projets autrement prestigieux, certains de dimension et de réputation internationales, dont le siège de l’Unesco à Paris (1952-1958) en collaboration avec Nervi et Zehrfuss, ou le Whitney Museum of American Art à New York (1964-1966).

Marcel Breuer, Pier Luigi Nervi, Bernard Zehrfuss. Siège de l’Unesco, Paris, 1957. La Documentation française Siaf / Cité de l’architecture.

Son matériau de prédilection, le béton, est utilisé dans ses réalisations de façon sculpturale, exprimant l’ambivalence de son caractère, massif et plastique à la fois. Il construira aussi des églises, affinant dans leurs façades l’expression aérienne restant classique d’une architecture moderne.

Cette rétrospective conçue par Mathias Remmele, conservateur au Vitra Design Museum, est la première à aborder à importance égale les différents champs de sa création.

On remarquera la similitude de lignes entre ses pièces d’ameublement fait de rectangles longs horizontaux et son architecture, et également cet usage de l’aplomb que l’on retrouve dans ses sièges dont l’empiètement est en traineau, comme dans ces constructions qui enjambent élégamment leur part d’abîme.

Un petit film montre la conception et l’harmonie de la station de sports d’hiver Flaine (1961-1976) qui sut épouser un paysage et former simplement une stylisation du majestueux cirque naturel qui l’accueillait, transformé en forum.

Le volet Design de cette exposition est illustré par la quasi totalité des pièces de mobilier et sièges de ses créations, complétées de dessins, de plans, et de photos.

Chaise longue Isokon, 1935, collection Vitra Design Museum.

Breuer a utilisé en ce domaine successivement quatre matériaux : le bois massif, l’acier tubulaire, l’aluminium, et le contreplaqué.

Par ailleurs, 12 réalisations architecturales ont été sélectionnées comme exemples et réparties en 3 thèmes : Maisons, espaces, volumes. Chacun des projets montrés dispose de sa maquette réalisée tout spécialement pour l’exposition, de croquis, de plans et de nombreuses photographies.

Apprenez à parler le "Breuer" en quelques concepts : le porte-à-faux, le rectangle couché, les textures, et les formes cristallines qu’il appréciait tant.

Design et architecture – Marcel Breuer (1902-1981), à la Cité de l’Architecture, du 20 février au 17 juillet 2013. 1 place du Trocadéro 75016 Paris.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Bilan 2013 des catalogues d’expositions de Paris : les Prix CatalPa 2013, les 10 Nominés, les 59 retenus
Nous procédons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition, bien qu’en anglais, en fait partie.

André Balbo

sources : visite, Vitra Design Museum, Cité de l’Architecture et du patrimoine

Mots-clés