eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 9e > Actualités, Paris 9e > Sorties, Paris 9e > Expositions, Paris 9e > Évènements et expositions au Musée de la Vie Romantique > DERNIERS JOURS des Étonnantes Esquisses peintes (Delacroix, Géricault, (...)

DERNIERS JOURS des Étonnantes Esquisses peintes (Delacroix, Géricault, Scheffer), au musée de la Vie romantique

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Le musée de la Vie romantique propose, du 17 septembre 2013 au 2 février 2014, une exposition rassemblant près d’une centaine d’esquisses peintes, de Delacroix (une quinzaine), de Cogniet, et de Ary Scheffer notamment, qui vécut précisément à cette même adresse plus de 20 ans, travaillant dans ces ateliers qu’il fit lui-même construire.


Samson et Dalila, 1821, Joseph-Désiré Court (1797-1865) Paris, ENS des Beaux-Arts. Court obtint le Prix de peinture de Rome grâce à cette composition. Violence de la scène, expression exacerbée des visages, muscles bandés des assaillants et de Samson.

Le Radeau de la Méduse, vers 1819, Théodore Géricault (1791-1824). Huile sur papier, Paris, collection particulière (Le tableau, présenté au Salon de 1819, est conservé au musée du Louvre.

Une dynamique ascensionnelle, métaphore d’un crescendo émotionnel, rare à l’époque, mais qui allait rapidement se développer.

Concernant les esquisses, la citation de Diderot, dès 1767, est explicite quant aux préférences de l’encyclopédiste : « Pourquoi une belle esquisse nous plaît-elle plus qu’un beau tableau ? C’est qu’il y a plus de vie, moins de forme ».

Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice (Val-de-Marne), 1798 - Paris, 1863), Médée, vers 1836 © RMN-Grand Palais / Stéphane Maréchalle

N’était-ce pas de sa part une forme de contre-sens que d’imaginer l’esquisse comme une expression du peintre délivré de toutes contraintes, et laissant libre cours à son imaginaire ?

L’esquisse peinte devient à cette époque la première étape extrêmement codifiée du prix de Rome auquel participaient chaque quatre années une centaine de peintres : même sujet imposé, on ne sort pas, durée 24h, expression personnelle non prise en compte. La suite enchaînait, avec pour commencer un tableau historique... Enjeu pour la vainqueur ? 5 années passées à Rome, capitale mondiale des arts et l’un des berceaux de l’Antiquité.

Cette exposition célèbre à sa manière les 150 ans de la disparition d’Eugène Delacroix (1798-1863). Elle bénéficie de prêts prestigieux venus des musées national Delacroix, des Beaux-Arts de Lille, d’Orsay et du Petit Palais.

L’exposition met à l’honneur certains des plus remarquables « esquisseurs » romantiques, parmi lesquels Léon Cogniet, dont le fonds d’atelier est conservé au musée des Beaux-Arts d’Orléans ou, naturellement, Ary Scheffer, grâce à la générosité du musée de Dordrecht, sa ville natale.

Générosité enfin de l’École des Beaux-Arts, véritable conservatoire des esquisses de peintres réalisées pour ce très convoité prix de Rome, au même titre que la BnF est en charge du dépôt légal, qui permet d’offrir un panorama d’œuvres méconnues en ayant remporté les différentes étapes.

L’esquisse est une des étapes nobles du processus de fabrication du tableau. Celle qui permet à l’artiste d’expérimenter la validité de l’œuvre, à de petites dimensions, avant de l’exécuter en grand. Alors que sa première mission était de fixer la composition, elle serait presque devenue, depuis le milieu du XVIIIe siècle, un genre à part entière, que définiraient la rapidité et la spontanéité du pinceau. Quel format faudra-t-il retenir ? Vertical, ou horizontal pour un tel sujet ? Comment et où conviendra-t-il de poser les masques, ou les masses de lumières ? Quelles harmonies de couleurs ?

Cette centaine d’esquisses sont les prémices d’œuvres maintenant célèbres, des variantes pour une même peinture. Elles témoignent des choix du peintre ou du commanditaire, ou ne sont restées qu’à l’état de projets non aboutis. Serons-nous en capacité d’en discerner les raisons ?

Eugène Delacroix (Charenton-Saint-Maurice (Val-de-Marne), 1798 - Paris, 1863), La Paix vient consoler les hommes et leur ramène l’abondance, esquisse pour le Salon de la Paix à l’Hôtel de Ville de Paris, décor commandé en 1849 et exécuté en 1854. Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-arts de la Ville de Paris © Petit Palais / Roger-Viollet

Certaines des esquisses exposées montrent bien que les toiles sont parfois réemployées. Vous y discernerez parfois sous la nouveauté une idée plus ancienne, là une jambe (comme sur l’esquisse Philotas, de Guérin, dont Géricault fut l’élève), ici une scène antique, sous un portrait de Delacroix.

Delacroix, chez qui Baudelaire appréciait les constantes "turbulence de la composition et force des couleurs", et à qui George Sand aurait dit "Décidément,vous êtes un fameux barbouilleur !"

La Chasse aux lions (1854) Eugène Delacroix (1798-1863) Huile sur toile, Paris, musée d’Orsay.

Esquisse préparatoire pour le tableau présenté à l’exposition universelle de 1855 (partiellement détruit en 1870, à Bordeaux). On y retrouve son goût pour l’Orient et son admiration pour l’œuvre de Rubens, où la couleur structure aussi la composition.

Esquisses peintes de l’époque romantique : Delacroix, Cogniet, Scheffer, du 17 septembre 2013 au 2 février 2014, au musée de la Vie romantique,16, rue Chaptal 75009 Paris, 01 55 31 95 67. Ouvert tlj de 10 à 18h sauf les lundi et jours fériés. Accès gratuit aux collections permanentes. 7 ou 5€ (plus de 60 ans, enseignants, chômeurs, famille nombreuse), 3,50€ de 14 à 26 ans, rmiste). Gratuit aux - de 14 ans, et aux personnes en situation de handicap.

***

Vous retrouverez dans les articles 2013 et 2014 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2013, et CALENDRIER 2014 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avions établi notre sélection, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris. Nous commencerons dans quelques jours notre sélection 2014.

N’hésitez pas à nous critiquer, corriger ou même... à compléter nos informations, si vous disposiez de plus de détails que nous !

En grande nouveauté, car Paris, sans la province, ne serait vraiment pas grand chose... et est loin de nous être suffisant, nous vous proposons dorénavant une vue panoramique des Expositions et Festivals en province ? 2014. Expositions et Festivals en PROVINCE de A à Z. Ou encore CALENDRIER 2014 des Expositions et Festivals en PROVINCE

Avec des déclinaisons présentant davantage de détails par villes. dans les villes suivantes :
Angoulême
Arles
Avignon
Bordeaux
Dijon
Grenoble
Ile-de-France
Lens
Lille
Lyon
Marseille
Metz
Montpellier
Nantes
Nice
Ornans
Rennes
Rodez
Rouen, Le Havre
Saint-Étienne
Strasbourg
Toulouse
Tours

André Balbo

sources : Visite, musée de la Vie romantique

En images