eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 14e > Lieux clés Paris 14e > Fondation Cartier pour l’Art Contemporain > Bernie Krause. Exposition méditative sur le Grand Orchestre des (...)

Bernie Krause. Exposition méditative sur le Grand Orchestre des Animaux

Dernière mise à jour : lundi 20 mars 2017, par Expositions

Du 2 juillet 2016 au 8 janvier 2017, la Fondation Cartier pour l’Art contemporain laisse entendre qu’elle expose l’œuvre "Le Grand Orchestre des Animaux", de Bernie Krause, bio-acousticien, scientifique et musicien américain de renom.

Une invitation à une méditation qui nous replace au cœur de tous les habitants et de toutes les espèces vivant sur notre planète.

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Bernie Krause, né en 1938 à Détroit dans le Michigan, étudie le violon dès l’âge de 4 ans puis la composition classique. Il forme en 1964 avec le musicien Paul Beaver un duo pionnier qui introduit les premiers synthétiseurs dans la musique pop et au cinéma.

Ils participent à la réalisation de nombreux albums, en tant que Beaver et Krause, comme musiciens et ingénieurs du son, avec certains des meilleurs groupes des années 60 et 70 (The Doors, Van Morrison, Brian Eno et David Byrne, George Harrison, Strange Days), et ont également bossé sur la bande-son de très nombreux films, certains immenses (Rosemary’s Baby, de Roman Polanski (1968), Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola (1979), Mission Impossible, de Brian de Palma, La 4e Dimension, de John Landis). Ils étaient, et demeurent, de célèbres musiciens reconnus aux États-Unis... et certainement ailleurs.

Pourtant, en 1968, quelle ne fut pas la surprise de Bernie Krause de réaliser, en captant des sons dans la nature sauvage et profonde, qu’il s’agissait là de sa véritable vocation.

Cela lui apparut comme une telle évidence que, ne souffrant aucun retard, il quitta immédiatement le monde du show-biz, ses bols d’adrénaline, ses atours, ses jouissances et ses dangers, pour retourner sur les bancs de l’université afin de devenir… un maître en bioacoustique !

En 1970, avec son complice Paul Beaver, Bernie Krause publie un album sur le thème de l’écologie, In a Wild Sanctuary, qui associe pour la première fois paysages sonores naturels et musique électronique.

À partir de ce premier essai, Krause se passionne pour l’enregistrement du son des écosystèmes sauvages, terrestres et marins, et des espèces animales qui les peuplent, et parcours le monde à leur recherche.

À ce jour, en près de 50 années, Bernie Krause aura enregistré plus de 5 000 heures des musiques et bruits de la nature, d’habitats naturels sauvages, terrestres, marins, et sous-marins, immortalisé les sons de quelque 15 000 animaux, et dressé une sorte d’état des lieux d’une géo-phonie subtile et fragile jouant chaque jour sa survie dans sa confrontation à la dangerosité de l’Homme.

Cette recherche sans précédent offre une plongée unique au cœur du monde secret des animaux.

Au-delà de cette pratique de la captation sonore, Bernie Krause a ouvert un champ de recherche totalement inédit, fascinant et riche d’enseignement pour notre propre rapport à la nature... et à la musique.

C’est à lui que l’on doit le terme "bio-phonie". Et il nous offre aujourd’hui l’occasion précieuse de pouvoir prêter une oreille attentive au "grand orchestre animal" du monde entier, de prendre part à la révolution nécessaire de notre regard, comme de notre ouïe, et de notre comportement vis à vis de notre environnement.

Bernie Krause, musicien, naturaliste, docteur en bioacoustique, auteur du livre Le Grand Orchestre animal, paru chez Flammarion, nous accompagne au long d’une plongée dans "l’écologie du paysage sonore", la bio-phonie, ces voix d’écosystèmes entiers aux variations diurnes et nocturnes.

Un récit de vie aussi, son rapport à la nature depuis son enfance dans le Coney Island jusqu’à aujourd’hui, les effets insidieux et désastreux de l’homme sur son environnement, et les sons que la nature émet face à la cacophonie des sociétés humaines.

Cette merveille n’est autre que la découverte faite par un musicien devenu scientifique, pour qui “Les liens étroits entre l’humanité et le paysage sonore ont toujours fait office de lentilles à travers lesquelles nous comprenons le monde”.

Si Bernie Krause observe le monde naturel en poète et s’il écoute les vocalisations animales en musicien, ne perdons pas de vue qu’il les enregistre et les étudie en scientifique. Cela lui permet de nous en révéler la beauté, la diversité et la complexité, et nous force d’autant mieux et avec habileté et pédagogie à entendre son propos : "Attention ! Toutes ces richesses sont menacées d’extinction si nous n’y prenons pas garde".

Prises des pièges photographiques du Japonais Manabu Miyazaki

Il fait en effet le triste constat que plus de 50% des habitats représentés dans cette extraordinaire collection inégalable de sons... ont aujourd’hui disparus en tant qu’habitats sauvages, dégradés par les activités humaines et le dérèglement écologique qui en résulte.

L’exposition à la Fondation Cartier

L’exposition met en exergue tout à la fois la beauté et l’harmonie des sons naturels, comme le sens caché des vocalisations du règne animal.

La force des recherches de Bernie Krause est de parvenir à nous faire découvrir, sous l’apparente cacophonie des sons du monde naturel et encore sauvage, une partition musicale des plus complexes, soigneusement orchestrée.

Il fallait bénéficier à la fois de cette extrême finesse d’écoute et d’un grand sens pédagogique pour parvenir à rendre audible et compréhensible le fait que chaque animal possède sa propre empreinte ou signature acoustique dans le paysage auditif de son écosystème.

Pour Bernie Krause : "Chaque espèce résidente acquiert sa propre niche acoustique pour se fondre ou (au contraire) créer un contraste, à la manière dont les violons, les bois, les trompettes et les percussions se réservent leur territoire acoustique dans un arrangement orchestral".

Nous avons trop facilement oublié que c’était les animaux qui nous avaient fait don de la musique et non les dieux ou les hasards.

L’exposition propose, par le sens nouveau et original donné à la présence de ces voix animales, une expérience émotionnelle et esthétique inédite qui plonge le public au tréfonds du monde naturel. Ébahi. Enfin à l’écoute.

Une sélection de 7 enregistrements a été retenue. Ils ont été réalisés en Afrique, en Amérique et au plus profond des océans. Vous découvrez dans la pénombre, assis, vautré, debout, allongé, la diversité, la singularité et la beauté de ces récits sonores si peuplés.

Chaque enregistrement célèbre un écosystème distinct, perçu à travers le prisme de sa propre chorale animale. Merveilleux apprentissage d’une écoute de la musique du monde naturel. Et effroi parfois, en fait assez souvent, de l’appauvrissement sur un même site de cet orchestre des animaux qui, de symphonique, vire par tranches de 5 années, de plus en plus à un orchestre de chambre famélique. Mais où donc se cache le bouton pause qui stoperait net la disparition progressive et en pleine accélération des espèces

L’exposition associe les dimensions visuelle et sonore, mettant ainsi en lumière leur interaction dans la représentation des phénomènes naturels.

La composante visuelle de l’exposition témoigne de la relation perdue entre humains et non-humains, et de la façon dont les artistes interprètent la présence des animaux dans nos sociétés.


Le dessin de 18 mètres de long du Chinois Cai Guo-Qiang

L’exposition, centrée sur les travaux de Bernie Krause, réunit des œuvres d’artistes du monde entier, fascinés par le règne vivant sous toutes ses formes.

Ainsi, le dessin de 18 mètres de long du Chinois Cai Guo-Qiang, qui présente ce troublant moment de paix et de grande vulnérabilité où des animaux sauvages de toutes espèces sont réunis autour d’un mythologique point d’eau.

Remarquables et saisissantes images d’animaux obtenues "au vol" par les pièges photographiques du Japonais Manabu Miyazaki : grâce et magie des animaux sauvages, surpris dans l’intimité d’un mouvement unique et magnifié. Il dit : "Mes pièges photographiques sont comme les arbres qui observent les animaux. Mon appareil photo est l’œil de l’arbre".

La causticité, la malice et l’exubérance des tableaux des peintres congolais Pierre Bodo, JP Mika et Moke se rient de nous et nous supplantent d’animaux riches d’enseignements sur certains de nos travers...

JP Mika

Et vous resterez fascinés, j’en fais le pari, par les petits films, dignes de ceux de Chaplin, Keaton ou des Marx Brothers, captés par les chercheurs du Cornell Lab of Ornithology (Ithaca, États-Unis), et montrant des pariades et des danses d’oiseaux devant lesquelles même les envolées de Loïe Fuller et Isadora Duncan paraitraient empruntées.

Quelques images magnifiées aussi du photographe japonais Hiroshi Sugimoto : loups et vautours...

Le Grand Orchestre des Animaux, de Bernie Krause, du 2 juillet 2016 au 8 janvier 2017, à la Fondation Cartier pour l’Art contemporain, 261, boulevard Raspail, 75014 Paris, 01 42 18 56 67, tous les jours sauf le lundi de 11 à 20h, mardi jusqu’à 22h. 10,50 ou 7€. En ligne 12 ou 8,50€.

Visiter pour le plaisir, la sagesse, le respect et la connaissance www.wildsanctuary.com/

Voir aussi au Toutes les expositions 2016-2017 à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nouvellement en ligne :
Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris
PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au Château de Versailles, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, et au Petit Palais.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Le catalogue de l’exposition Le Grand Orchestre des animaux fait partie de notre sélection 2016 des catalogues d’expositions de Paris.

Vous pouvez consulter une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Fondation Cartier pour l’Art contemporain, France Culture

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.