eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 1er arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 1er > Le Louvre > Avec l’exposition de Jacques Attali, le Louvre se penche sur notre (...)

Avec l’exposition de Jacques Attali, le Louvre se penche sur notre avenir

Dernière mise à jour : samedi 26 novembre 2016, par Expositions

Du 24 septembre 2015 au 4 janvier 2016, au Hall Napoléon.

À l’entrée de l’exposition, l’installation de Geoffrey Farmer, Boneyard, rassemble quelque 1 200 figures en papier qui dressent une évolution des styles en accéléré, comme prises dans un vortex définitif, à partir d’illustrations prises d’un recueil pour sculpteurs.

Inspirée du livre éponyme de Jacques Attali, Une Brève Histoire de l’avenir (Fayard, 2015), cette exposition pluridisciplinaire met en présence des œuvres qui signent le passé avec des créations contemporaines.

Le procédé vise à susciter un dialogue.

Crâne d’Asmat. Papouasie, début du XXe siècle. Os, graines végétales, plumes, cauris (qui servaient aussi de monnaie).

Il interroge le passé pour tenter d’y déceler d’éventuelles bribes de notre futur (ou Avenir) le plus proche, les pythies, sibylle, chamans et autres interrogateurs de l’immensité muette ayant apparemment fermé boutique... au moins temporairement. Et c’est vraiment dommage, compte tenu du pesant manteau d’inquiétude qui couvre nos actes et nos pensées...

Le temps et l’histoire sont donc à l’origine même de la conception de l’événement présenté.

En alliant récit poétique, historique et questionnements sur le futur, Une brève histoire de l’avenir s’efforce de retracer au présent un récit du passé, susceptible d’éclairer notre regard sur l’avenir.

Le propos, pour être brillant et ambitieux, joue tout de même d’un effet d’accordéon assez violent en rapprochant ainsi les contemporains et les anciens, les artistes, les sciences, l’architecture ou encore le cinéma, pour discerner ce qui, dans l’histoire des sociétés disparues, serait susceptible de renseigner sur les chances et les périls du futur.

Jeff Koons. Gazing Ball (Gilded Bikini), 2013, huile sur toile, verre, aluminium

4 thématiques sont retenues pour ce parcours : l’ordonnancement du monde, les grands empires, l’élargissement du monde, et le monde d’aujourd’hui.

Quelque 200 œuvres ont été rassemblées pour permettre une lecture subjective et poétique du passé. Elles ont été produites par des artisans ou des artistes au cours des précédents millénaires, puisées dans les réserves du musée du Louvre ou d’autres impressionnantes collections. Il faut remarquer, fait rare au musée du Louvre, la présence de 15 œuvres d’artistes contemporains, certaines ayant été des commandes spécifiques : Mark Manders, Thomàs Saraceno (formidables compositions de toiles d’araignées, dans lesquelles aucun mouvement même minime ne saurait être ignoré par l’ensemble), Wael Shawky, Camille Henrot, Isabelle Cornaro, Chéri Samba et Ai Weiwei (dont chacune des œuvres est un puissant message politique : ici Fondation, en assemblant des bases de colonnes en pierre de la Chine ancienne, condamnée à disparaître, fonde avec elles un nouvel agora).

Thomas Cole (1807-1848). Le Destin des Empires, 1836, huile sur toile.

Cet ensemble constitué illustre la continuité des moments historiques d’expansion et de repli, la construction d’échanges entre individus ou communautés, et la création de divers moyens de communication pour rendre possibles ces échanges. L’évolution ne naît-elle pas de l’échange ?

Une exposition pour réfléchir et faire un pas de côté, méditer sur les 3 pouvoirs de l’argent, des religions et de la paix. Sur l’éternelle précarité de l’équilibre entre la sédentarité (que représente la ville) et le nomadisme, et sur ce qu’a de tenace la conquête de la Liberté.

Notre monde s’ouvrira-t-il ou se fermera-t-il ? Les échanges écraseront-ils la démocratie ? Et si notre pronostic était sombre, que sommes-nous prêts à faire pour le déjouer ? Et puis, les derniers tableaux de Cole ne laissent-ils pas entrevoir qu’un empire qui s’éteint est aussi une promesse de renaissance, ou l’annonce de la naissance d’un empire nouveau, et différent ?

Les commissaires de l’exposition sont Dominique de Font-Réaulx, conservateur général au musée du Louvre, et Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo, Jacques Attali demeurant conseiller scientifique de cet événement rare autour d’un livre d’un auteur contemporain.

Une Brève Histoire de l’avenir, au musée du Louvre, Hall Napoléon, du 24 septembre 2015 au 4 janvier 2016. Tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 17h45, les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45. Accès avec le billet d’entrée au musée : 10€. Gratuit pour les moins de 18 ans, les moins de 26 ans résidents de l’UE, les enseignants titulaires du Pass éducation, les demandeurs d’emploi, les adhérents des cartes Louvre familles, Louvre jeunes, Louvre professionnels et Amis du Louvre, ainsi que le premier dimanche du mois pour tous. 01 40 20 53 17 - www.louvre.fr

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, le Louvre

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.