Evous

Repérez, partagez, proposez, annoncez

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Palais de Tokyo > Toutes les expositions 2017 au Palais de Tokyo

Toutes les expositions 2017 au Palais de Tokyo

mercredi 22 mars 2017, par André Balbo

Toutes les expositions 2017 du Grand Palais, qu’elles aient commencé en 2016 ou qu’il soit prévu qu’elles débutent au cours de l’année 2017...

De A à Z

Alberola (Jean-Michel), au Palais de Tokyo. Du 19 février au 16 mai 2016.

Beltrame (Louidgi), au Palais de Tokyo. Du 19 février au 16 mai 2016. SAM Art Projects.

Bopape (Dineo Seshee), au Palais de Tokyo. . Du 23 juin au 11 septembre 2016. SAM Art Projects.

Cogitore (Clément). L’intervalle de résonance, au Palais de Tokyo. . Du 11 juillet au 11 septembre 2016. SAM Art Projects.

Une installation vidéo inédite et monumentale de Clément Cogitore, dans la lignée de son long métrage Ni le ciel, ni la terre, présenté au Festival de Cannes en 2015 et nominé au César 2016 du Meilleur premier film, et de sa vidéo Un Archipel, exposée en 2011 au Palais de Tokyo, l’artiste poursuit son exploration des pendants rationnels et légendaires de phénomènes insaisissables.

En toute chose, au Palais de Tokyo. Du 3 février au 8 mai 2017.

Ces expositions explorent les relations que nous entretenons ou que nous subissons dans notre rapport au réel. Elles s’interroger sur nos pouvoirs parfois absurdes sur les objets qui nous entourent comme sur celui, magique, enchanté ou inquiétant, qu’ils exercent sur nous.

+ Sous le regard de machines pleines d’amour et de grâce. Exposition collective. Commissaire Yoann Gourmel.

+ Taro Izumi. Résident 2017 Sam Art Projects. Commissaire Jean de Loisy.

+ Abraham Poincheval. L’artiste réalisera deux nouvelles performances intitulées Pierre et Œuf à des dates communiquées bientôt. Commissaire Adélaïde Blanc.

+ Mel O’Callaghan. Dangerous on-the-Way. Lauréate du prix Sam pour l’art contemporain 2015. Commissaire Daria de Beauvais.

+ Dorian Gaudin. Commissaire Julien Fronsacq.

+ Emmanuel Saulnier. Black Dancing. Commissaire Katell Jaffrès.

+ Anne Le Troter. Lauréate du grand prix du 61e Salon de Montrouge. Commissaire Claire Moulène.

+ Emmanuelle Lainé. Œuvre in situ / Anémochorie. Le Païpe, by The Swarovski Foundation. Commissaire Claire Moulène.

Evans (Simon), au Palais de Tokyo. Du 19 février au 16 mai 2016. Lauréat du Prix Canson 2014.

Favriau (Sara), au Palais de Tokyo. Du 19 février au 16 mai 2016. Lauréate 2014 du Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo.

Houellebecq (Par Michel). Rester vivant, au Palais de Tokyo. . Du 23 juin au 11 septembre 2016.

Le visiteur se bâtira son propre roman en suivant un parcours : photographies, films, installations et invités de prestige tous azimuts (Iggy Pop, Robert Combas, etc...).

Non pas une exposition « sur » Michel Houellebecq, mais une exposition « de » Michel Houellebecq.

Comment l’écrivain produit une forme qui participe à la réinvention de l’exposition en brouillant les cartes entre littérature, photographie et cinéma, entre réel et fiction.

Humeau (Marguerite), au Palais de Tokyo. . Du 23 juin au 11 septembre 2016.

Première exposition personnelle d’envergure pour Marguerite Humeau qui propose une expérience physique et sensorielle à travers un ensemble d’œuvres inédites aux frontières de la recherche et de la fiction.

Kim (Ayoung). In This Vessel We Shall Be Kept, au Palais de Tokyo. . Du 23 juin au 11 septembre 2016.

Première exposition en France de l’artiste coréenne dans le contexte de sa résidence au Pavillon Neuflize OBC (Palais de Tokyo, novembre 2015 - juin 2016). L’installation sonore immersive prend racine dans les sous-sols du Palais Garnier et met en scène à travers lui un déluge fictif qui aurait été oublié.

Kjartansson (Ragnar), seul celui qui connaît le désir, au Palais de Tokyo. Du 21 octobre 2015 au 10 janvier 2016.

World Light-The Life and Death of an Artist, 2015 Une commande/ Commissioned by Thyssen-Bornemisza Art Contemporary, Vienne/ Vienna Courtesy de l’artiste et/ of the artist and Luhring Augustine (New York) ; I8 Gallery (Reykjavik).

Exposition personnelle, la première en France, de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson. Né en 1976, il vit et travaille à Reykjavik. De manière à la fois poétique et surprenante, l’événement s’attache à dépeindre les désirs quotidiens, en quête de transcendance, brouillant les frontières entre le banal et le sublime.

La Saison d’été, au Palais de Tokyo. Du 14 juin au 10 septembre 2017.

+ Dioramas. Commissaires : Claire Garnier, Laurent Le Bon, Florence Ostende.

Richard Barnes, Man With Buffalo, 2007. Photographie. Courtesy de l’artiste

Avec « Dioramas », invitation à découvrir une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques.

+ Le Rêve des formes. Commissaires : Alain Fleischer, Claire Moulène.

Marie-Jeanne Musiol, Nébuleuses végétales. Corps de lumière no 665 (Feuille), 2005 - 2017 Photographie électromagnétique Courtesy de l’artiste

L’exposition entend questionner les points de rencontre entre la recherche en art et la recherche scientifique en réunissant des artistes contemporains et des scientifiques autour de la manière dont ceux-ci repensent, aujourd’hui, leur rapport au vivant, et s’interrogent sur les formes que peut prendre la matière, inanimée ou vivante, à l’échelle de l’infiniment petit ou de l’infiniment grand.

+ Hayoun Kwon, lauréate du Prix Découverte des amis du Palais de Tokyo. Commissaire : Katell Jaffrès.

Travail de l’artiste autour de la narration comme de la construction de la mémoire individuelle et collective, à travers la mise en scène d’histoires qui lui ont été confiées, de situations qu’elle a vécues ou imaginées. Explorant les possibilités offertes par les nouvelles technologies pour jouer de la confusion entre souvenirs réels et actions rêvées, entre témoignage fidèle et interprétation fantasmée, elle interroge ce qui est transmis, ce qui fait trace ou sombre dans l’oubli.

+ Gareth Nyandoro, résident 2017 Sam Art Projects. Commissaire : Adélaïde Blanc.

Gareth Nyandoro conçoit une installation immersive inspirée de l’espace urbain parisien. Graphiques et sculpturales, ses œuvres sur papier se déploient jusqu’au sol et reproduisent des constructions éphémères issues de l’espace public. Le volume des feuilles incisées et suspendues, ainsi que les objets qui les jouxtent, « permettent de connecter la représentation au monde et aux visiteurs ».

+ Taloi Havini, résidente 2017 Pavillon Neuflize OBC.

Inspirée de la monnaie coquillage toujours utilisée à l’occasion de cérémonies et de rituels dans certaines îles de Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’œuvre que Taloi Havini présente est constituée d’anneaux de grès, de faïence et de porcelaine réalisés à la main enfilés le long d’un câble d’acier suspendu au plafond.

La Saison d’automne : Carte blanche à Camille Henrot, au Palais de Tokyo. Du 18 octobre 2017 au 7 janvier 2018.

Camille Henrot, née à Paris en 1978, vit à New York. La totalité des espaces d’exposition du Palais de Tokyo, à l’occasion de cette 3e édition d’une série de cartes blanches, initiée par Philippe Parreno en 2013 et poursuivie avec Tino Sehgal en 2016, lui est consacrée. Cette artiste française – lauréate du Lion d’Argent de la 55e Biennale de Venise (2013) mais aussi des prix Nam June Paik (2014) et Edward Munch (2015) – permettra de rendre compte de la multiplicité de sa pratique, ainsi que de l’ampleur des intérêts qu’elle met en jeu.

Camille Henrot, Monday, 2016. Vue de l’installation à la Fondazione Memmo, 2016. Courtesy de l’artiste et Fondazione Memmo (Rome). Photo : Daniele Molajoli. © ADAGP, Paris 2016

Camille Henrot réunira un vaste ensemble d’œuvres organisées autour de la notion de dépendance – envisagée ici comme un prisme à travers lequel considérer tous les aspects de la condition humaine, tant à une échelle intime, au sein des relations affectives ou sexuelles par exemple, qu’à une échelle collective, dans des relations de domination sociale, économique, culturelle
ou idéologique.

Les désirs et les frustrations sont organisés concrètement dans nos vies par les jours de la semaine. De la même manière, l’exposition déploie cette organisation temporelle dans l’espace. Commençant avec Monday, chaque section est consacrée à une journée, à laquelle sont généralement associés une humeur, une planète, un ensemble d’images symboliques et d’actions pragmatiques, dont les œuvres se font l’écho.

Commissaire : Daria de Beauvais.

Matranga (Mélanie), au Palais de Tokyo. Du 21 octobre 2015 au 10 janvier 2016.

Vue de l’exposition de Mélanie Matranga, 反复 [FANFU], Palais de Tokyo (21.10 2015 – 10.01 2016). Photo : Aurélien Mole. Courtesy de l’artiste & Karma International (Zurich)

Importante exposition personnelle de l’œuvre de cette artiste française, née en 1985, vivant et travaillant à Paris.

Plusieurs environnements, plusieurs moments sont créés grâce à un ensemble conséquent d’images, de sculptures et d’éléments d’architecture.

Perez Eustaquio (Patricia), au Palais de Tokyo. Du 23 juin au 11 septembre 2016.

Pour son premier projet personnel en Europe, Patricia Perez Eustaquio investit un espace du Palais de Tokyo, les métopes, au niveau 1 du bâtiment. Ces panneaux quadrangulaires qui rythment le mur, lui servent de cadres pour créer 4 grands ensembles en relief. Dessins au graphite, fibres textiles, pièces de cuivre ou plaques d’aluminium peintes composent autant d’éléments oscillant entre figuration et abstraction, jouant avec la perception du visiteur qui les observe en contrebas. Ainsi, au sein des lignes géométriques de la frise des métopes cohabitent les formes organiques propres au travail de l’artiste évoquant à la fois des pétales, des chairs en décomposition ou du papier froissé.

Quistrebert (Florian & Michael), au Palais de Tokyo. Du 19 février au 16 mai 2016.

Rondinone (Ugo). I love John Giorno, au Palais de Tokyo. Du 21 octobre 2015 au 10 janvier 2016.

Vue de l’exposition UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO, Palais de Tokyo (21.10 2015 – 10.01 2016). Photo : André Morin. Courtesy de l’artiste.

Première rétrospective mondiale sur la vie et l’œuvre du poète américain John Giorno (né en 1936, vit à New York), figure majeure de la scène underground américaine des années 1960, à l’occasion de ses 80 ans. Personnage iconique des premiers films d’Andy Warhol, Giorno s’inspire de la libre appropriation des images du Pop Art et capture sur le vif la langue populaire des publicités, de la télévision, des journaux et de la rue.

L’exposition est conçue par l’artiste suisse Ugo Rondinone (né en 1964, vit à New York) comme une œuvre à part entière.

Rottenberg (Mika), au Palais de Tokyo. Du 23 juin au 11 septembre 2016.

Dans ses vidéos, Mika Rottenberg met en scène des situations absurdes de travail à la chaîne, souvent interprétées par des femmes utilisant leur propre corps comme outil et matière première. Récits captivants empreints d’humour où le réel semble se distordre dans la fiction.

Ryan (David) & Jérôme Joy. Nothing at All Modes Idiorythmiques de la Coexistence, au Palais de Tokyo. . Du 23 juin au 11 septembre 2016.

Ils interrogent le monde avec leur propre engagement poétique qui caractérise une démarche commune initiée à l’orée des années 1980. Construit à partir de faits réels, leur projet se déploie dans les espaces du Palais de Tokyo comme au cœur d’un territoire géographique précis.

Scène de crime (titre provisoire), au Palais de Tokyo. Du 24 mars au 16 mai 2016. Exposition conçue grâce au partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller.

Sehgal (Tino), au Palais de Tokyo. Du 12 octobre au 18 décembre 2016.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : visites, musées, presse...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.