eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Paris > Visiter Paris > Visites nature à Paris > Stravinski, Saint-Michel, Saint-Supice : guide des plus belles fontaines de (...)

Stravinski, Saint-Michel, Saint-Supice : guide des plus belles fontaines de Paris

Dernière mise à jour : lundi 22 septembre 2014, par Pauline

La capitale abrite de nombreuses fontaines. Certaines monumentales, d’autres plus discrètes, réalisées par des artistes contemporains ou des architectes des siècles passés. Voici un guide qui retient les plus belles, dans des styles parfois très différents.

LES PLUS ORIGINALES

Fontaine Labyrinthe, Place des Fêtes, dans le 19e : l’eau ruisselle au sol dans des couloirs labyrinthiques, qui représentent des ruisseaux de façon stylisée. Inaugurée en 1987, elle a été conçue par la sculptrice française d’origine hongroise, Marta Pan.

Fontaine Stravinski, au Centre Pompidou, dans le 4e : c’est l’une des plus connues de Paris, qui fut réalisée en 1983 par Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle. On l’appelle aussi la Fontaine aux Automates puisque les seize sculptures colorées qui la composent sont mécaniques et en mouvement. Elle rend hommage au compositeur russe du XXe siècle, Stravinski.

Fontaines millénaires, dans les 4e, 6e, 13e et 14e arrondissements : les Fontaines Millénaires sont au nombre de quatre dans Paris et constituent un nouveau type de fontaine « à boire ». Elles mesurent 1,68 mètre de hauteur et représentent deux profils féminins différents, qui rappellent les cariatides des fameuses Fontaines Wallace.

Fontaines à boules, au Palais Royal, dans le 1er : les deux fontaines représentent des boules métalliques posées sur des sortes d’assiettes horizontales, légèrement mobiles. Elles ont été réalisées par l’artiste belge Pol Bury et inaugurées en 1985.

La Danse de la fontaine émergente, dans le 13e : c’est une œuvre d’art public réalisée par le plasticien franco-chinois Chen Zhen. Inaugurée en 2008, elle représente un dragon stylisé au corps transparent à l’intérieur duquel circule de l’eau sous pression.

Fontaine L’Embâcle, sur la Place du Québec, à Saint-Germain-des-Prés : située non loin des mythiques Café de Flore et des Deux Magots, cette fontaine fut inaugurée en 1980 et offerte "en hommage du Québec à la ville de Paris". C’est une œuvre de l’artiste québécois Charles Daudelin qui attire le regard des passants car elle est composée de plusieurs plaques de bronze qui donnent l’impression étonnante que le sol est soulevé par l’eau qui en émerge.

Le Canyonaustrate, sculpture-fontaine du Parc de Bercy : Cette œuvre réalisée en 1988 par l’artiste français Gérard Singer, tient son nom de la contraction entre les mots "canyon", "eau" et "strate". Elle impressionne par ses 5 mètres de profondeur qui évoquent des gorges sur lesquelles de l’eau ruisselle.

LES FONTAINES MONUMENTALES

Fontaine Saint-Michel : cette fontaine à la limite entre le 5e et le 6e arrondissement a la particularité d’occuper tout un pan de mur. Sa réalisation fut commandée par Haussmann dans le cadre de son plan d’aération de la ville. Elle représente la lutte du Bien contre le Mal, l’archange Michel terrassant le Diable dans un arc de triomphe entouré de chimères ailées. Elle fut inaugurée le 15 août 1860 et elle est classée monument historique depuis le 16 mars 1926.

Le Triomphe de la République, Place de la Nation : c’est un ensemble en bronze situé au centre de la place de la Nation, qui représente Marianne entourée des allégories du Travail, de la Justice, de la Paix et de l’Abondance. Marianne apparaît debout sur un char tiré par deux lions, symboles de la force populaire, et conduit par le Génie de la Liberté. Elle fut réalisée par Jules Dalou sur vingt ans, et inaugurée en 1899.

Fontaine Saint-Sulpice, dans le 6e : cituée sur le parvis de l’église du même nom, cette fontaine est également appelée Fontaine des orateurs sacrés. Elle est en effet ornée de quatre statues d’évêques catholiques, célèbres prédicateurs de l’époque de Louis XIV. Elle présente un style renaissance agrémenté de cascades formées par les bassins supérieurs à débordement.

Fontaine des Fleuves et Fontaine des Mers, Place de la Concorde : ces deux fontaines se font face, de chaque côté de l’obélisque de cette fameuse place. Elles furent inaugurées le 1er mai 1840 par le Préfet Rambuteau et conçues par l’architecte Jacques-Ignace Hittorff même si de nombreux artistes ont été mobilisés pour la réalisation des modèles des figures. La Fontaine des Mers représente L’Océan et la Méditerranée, La Pêche des perles, la Pêche des coquillages, la Pêche des poissons, La Pêche des coraux, L’Astronomie, le Commerce et la Navigation maritime, trois Tritons et trois Néréides. La Fontaine des Fleuves représente Le Rhône et le Rhin, La Moisson des vendanges, La Récolte des fleurs et la Récolte des fruits, L’Agriculture, l’Industrie, la Navigation fluviale, trois Tritons et trois Néréides.

LES PLUS CHARMANTES

Fontaine Pastorale, dans le Square Félix Desruelles, dans le 6e : Conçue en 1925 par l’architecte Ollivier, la fontaine a été rehaussée d’un relief qui avait été sculpté par Félix Desruelles en 1923. Elle représente un berger et une jeune fille.

Fontaine Médicis, au Jardin du Luxembourg : C’est l’un des espaces les plus agréables et apaisants de ce grand jardin au cœur de Paris. La reine Marie de Médicis commanda sa construction vers 1630 à l’ingénieur florentin Thomas Francine. On y découvre un ensemble représentant le cyclope Polyphème surprenant Galatée dans les bras d’Acis, mais c’est surtout son bassin en longueur de style italien, caché sous les arbres, qui en fait le charme.

Fontaine de la Place François Ier, dans le 8e : cette fontaine conçue par l’architecte Gabriel Davioud et sculptée par François-Théophile Murguet en 1865 était à l’origine installée Place de la Madeleine mais elle fut déplacée vers 1909 pour faciliter la circulation. Elle est composée d’un bassin élégant et raffiné, soutenu par un piédouche en marbre constitué de quatre griffons ailés. Douze têtes de lions distribuent l’eau dans le bassin.

Fontaine de la Vierge, vers Notre Dame, dans le 4e : elle se trouve au centre d’une pelouse située juste derrière le chevet de Notre-Dame de Paris. Elle se distingue par son format élancé, tout en hauteur, qui atteint une dizaine de mètres de haut. A la base, trois colonnes entourent la Vierge à l’Enfant, sculptée par Louis Merlieux, qui lui a donné son nom.

Fontaine des Innocents, dans le 1er : C’est la plus ancienne de Paris puisque c’est en 1549 que l’architecte Pierre Lescot et le sculpteur Jean Goujon l’ont construite, à l’occasion d’une entrée royale du roi Henri II à Paris. On peut y remarquer huit naïades, quatre lions, ainsi qu’une petite coupole constituée de feuilles de métal qui imitent les écailles de poisson. Elle se trouve sur la Place Joachim du Bellay, non loin du Forum des Halles.

Fontaine de la Cité de Trévise, dans le 9ème : Cette fontaine datant de 1840 trône tout en discrétion au coeur d’un jardinet situé au milieu de la Cité de Trévise, voie publique calme et pavée du 9ème arrondissement. Représentant trois nymphes se donnant la main, ce monument abrité par de grands arbres constitue un véritable havre de paix, où l’on entend l’eau coulé dans un décor néo-Renaissance qui rappelle l’Italie.

LES PLUS EXOTIQUES

Fontaine du Palmier, Place du Châtelet, dans le 1er et le 4e : inscrite aux Monuments Historiques depuis 1925, cette fontaine commandée en 1806 par Napoléon Ier pour commémorer ses victoires et délivrer de l’eau potable aux Parisiens est exotique à plusieurs titres. Le sommet de sa colonne est orné de feuilles de palmiers ; elle porte la liste des victoires de Napoléon dans de nombreux pays ; le sculpteur Jacquemart y ajouta en 1858 des sphinx cracheurs d’eau.

Fontaine du Fellah, vers le Bon Marché, dans le 7e : situé juste à côté du métro Vaneau, c’est un bel exemple du style néo-égyptien, à la mode en France après la campagne d’Égypte de Bonaparte. On y voit en grandeur nature un personnage égyptien portant à chaque main une amphore d’où s’échappait l’eau, qui n’y coule plus depuis 2005 à cause de sa proximité avec le métro et de problèmes d’infiltrations. Il semblerait qu’elle s’inspire d’une statue antique, découverte à Tivoli en 1739, représentant le favori de l’empereur Hadrien, Antinoüs, sous les traits du dieu égyptien Osiris.

Fontaine Cuvier, vers le Jardin des Plantes, dans le 5e : elle fut réalisée en 1840 par l’architecte Alphonse Vigoureux. C’est une allégorie de l’histoire naturelle, représentant une jeune femme portant la devise de l’anatomiste Cuvier inscrite sur une tablette et inspirée des Géorgiques de Virgile : "Rerum cognoscere causas" ("Connaître la raison des choses"). On peut y voir de nombreux animaux venus de milieux naturels différents, comme un lion, des animaux marins et amphibies, un crocodile, une chouette, un serpent, etc.

LES FONTAINES EN CASCADE

Fontaine de la Porte Dorée, dans le 12e : elle se compose de plusieurs bassins en enfilade sur différents niveaux, surmontés par une statue d’une dizaine de mètres de hauteur qui représente une Athéna en bronze doré, réalisée en 1935 par Léon-Ernest Drivier, élève de Rodin. C’est une allégorie de « La France apportant la paix et la prospérité aux colonies », qui se dressait à l’origine devant l’ancien musée des Colonies inauguré lors de l’Exposition coloniale internationale de Vincennes en 1931.

Fontaine du Parc de Belleville, dans le 20e : On sait depuis l’Antiquité que les sources de la colline de Belleville sont particulièrement riches. C’est pourquoi l’eau est devenu l’emblème de ce parc vallonné dessiné par l’architecte Paul Debulois et le paysagiste Paul Brichet. On y découvre la plus grande fontaine en cascade des jardins de Paris, une ligne d’eau qui coule le long des escaliers et des rampes, au milieu de la verdure, rejoignant enfin des bassins en éventail. C’est sans aucun doute l’une des plus belles réussites de l’aménagement paysager moderne à Paris.

Fontaines du Parc André Citroën, dans le 15e : le parc accueille un grand nombre de mises en scènes aquatiques. On y découvre par exemple une placette entourée de soixante-quatre jets d’eau, un grand parc central de 11 hectares, dont la pelouse offre 120 jeux d’eau et des fontaines qui descendent en cascade, en pente douce jusqu’à la Seine, qui borde le jardin.

Fontaine de Varsovie, aux Jardins du Trocadero, dans le 16e : lorsqu’elle est en mouvement, on pourrait presque se croire à Versailles ! Elle se présente sous la forme d’une série de bassins entourés de vingt canons à eau d’une portée de 50 mètres, 56 gerbes d’une portée de 7 mètres et 12 colonnes d’eau d’une portée de 7 mètres, qui propulsent en hauteur 5 700 litres d’eau par seconde. Une mise en scène impressionnante, qui offre en outre une belle perspective sur la Tour Eiffel.

Sans oublier, les Fontaines Wallace, qui sont les moins spectaculaires mais peut-être aussi les plus typiques, ainsi que les Fontaines d’Albien, dont s’écoule une eau naturellement riche en fer, à disposition des passants.

A LIRE AUSSI :

Où se rafraîchir à Paris ? Guide des jeux d’eaux dans les jardins parisiens

Guide des plus beaux jardins de Paris.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.