.evous
> > > > > >

Jean-Louis Forain

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Jean-Louis Forain (1852-1931), très célèbre caricaturiste, témoin pendant 50 ans de la vie sociale et politique française, est d’abord un peintre, un pastelliste et un graveur à redécouvrir.

Mais c’était aussi, et vraiment, un emmerdeur, un inclassable, un mauvais caractère, et tout ce que l’on peut dire aujourd’hui sur lui demeurera fatalement incomplet, désuet, injuste ou faux pour une autre période de sa vie.

Sachez qu’il fut entre autres, mais pas tout le temps et pas seulement, un communard qui éteignit les incendies de l’insurrection dans un bataillon du génie.

Qu’il mena à ses débuts une vie d’anarchiste bohème et crève-la-faim, cohabitant et partageant la paillasse avec Arthur Rimbaud et Paul Verlaine ; qu’il se lia aussi avec de nombreux écrivains, notamment Joris-Karl Huysmans.

Rimbaud, par Forain

Il est encore le plus jeune artiste à assister aux discussions enfiévrées menées par Édouard Manet et Edgar Degas au Café Guerbois, puis à La Nouvelle Athènes.

Imprégné des théories impressionnistes sur la lumière et la couleur, il privilégie les scènes de la vie quotidienne - spectacles, coulisses, cafés, courses, lieux d’élégance et de plaisirs, soirées mondaines - dans quatre expositions impressionnistes entre 1879 et 1886.

Passant par toutes les hardiesses d’un trait puissamment synthétique, son art a été admiré des plus grands maîtres de ses contemporains (van Gogh, Toulouse-Lautrec, Degas, et Manet), jusques aux caricaturistes d’aujourd’hui.

Le Jardin public

Ses dessins sont rassemblés en volumes, dont le premier, La Comédie parisienne, est
publié en 1892.

Après 1900, en peintre moraliste, son style se métamorphose tant dans sa technique que dans le choix des sujets. Il dénonce les injustices dans ses peintures de prétoires où la lumière se répand dans un clair-obscur proche de Rembrandt.

La guerre de 1914-18 lui offre une cause à la mesure de sa fougue.

À Paris, dans les années 1920, l’artiste septuagénaire ne recule devant aucune audace et retranscrit l’atmosphère endiablée des Années Folles avec une écriture rapide et puissante.

Jean-Louis Forain, Client, 1880

Jean-Louis Forain (1852-1931) a acquis auprès du public une immense renommée en publiant pendant un demi-siècle des dessins pleins d’une féroce ironie.

Il dénonce sans la moindre retenue et presque avec gourmandise les travers du bourgeois triomphant, veule, sournois, jouisseur, vieux, riche, décoré de la Légion d’Honneur et corrupteur, dans des journaux aussi variés que Le Figaro, Le Courrier français, The New York Herald, L’Écho de Paris, Le Journal amusant, Le Temps, L’Assiette au beurre, Le Gaulois, ou Le Rire.

Au-delà de la satire, Forain est avant tout un peintre de mœurs qui sait mettre en relief les dessous de la société parisienne de la Belle Époque aux Années Folles.

Les Danseurs

Mais il n’était pas que ça ! Jean-Louis Forain était encore :
- un dessinateur satirique dans de tout petits journaux à l’ironie décapante dont le trait cruel à la Daumier faisait trembler le bourgeois ;
- un polémiste qui fut un temps anticlérical, et un temps anti-dreyfusard (avec Caran d’Ache et Barrès), antisémite ;
- un bourgeois naturaliste et moralisateur qui pourfendait de ridicule tous ces messieurs ventrus, qui dévoyaient danseuses et pauvres filles (Belle Époque ? exclusivement pour les riches !) ;
- et un vieux soldat patriote de 62 ans, qui fut, en 14-18, de la section de camouflage, avec de jeunes artistes dont Dunoyer de Ségonzac.

Bref, Forain c’est un regard moderne, à l’humour carnassier, salvateur et sans concession, une toupie affolée de talents. Il entendait « conter la vie de tous les jours, montrer le ridicule de certaines douleurs, la tristesse de bien des joies ». Et des scènes de nus, et des scènes de mœurs...

L’exposition au Petit Palais

Avec plus de 200 huiles, aquarelles, pastels, gravures et dessins, provenant de musées européens et américains, et aussi de collections privées, le Petit Palais dévoilait une aventure artistique des plus fécondes depuis la jeunesse du plus incisif des impressionnistes jusqu’à l’expressionnisme des dernières années.

Plantu a préfacé le catalogue de l’exposition. Cette rétrospective a été ensuite présentée à l’été 2011 aux États-Unis, au musée de Memphis : The Dixon Gallery & Gardens.

Le commissariat de l’exposition était assuré par Gilles Chazal, conservateur général, directeur du Petit Palais et par Florence Valdès-Forain, historienne d’art, assistés de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique au Petit Palais.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Vous pouvez consulter quelques dizaines de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Petit Palais, Wikipédia

Mots-clés