.evous
> > >

Kenneth Anger, une exposition à la galerie du jour

Agnès B présente cet artiste, un maître du cinéma expérimental, grand inspirateur de la subculture, jusqu’au 3 novembre 2012

Cette année la galerie du jour agnès b. présente pour la deuxième fois une nouvelle exposition personnelle de Kenneth Anger, centrée sur deux œuvres majeures de l’artiste : Hollywood Babylon et le cycle de films Magic lantern.
Hollywood Babylon fait de Kenneth Anger la mémoire vive de l’histoire des studios américains. Depuis son enfance, Kenneth Anger collectionne coupures de presse, photos, épingle les histoires, les légendes, les rumeurs. Dans les deux tomes d’Hollywood Babylon édités en 1959 et 1984, tous les coups sont permis, scandales et calomnies, il ne laisse rien sous silence, il exhume les dessous de l’usine à rêves. On y croise des stars devenues des mythes telles Rudolph Valentino et Greta Garbo, ainsi que des icônes du cinéma muet comme l’actrice Billie Dove.

Hollywood Babylon, c’est aussi l’histoire du cinéma muet et sa mémoire oubliée. D’ailleurs la plupart des films d’Anger sont sans paroles. Puce moment, présenté dans l’exposition, renoue avec une certaine douceur, certainement liée à l’enfance du réalisateur, à l’époque où sa grand-mère était costumière à Hollywood.

Kenneth Anger grandit dans le Hollywood des années 30. À l’âge de sept ans, il réalise son premier film avec la caméra 16 mm de son père.
En 1947, il tourne Fireworks, considéré comme l’équivalent américain des films de Cocteau et de Genet. Les encouragements de Cocteau justement le poussent à venir s’installer à Paris à la fin des années 40. Il y reste quatre ans, le temps notamment de réaliser Le jeune homme et la mort, d’après Cocteau et avec le concours des danseurs de Roland Petit. En 1963, de retour en Californie, il produit son chef d’ œuvre, Scorpio Rising.
En 1975, il publie son célèbre livre, Hollywood Babylon.

Depuis 1995, il montre ses Icones aux États-Unis et, pour la première fois dans une galerie européenne, à la galerie du jour agnès b. en 1997. Ses derniers films, parmi lesquels Don’ t Smoke That Cigarette ! et Anger voit rouge, datent des années 2000.

Voir le monde à travers une boule de cristal. Kenneth Anger est né en 1930 à Santa Monica et a grandi à Hollywood. Il est aujourd’hui considéré comme le maître du cinéma expérimental, grand inspirateur de la subculture, et l’influence majeure d’une génération de réalisateurs, musiciens et autres artistes.

Dans le cadre du fonds de dotation agnès b. Kenneth Anger c’est à la galerie du Jour jusqu’au 3 novembre

44 rue Quincampoix, 75004 Paris

Adresse

Du mardi au samedi, de 12h à 19h

Horaires

Mots-clés