eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 9e > Guide Paris 9e > Se promener, Paris 9e > L’étonnante église Saint-Eugène et Saint-Cécile

L’étonnante église Saint-Eugène et Saint-Cécile

Dernière mise à jour : mercredi 4 janvier 2012, par Franck Beaumont

Peu connue des parisiens, l’église Saint-Eugène-Sainte-Cécile présente pourtant une grande originalité. Il s’agit en effet de la première église parisienne construite en charpente métallique.

Saint-Eugène est situé au coeur du faubourg Poissonnière, très en vogue dès la fin du XVIIIe siècle, et dépendant de l’église Saint-Laurent (près de la gare de l’Est). Avec l’explosion démographique du quartier à partir du début du XIXe siècle, un lieu de culte manquait cruellement. Sous le Second Empire, Saint-Eugène fera partie des 7 paroisses nouvellement créées.

C’est l’architecte Louis-Auguste Boileau (1812-1896) qui sera chargé de sa construction en 1854-1855. C’est un grand admirateur de Viollet-le-Duc et comme lui il revisite l’architecture gothique, tout en utilisant de nouveaux matériaux comme le fer et la fonte. Il sera secondé pour ce projet par son fils Charles-Louis Boileau, futur architecte du Bon Marché.

Extérieurement, l’église présente des façades de pierre d’inspiration gothique : ouvertures en arcs brisés, colonettes, épais contreforts. Intérieurement, c’est le rationalisme et la polychromie qui sont à l’oeuvre. Trois voûtes séparent les trois vaisseaux, soutenues par de minces piliers en fonte. Les murs, colonnes, voûtes sont tous peints, d’après le décor d’origine récemment recopié. Les colonnes sont vert bronze et or ; les voûtes sont étoilées sur fond or, les arceaux sont soulignés de rouge et de jaune. La série de vitraux fut exécutée par le maître-verrier Antoine Lusson. De beaux lustres ainsi que le mobilier évoquent la richesse du second Empire. Saint-Eugène eut d’ailleurs comme marraine l’impératrice Eugénie.

Lors de son inauguration, cette église à l’architecture de fer fit grand bruit. Grâce à l’économie de matériaux, elle couta quatre fois moins cher que l’église Saint-Clothilde (située dans le 7e arrondissement), construite à la même époque.

Saint-Eugène-Sainte-Cécile, ouvert au public en journée, vaut vraiment une visite.

Franck Beaumont

Sources : Guide du Patrimoine Paris, Guide du Promeneur 9e.

Adresse

4bis rue Sainte-Cécile