evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 13e > Lieux clés du 13e > BNF - Bibliothèque François Mitterrand > DERNIERS JOURS de l’expo panoramique sur la Presse, de la Gazette à Internet, (...)

DERNIERS JOURS de l’expo panoramique sur la Presse, de la Gazette à Internet, à la BnF-Mitterrand

vendredi 6 octobre 2017, par André Balbo

Cette exposition se tient du 11 avril au 15 juillet 2012 à la BnF, sur le site François-Mitterrand, dans la Grande Galerie.

Photographie d’un kiosque à journaux, vers 1950, Fonds L’Aurore / Le Journal D.R. BnF, dpt Estampes et photographie

N’est-il pas utopique de tenter de dresser un bilan de ce qu’est la presse et de ses effets ? De vouloir séparer ses bienfaits de ses travers ? Sont-ils d’ailleurs vraiment dissociables les uns des autres ? La profession de journaliste rend-elle réellement fou ? Le péril est multiple : être informé avant les autres, proche de l’actualité, du pouvoir, risque de conflits d’intérêt, tentations de connivences, de recherche d’honneurs.

Observez bien ce premier tableau en entrant dans la Galerie, cette assemblée de journalistes dont les légions d’honneur, trop nombreuses pour que l’assemblée soit honnête, illuminent les tristes redingotes. Cela ne peut qu’éveiller notre méfiance. Sommes-nous ici dans un temple dressé pour l’auto-congratulation d’une corporation, ou pour donner le goût aux jeunes générations de se lancer dans la carrière ?

Cette exposition sur la presse, en France, précisons-le, est aussi celle de ses pêchés. Mis à part les "bougeurs de lignes", les révolutionnaires, les Vallès (1832-1885), les Zola, ou les satiriques, que de suffisances étalées ! Délicieux édito du Canard Enchaîné, dans sa première année, sur "les Planqués" (1915). C’est quoi un planqué ? C’est quelqu’un qui ne se bat pas. Donc Joffre est un planqué ? Un médecin, un menuisier, seraient des planqués ? Un plaisir rare, dans ces années de retour à l’ordre !

Mais hors de ces quelques pépites, une fois encore ont été oubliés les apports fondamentaux de Marshall McLuhan (1911-1980) sur la question, et la confusion tente de sauver la mise. Le message, c’est le média ? On y sera gêné par la tonitruance des dépêches radiophoniques de RTL débitant des faits divers sordides ou par la voix trop forte d’un Frédéric Pottecher, chroniqueur judiciaire, "qui vous parle du Palais de Justice de Digne".

Depuis pamphlets et satires qui, sous la Fronde, furent appelés "mazarinades", ou bien la Gazette, de Théophraste Renaudot, jusques aux médias en ligne, l’exposition « La Presse à la Une » retrace l’histoire en France de la presse écrite d’information générale, du XVIIe siècle à nos jours.

Cette histoire, fatalement indissociable des événements qui la ponctuèrent, a périodiquement subi des contextes juridiques plus ou moins favorables… comme elle a pu sortir meurtrie ou renforcée des successives mutations auxquelles accédait la fabrication des journaux.

Affichette pour La Dépêche Maurice Denis. lithographie couleur Paris, imprimerie Edw. Ancourt, vers 1895 32 µ 22 cm BnF, département des Estampes et de la photographie

Cela, c’est la face corporatiste et plaintive de la presse. L’avers, celle de ceux qui la consomment, pourrait faire remarquer que cette profession sort bien souvent du factuel, qu’elle investigue de moins en moins, et prend en revanche son importance exagérée dans la dramatisation, l’orchestration, la rétention d’informations, la proximité du pouvoir, qui l’enivre si facilement, et la démagogie. La presse peut-elle encore éduquer, informer, faire référence ? Ne doit-elle pas se refonder une déontologie ?

Pour ce qui est de la forme, de plus en plus, les mises en page et la présentation de l’information accordent une place prépondérante, à l’image puis à la photographie, et évoluent par soubresauts, sous les influences cumulées des médias concurrents — radio, télévision, et Internet.

Au plan économique, l’apparition d’une presse dite gratuite, le développement du numérique, l’émergence du journalisme citoyen, des réseaux sociaux, ou l’évolution du droit à l’image modifient et transforment l’exercice de la profession.

Guidé et aidé de repères chronologiques inscrits en hauteur, le visiteur entrera dans le processus de fabrique de l’information, et cela de la diffusion de la dépêche d’agence à la salle de rédaction.

Cette plongée au cœur du métier de journaliste, ou plus largement des métiers de la presse, met en lumière la variété des profils (éditorialistes, grands reporters, photo reporters) et l’évolution de la profession, à travers les itinéraires de certaines de ses grandes figures : Gaston Leroux, Albert Londres, Séverine, Robert Capa, Léon Gimpel...

Affiche de Daniel de Losques pour : Excelsior, Illustré Quotidien – 1900 BnF, Estampes et photographies

Des comptes rendus de procès, des reportages de guerre, des chroniques sportives ou mondaines montrent le champ des possibles et la grande diversité de contenus de la presse.

Comme les différentes manières de traiter l’information selon ces grands genres…

Quelques "hommes de presse", au mérite variable, ont même ici le droit d’être encadrés de leur vivant, comme Jean Daniel, Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel, Jean-François Kahn, ou Franz Olivier Giesbert.

Les liens qu’entretiennent aujourd’hui avec les pouvoirs politiques, ou le monde de la finance, les propriétaires d’organes de presse, souvent également industriels et capitaines d’industrie, susceptibles de répondre parfois à des commandes de l’État, laissent largement la place à une prochaine exposition qui intéressera tout autant les « professionnels de la profession » que le plus large public.

« Oh elle est délicieuse… » Honoré Daumier lithographie, série Actualités, planche no 13 Paris, imprimerie Aubert et Cie, 1840 34,5 x 25,5 cm BnF, département des Estampes et de la photographie

Cette exposition a été réalisée grâce au soutien du groupe Lagardère.

La Presse à la Une. De la Gazette à Internet, à la BnF, site François-Mitterrand, dans la Grande Galerie, quai François-Mauriac 75013. Paris 01 53 79 59 59, du 11 avril au 15 juillet 2012, du mardi au samedi de 10 à 19h, et le dimanche de 13 à 19h. 7 ou 5€.

Vous retrouverez dans l’article « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 déjà annoncées par leurs établissements et musées, et dans l’article « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions classées par dates.

David méditant devant la tête de Goliath, d’Orazio Gentileschi, huile sur lapis-lazuli, exposition Artemisia

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tentons aussi de vous les présenter chaque mois : Février, Mars, Avril, Mai, Juin...

André Balbo

sources : BnF, Excelsior, visite

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.